les raisons de mon blog

Oui les raisons de mon blog; l'idée m'est venue de faire découvrir à qui le souhaite les petites histoires de certains grands personnages  qui ont vécu dans cette région , un petit village de haute Normandie, HEUQUEVILLE dans le Vexin Normand, prés des ANDELYS. Ce village, ni beau ni laid, comme tant d'autres, mais qui comporte quelques jolis témoignages du passé, le Chateau en partie XVIIIéme , une belle croix hosanniére ( ??)dans le cimetiére qui entoure une église trés remaniée au 19éme siécle, un calvaire prés d'une jolie mare , où quelquefois  un héron vient faire son marché,  et à la croisée des chemins vers un hameau un autre calvaire plus modeste que le premier, également  la Vierge  posée sur les restes d'un moulin seigneurial, à la suite d'un voeux d'une famille illustre du village .

Mon but unique est de vous donner l'envie d'aller vers cette petite histoire si riche en anecdotes, et peut être aussi de fouiller dans vos vieux grimoires, et ainsi apporter de l'eau à mon moulin. 

1871, HEUQUEVILLE et la troisième REPUBLIQUE

   

 

                                                        Avant de commencer ce nouveau billet, et puisque les Prussiens étaient encore dans les murs de PARIS, voici un graffiti gravé sur les murs du château de GAILLON photographié lors de l'une de mes visites; ce dessin témoigne s'il en était besoin, de leur passage en NORMANDIE.  (ce dessin a subi les injures du temps) C'est contre cet envahisseur que l'Ancêtre de Monsieur Bernard MONTIER a combattu durant plus de trois mois, seule une blessure l'obligea à renter dans son foyer.

                                          Betty2 prussien      

 

                                                    Le 26 janvier donc le siége de PARIS est terminé, le 28 l'Armistice sera signée à VERSAILLES, mais le peuple de PARIS n'était pas satisfait de cette capitulation;  pour certains la lutte devait continuer, comment accepter de livrer les belles provinces d'ALSACE et de LORRAINE à BISMARCK, comment accepter la rançon exigée par les Prussiens, et surtout pourquoi se plier à l'injonction de nommer un Gouvernement de Défense Nationale, autre clause exigée par les vainqueurs....( BISMARCK voulait traiter avec un pouvoir légitimé par un vote) une révolte sourde se mettait en place, elle éclatera le 19 mars, ce sera pendant 73 jours les combats entre les Versaillais et les Fédérés, ce sera ce que l'histoire appellera  "La COMMUNE" .

                                                     Un résumé du vote du 12 février.

                                                     Le 12 Février 1871 les habitants de la commune d'HEUQUEVILLE, Chef lieu de Section, communes réunies CUVERVILLE et DAUBEUF (207 votants) ont été convoqués par le Président de la Commission Municipale pour procéder à l'élection partielle et cantonale de 8 députés à l'ASSEMBLEE NATIONALE Comme pour les élections précédentes il a été constaté par le Président que la boite destinée à recevoir les bulletins était bien vide.. ( les urnes transparentes étaient encore du domaine du rêve). Pour voter il fallait avoir 25 ans.

                                                     L'appel général terminé il a été procédé à un rappel  des électeurs qui n'avaient pas encore voté, après quoi le scrutin a été déclaré clos à 6h du soir. 207 bulletins dont un blanc. A la suite du dépouillement et de l'inscription sur les feuilles prévues à cet effet les bulletins ont été, en présence de l'assemblée, immédiatement brûlés.

                                                     Le résultat du scrutin a été rendu public au moyen d'un procès verbal ; ce dernier expédié à 9h du soir à la mairie du Chef lieu de Canton pour le recensement général.

         Signé les Accesseurs VAVASSEUR, EVRARD, LE HEC J.                      Le Président JUGENOT Dit CHEVALIER.

                                                      Voici la liste des prétendants  au titre de Député à l'ASSEMBLEE NATIONALE.

         Election de huit deputes 1871

                                                       Dans cette liste on rencontre le nom de personnalités déjà évoquées dans mon blog; ainsi JANVIER de la MOTHE le pittoresque Préfet de l'Eure qui a présidé à sa manière à l'inauguration du pont de SAINT PIERRE Du  VAUVRAY  (billet HEUQUEVILLE FACHE AVEC LE PROGRES) , bien sur GAMBETTA, TROCHU, THIERS,  Général de FONTANGES,  ce dernier semble avoir eu peu de succès dans les élections, cette fois 1 suffrage...( il était Membre du Conseil Municipal des ANDELYS ).

                                                        La délibération suivante en date du 22 avril concerne, en accord avec la loi du 14 avril 1871 le renouvellement intégral des Conseillers Municipaux. Avant cela quelques lignes sur l'affrontement fratricide de 73 jours entre deux mondes: le Gouvernement résigné devant l'ennemi, et les fédérés qui refusaient de capituler devant BISMARCK et ses exigences. Ultime provocation, BISMARCK avait exigé que ses troupes paradent sur les Champs Elysées. N'oublions pas non plus que le peuple souffrait, les conditions de travail n'avaient rien d'humain, un exemple: les enfants de 8 ans travaillaient 15 heures par jour, souvent le ventre vide. Nous étions début mars, à peine 15 jours plus tard ce sera ce que l'histoire a appelé LA COMMUNE.

                                                         THIERS essaiera au moyen d'une affiche placardée dans PARIS de diviser le peuple, le 18 mars il enverra la troupe pour tenter de récupérer les 227 canons entreposés sur la Butte MONTMARTRE - canons payés par le peuple -les insurgés s'y opposèrent, le peuple montera sur la Butte, femmes en tête, comment s'en étonner quand ces mêmes femmes ont vu leur famille mourir de faim durant le Siège de PARIS alors que les "nantis" se gobergeaient le jour de NOEL 1870 dans les restaurants avec la viande des animaux du ZOO.  Le Général LECOMTE donnera l'ordre de tirer sur la foule, un soldat révolté criera " CROSSE EN L AIR", et une partie de l'armée changera de camp,capturera le général et l'exécutera avec CLEMENT-THOMAS, nous étions le 18 Mars, le lendemain l'insurrection était inexorablement en route.

                                                         Le 26 Mars des élections auront lieu au sein de la COMMUNE, les élus s'installeront à l'Hôtel de Ville, le drapeau rouge sera hissé. Sur les affiches appelant au vote on pouvait lire:

                     -- Citoyens,  choisissez pour vous représenter des hommes comme vous, des travailleurs vivant votre propre vie, souffrant les mêmes maux, défiez vous autant des ambitieux que des parvenus, évitez ceux que la fortune a trop favorisé, car trop rarement celui qui possède la fortune est disposé à regarder le travailleur comme son frère --

                                                          Ces paroles résonnent bizarrement aujourd'hui à la veille d'élections.... Les ouvriers de l'époque se demandaient pourquoi après une dure vie de labeur ils mouraient pauvres et affamés, ils ressentaient le désir de voir changer les choses.

                                                           Le 28 Mars la COMMUNE est proclamée, 

                             La commune

       

                                                      Cette insurrection ne plaisait pas aux communes rurales, et c'est sans doute pourquoi nous n'en trouvons si peu d'échos dans nos archives communales, il est toujours difficile de relater les raisons d'un événement historique dans ses détails, ainsi ce résumé pour mieux comprendre cette période dramatique, qui en plus d'être une guerre était une guerre civile. 

                                                               Nous sommes en Avril, la COMMUNE semble s'installer dans PARIS; dans leur volonté de faire disparaître les témoignages des anciens régimes les COMMUNARDS s'attaqueront aux symboles, exemple la colonne VENDÔME . Cette Colonne érigée à la gloire de NAPOLEON représentait pour eux la barbarie, l'Empereur n'avait il pas instituée le carnet ouvrier les mettant ainsi en permanence sous le regard de la police?.... Un décret du 12 Avril décidera du sort de ce monument, il devait disparaître, date prévue le 5 Mai  50éme anniversaire de la mort de NAPOLEON Ier); les événements dramatiques en mai dans PARIS en décideront autrement, et ce ne sera que le 16 Mai qu'elle disparaîtra du paysage parisien.

           Decret colonne vendome  

 

                                                             Aprés la défaite de la COMMUNE le Président de la République en place, MAC MAHON décidera de la faire reconstruire (1873) Gustace COURBET, le peintre, que l'on a accusé d'être  l'instigateur de la démolition devra en assurer les frais: 10.000 frs par mois durant  ...33 ans. Il émigrera en SUISSE . Aujourd'hui il semble acquis que COURBET était absent le jour où le décret a été voté, et surtout qu'il n'avait jamais demandé la démolition, simplement le déplacement. Il mourra en Suisse en 1877 complétement ruiné. 

                                                      Nous voici fin AVRIL, PARIS semble assez calme, du moins d'aprés COURBET qui dans une lettre à ses parents disait que la ville était un vrai "PARADIS", point de police, point de sottise, PARIS va tout seul comme sur des roulettes. Je pense que COURBET était un tant soit peu optimiste. 

                                                       Ce calme apparent ne durera pas, En mai débuteront deux semaines de durs combats, les VERSAILLAIS reprendront les forts d'ISSY et de VANVRE ainsi que leurs canons; ils s'en serviront contre les Parisiens. Il faut préciser que THIERS  avait obtenu de BISMARCK la libération de 60.000 prisonniers qui seront immédiatement enrolés pour combattre les inssurgés dans la capitale. Les  fédérés répondront par des destructions ( ex: la maison familiale de THIERS) et bien sur le renversement de la colonne VENDÔME.

                              Chute de la colonne vendome

                                                             

Lire la suite

FIN DE L'EMPIRE, Siège de PARIS, 3éme REPUBLIQUE

     

        Suite du billet précédent, "Maintenant l'Empire, le Second"

                                                      J'ai laissé un peu vite 1868, j'en étais à la constatation du mauvais état de la voûte de l'église et qu'il fallait s'attendre à de nouvelles dépenses concernant cet édifice. Cette constatation sera très vite suivie d'une délibération autorisant le Maire à entamer les démarches nécessaires pour  non seulement la réparer, mais également la transformer, puisque d'après les critères de l'époque la voûte ne correspondait plus au "Style ogival" de l'église; elle sera donc plâtrée. Le Maire est donc autorisé à effectuer toutes les démarches conduisant au bon aboutissement du projet.

                                                       En fait les travaux bien que primitivement prévus pour être réalisés rapidement ne seront réellement commencés qu'en 1873 (Architecte GUILLOT) et s'étaleront jusqu'en 1877, la partie la plus importante sera presque terminée en 1875 pour la somme de 51.832,16 Frs avec aide de Madame la Vicomtesse de NOUE.  Sur un document trouvé ultérieurement j'ai relevé que le presbytère avait été implanté sur un  terrain appartenant à Madame DOLIVET, une des limites touchait la propriété de Mr DE NOUE, et l'autre la grange de la ferme attenante.

                                                      Comme pour 1868  je me dois de rajouter des précisions pour 1869; ainsi le 23 mai la population est convoquée pour élire un député au Corps Législatif. Pour cela des accesseurs seront nommés, MM EVRARD M, QUENET Louis ,MONTIER I, DESPORTES JJ, tous membres du Conseil Municipal. Chaque électeur devait remettre son bulletin au Président, c'est le nom que portait le maire à ce moment, afin qu'il le dépose lui même dans la boite après l 'avoir vérifié  ..... Le vote est certifié par une signature, non pas de l'électeur, mais d'un membre du bureau. Le scrutin sera sur deux jours:

                                                       DUC D ALBUFERA 48 S -LOUIS PASSON 22 S -DE VALON 2 S.

                                                       Le 15 août élection d'un Conseiller Général en remplacement du Général DE NOUE décédé. Général de FONTANGES 12 S - Ferdinand DUMESNIL 29 S - Les plus imposés de la commune signeront le registre: BILLION -LECUYER Ch - GRIEU Isidore.

                                                        Cette année là le salaire du Garde Champêtre sera encore de 400 frs.

                                                        Toujours en 1869, une décision prise par le Conseil Municipal relative à la dispense de cours d'adultes dans la commune, mais avant d'en relater les détails je vous parlerai de celui qui est à l'origine de ce beau projet,à bientôt donc.... Je reprends, son nom: Victor DURUY, ce nom parle aux enseignants, du moins je l'espère, c'était un homme d'origine modeste, mais il avait compris que l'enseignement était la clef de l'intégration dans la vie d'homme; d'abord professeur, il devint ministre, par les soins de NAPOLEON III de l'éducation publique, cette dignité l'amena à prendre des décisions dont nous trouvons trace dans nos registres.Il disait entre autre:

                                                         L'enseignement doit être quelque chose de souple et de varié dans ses formes et doit s'appliquer aux catégories les plus diverses d'aptitudes, de besoins ou de conditions. - il avait mis en place le projet de loi de 1865 visant à donner des cours publics et gratuits aux adultes- Le clergé voyait d'un assez mauvais oeil son intention de libérer l'instruction en faveur du peuple. Loi scolaire du 10 avril 1867: cette loi permettait à l'aide de centimes additionnels de proposer une classe d'adultes, et selon la volonté de V.DURUY il fallait non seulement y enseigner l'écriture, le calcul et la lecture, mais aussi l'histoire, la géographie (art 16) un peu plus tard on y ajoutera l'enseignement horticole et agricole, ce qui avouons le dans les communes rurales représentait un plus pour se trouver une place dans la vie, et  pour tracer son chemin. Cette loi aura un écho favorable dans notre commune, un projet relatif à l'institution d'un cours d'adultes public et gratuit sera dispensé par Monsieur DUBLIN l'instituteur en place en 1869. Ce projet comportera 12 articles,en voici quelques uns: les 2-3-4 et 5 concerneront la durée du cours, durée 4 mois, du 15 novembre au 15 mars 1870, de 7h du soir à 9h, cours fermé les jeudis et dimanches . L'article 6 -beaucoup plus discutable à mes yeux, mais dans le contexte de l'époque- précise que le cours n'est institué que pour les hommes,durant ces cours il sera enseigné l'histoire religieuse, la lecture, l'écriture, le calcul,la langue française, le style,l'histoire et la géographie, l'arpentage, l'arboriculture, et le chant. Articles 9 et 10: les élèves s'éclaireront à leur frais et se fourniront de papier. Le chauffage et les autres fournitures de classe seront à la charge de l'instituteur qui s'impose volontairement ce sacrifice. les articles 11-12- et 13 ne concerneront que la discipline, le 11 me paraît intéressant:

                                                         -article 11: les adultes auront un profond respect pour leur maître, ils n'oublieront pas qu'ils doivent se respecter les uns les autres.Un non respect des règles pourrait conduire à l'exclusion des cours. -On aimerait pour l' article 11 qu'il en soit toujours ainsi-     Merci à Monsieur DURUY, un historien de talent, un visionnaire en matière d'éducation publique, peu compris dans son époque. NAPOLEON III mal conseillé se privera de ses services en fin 1869;

                                                          Par délibération le Conseil Municipal décidera d'utilité publique le cours d'adultes dirigé par Mr DUBLIN, et demande comme le permet la loi une aide de 50 francs au département et à l'état.  

                                                          Toujours 1869, Une élection sollicitera les électeurs d'HEUQUEVILLE pour mettre en place un Conseiller d'arrondissement en remplacement de Mr DUMESNIL nommé récemment Conseiller Général, et également le remplacement de Mr de FONTANGES démissionnaire.

                                                           1870 PLEBISCITE DU 8 MAI 1870 - Les électeurs de la commune ont été convoqués à 6h du matin (!!!) en raison du décret Impérial du 23 avril précédent, pour voter ce plébiscite:  95 électeurs inscrits, 81 votants, 81 bulletins, résultat 80 oui 1 seul non... (rappelez vous pas d'isoloir, pas d'enveloppe, bulletin remis au Président (maire) qui le vérifie). Ce plébiscite comporte une clause importante: LES MINISTRES SONT DESORMAIS RESPONSABLES  DEVANT LES DEPUTES ET LE SOUVERAIN.

                                                           Le 26 mai toujours et encore une délibération du CM pour le traitement du garde champêtre, cette fois il faudra voter 7,5 centimes additionnels pour pouvoir le régler. Les plus imposés de la communes sont: CAMPIGNY Rosaire, GRIEU I, LAMOTTE Placide, LECUYER CH.

                                                           Une délibération qui me laisse perplexe: 1er juillet -TRAVAUX COMMUNAUX-

                                                            Un marché de gré à gré est passé entre la commune et MM DENESLE A, et LECUYER CH pour le creusement de deux mares communales, l'une au Londe, LA GRANCHETTE, l'autre dans le centre du village la MAINVILLE .

                                                            LA GRANCHETTE: une distance de 50 cm en deçà des piquets plantés par la commune, une pente de 45 degrés doit être respectée pour le talus, profondeur maxi 3 mètres pour venir à zéro sur le bord du chemin. Il semblerait que la dite mare existait déjà puisqu'il est précisé que "164 m3 de terre avaient déjà été extraits dans la dite mare avant qu'ils n'y eussent travaillé" quantité de terre qui sera ôtée du chiffre total qui ressortira lors du dernier toisé, 2 frs le m3 enlevé;

                                                             LA MAINVILLE: creusement ou RE-creusement, car cette mare figure déjà dans des documents de 1790, d'ou ma perplexité.... Travail exécuté par les mêmes entrepreneurs , même pente pour le talus que pour la Granchette, obligation de laisser de place en place des piliers  qui indiquent la profondeur moyenne au dernier toisé, obligation de porter les terres extraites le long de la route LES ANDELYS ROUEN, de les décharger dans la mare de manière à fournir le talus de 45 degrés , le plus haut au niveau de la route. Les travaux devront être terminés le 1er octobre 1870, jour de réception définitive.  Conditions acceptées de part et d'autre . Ces travaux devaient être le re-creusement,pour probablement  l'entretien de ces mares plutôt que des créations. Je pense pouvoir un jour donner un peu plus de renseignements grâce aux connaissances de Monsieur B. MONTIER, habitant le village. Il connait très bien sa commune et se prête volontiers à mes questions. Concernant la GRANCHETTE, Mr MONTIER m'a expliqué qu'a l'origine elle  avait pour fonction de recevoir l'eau des grandes pluies et ainsi empêcher l'inondation du chemin qui la borde, une sorte de bassin de rétention avant la lettre...Vu le changement de régime entre la délibération et la date prévue pour la réception, je ne sais pas si le travail a été fait... Peut être un document futur me donnera t'il la réponse, comme pour la mare DELAMOTTE, dont le creusement avait été prévu, par délibération, en 1832 en remplacement d'une mare existante  qui avait été gâchée par ce Monsieur, cette décision  en cette année 1870, a été annulée, vous le constaterez un plus loin.

                                                            Le 3 juillet 1870 le Conseil Municipal toujours en accord avec le pouvoir en place a publié une Adresse, ce sera  la dernière pour ce régime, flattant autant que possible l'EMPEREUR, acclamant sa politique, qui pourtant précipitera la FRANCE dans la guerre 15 jours plus tard; voici ce document qui comporte le cachet Impérial. Pourtant le régime devenait plus libéral, avec des avancées non négligeables, mais NAPOLEON III était miné par la maladie, ses décisions s'en ressentiront.

                                             Plebiscire 1870 3 

 

                                                      Délibération du 7 AOUT 1870: Renouvellement des Conseillers Municipaux - Scrutateurs désignés; DESPORTES 71 Ans, QUENET 61 Ans, EVRARD 54 Ans, LE HEC 52 Ans - les deux plus âgés et les deux plus jeunes;

                                                       L'élection a pour but d'élire 10 conseillers, même procédé que pour les élections précédentes, bulletins remis au Président (Maire) qui vérifie "discrètement" sans violer le secret (il ne devait regarder que d'un oeil..).JUGENOT 48 Suffrages - EVRARD 42 S - VAVASSEUR 40 S - LE HEC J 37 S - LE HEC Fr 34 S- QUENET 33 S-  - MONTIER "Maréchal" 30 S - DESPORTES 29 S. Le premier tour est validé, le deuxième le 14 juillet suivant (c'est dire que l'on ne tenait pas compte de la symbolique de ce jour...)  CHEDEVILLE 20 S- LEVAVASSEUR 15 S - CHASTEL 9 S-.

                                                       Le 28 Août suivant installation des Membres dans leurs fonctions, pour peu de temps..

                                                       En ce mois d'Août on procédait encore au Conseil de recensement de la Garde Nationale sédentaire, ce corps sera dissout à la fin  de l 'année 1871.

                                                       RE-MARE DELAMOTTE :  LE 4 Septembre 1870 ABROGATION de la délibération du 24 mai 1832; La mare prévue sur le terrain de Mr DELAMOTTE,  qui appartient à ce jour à Mme BILLION est abrogée. Elle versera 100 frs de compensation et sera déclarée "quitte" envers la commune.  Il faut savoir attendre une réponse...

                                                        Ce sera la dernière délibération où figurera le cachet de l'EMPIRE. Ce qui est intéressant à retenir c'est la date,le 4 septembre dans notre commune n'est qu'un jour comme un autre, mais à PARIS c'est une autre affaire, en effet ce jour là sera proclamée la TROISIEME REPUBLIQUE, avec la formation du Gouvernement de Défense Nationale afin de continuer la lutte contre les Prussiens, ce sera en vain,  le 19 les Prussiens seront sous les remparts, et le terrible siège de PARIS commencera.

                 Proclamation de la 3e republique

                                                             Quelques lignes sur le Siège de PARIS qui commencera ce même 4 septembre pour se terminer le 26 janvier 1871. Je ne sais pas comment nos petites communes vivaient ces nouvelles, mais cette époque provoqua des bouleversements que nous constatons en lisant le registre des délibérations; nous y verrons des élections, des nominations, et ce qui est plus étonnant à mes yeux pas de changement d'hommes... On passait allègrement du serment à l'Empereur à l'assurance d'une fidélité sans faille à la REPUBLIQUE naissante.

                                                          Siège de PARIS donc, 15 jours aprés la proclamation de la République, le 4/09, le Gouvernement provisoire de la Défense Nationale se trouve dans l'obligation de poursuivre la guerre contre la PRUSSE, vainement. Comme déjà précisé les Prussiens poursuivaient inèxorablement leur marche sur PARIS, semant la terreur et les destructions sur leur passage. Il furent le 18 sous les remparts de la ville et assiégèrent PARIS. 

                                                           La population qui n'avait pas été évacuée eût à subir des combats incessants jusqu'en janvier 1871. Beaucoup de victimes, surtout à cause du pilonnage des canons Prussiens en batterie sur le plateau de Chatillon, plus de 400 morts attribués à ces bombardements, beaucoup d'édifices disparaîtront à jamais. La ville manqua très vite de vivres, le ravitaillement venu de l'extérieur était impossible, les Prussiens y veillaient. Dés octobre on manqua de viande dans les boucheries municipales, ces privations poussèrent les Parisiens vers une manifestations vitre réprimée.

       Boucherie municipale

                                                                     En novembre une boucherie "privée" proposera sur son étal: chiens, chats, rats, brochettes d'oiseaux, un rat valait 2 frs. La disette se prolongeant on décida de sacrifier les animaux du ZOO. Les singes seront un temps épargnés à cause de leur ressemblance avec le genre humain, mais dès janvier ils commenceront à être vendus. Les éléphants CASTOR et POLLUX seront "mitraillés" les 30 et 31 décembre; Ajoutez à cela que l'hiver 70/71 fût glacial (plus de bois, plus de charbon, plus de gaz et vous pourrez imaginer la misère de ce peuple de PARIS. Un menu servi dans un restaurant parisien de renom où seule la bourgeoisie pouvait se rendre, elle appréciait parait'il.

           Menu d animaux du zoo

                                                             

 

Bien sur le courrier ne pouvait partir de cette ville assiégée, on aura recours aux pigeons venus du nord de la FRANCE, vaillamment ils transporteront les missives, et  pour quitter PARIS ???  les ballons rempliront cet office. Ces deux allégories pour imager ces événements.

          Siege paris le pigeon                                          Siege le ballon

                                                                       

                                                                      Ce siège durera jusqu'en janvier 1871 date à laquelle le Gouvernement craignant une nouvelle révolte des parisiens  décide l'arrêt des hostilités. Jules FAVRE rencontre BISMARK à VERSAILLES, dans la galerie des glaces, un armistice sera signé le 28 janvier en attendant le décider du traité de paix. Cet armistice provoquera la colère des Parisiens qui considérant ce qu'ils avaient supporté n'acceptaient pas la capitulation devant l'ennemi. Le ressentiment fera son oeuvre, et bientôt ce sera la COMMUNE, on verra cela en 1871.

                                                             En octobre, le 29, il sera procédé à la dissolution du Conseil Municipal, suite logique bien sur des événements précédents; en remplacement une commission sera nommée  --En vertu des pouvoirs qui nous ont été délégués par le Gouvernement de la Défense Nationale MM JUGENOT, EVRARD, VAVASSEUR, LEHEC, et QUENET Louis sont nommés Membres de la Commission administrative provisoire de la Commune d'HEUQUEVILLE, signé le Préfet FLEAU.

                                                              Le 3 Novembre la Commission Municipale (plus le Conseil) d'HEUQUEVILLE composée de 5 Membres, instituée par arrêté du Préfet en date du 29 Octobre 1870 s'est réunie et Vu cet arrêté portant que la dite commission est appelée à élire en son sein son Présidnt qui remplira les fonctions de MAIRE.  Election à bulletin secret, la Commission sous la présidence du plus âgé de ses Membres constate que les suffrages se sont répartis ainsi: JUGENOT dit CHEVALIER, 55 ans a obtenu 4 suffrages, Monsieur QUENET Louis 61 ans a obtenu 1 suffrage.

                                                               En conséquence Mr JUGENOT est nommé PRESIDENT de la Commission Municipale, et remplira les fonctions de Maire;

                                                                Le 22 Novembre les enfants admis gratuitement à l'école: BUREL Octave, CANTELOUP Noémie - DUPUIS Argentine - HAYET G -LAPAUTRE Alexis - QUENNEVILLE Hyacinthe. La raison: Parents chargés de famille.

                                                                Le 4 Décembre: ADHESION A L IMPOT GENERAL, les Membres de la Commission administrative de la Commune, assistés des plus imposés, se sont réunis à la mairie. Résumé de la séance:

                                                                L'arrêté du Préfet du 20 Novembre est porté à leur connaissance. Cet arrêté fixe le contingent à payer par la Commune pour l'armement, l'équipement et la solde des Gardes Nationaux mobilisés à la somme de 1799 frs, "au marc de franc"sur les 4 contributions directes. L'assemblée est d'accord avec cette mesure nécessaire et voulant répondre aux voeux du Gouvernement de la Défense Nationale, consent à l'impôt, mais vu le manque complet de ressources budgétaires, le dit contingent sera fourni au moyen d'une imposition extraordinaire prise sur les 4 contributions directes en une année (1871).

                                                                Un rappel, la Garde Nationale a été définitivement dissoute le 15/11 1871.D'abord Milice en 1790 elle devient Garde Nationale. Un Garde Nationale ne pouvait l'être que s'il était assujetti à l'impôt ( égal à 3 journées de travail) C'était des citoyens plutôt aisés. NAPOLEON III la renforcera face aux Prussiens en 1870, recrutement difficile, mais qui fera corps devant la menace prussienne et le manque de travail dans les communes, dont la nôtre. Salaire 30 sous par jour. Cette Garde s'avérera dangereuse pour le pouvoir, en fait on avait armé le peuple...

                                                                Nous voilà fin 1870, 1871 sera encore lourd de menances, ce sera un autre billet.

 

 

 

                      

 

                                                              

                                                              

 

   

                                                                                                                     

                                                                                                           

                                                             

                                                             

                                                 

                                                             

                                           

                                     

                                                                            

                                                            

                                                               

                                     

                                  

                 

                                                           

                                                     

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site