les raisons de mon blog

Oui les raisons de mon blog; l'idée m'est venue de faire découvrir à qui le souhaite les petites histoires de certains grands personnages  qui ont vécu dans cette région , un petit village de haute Normandie, HEUQUEVILLE dans le Vexin Normand, prés des ANDELYS. Ce village, ni beau ni laid, comme tant d'autres, mais qui comporte quelques jolis témoignages du passé, le Chateau en partie XVIIIéme , une belle croix hosanniére ( ??)dans le cimetiére qui entoure une église trés remaniée au 19éme siécle, un calvaire prés d'une jolie mare , où quelquefois  un héron vient faire son marché,  et à la croisée des chemins vers un hameau un autre calvaire plus modeste que le premier, également  la Vierge  posée sur les restes d'un moulin seigneurial, à la suite d'un voeux d'une famille illustre du village .

Mon but unique est de vous donner l'envie d'aller vers cette petite histoire si riche en anecdotes, et peut être aussi de fouiller dans vos vieux grimoires, et ainsi apporter de l'eau à mon moulin. 

suite des enfants trouvés d'Heuqueville: -Loups à Heuqueville - maréchal ferrand et suite REG PAR. Actes déces Roncherolles 1607 et 1608

 

 

          Voici la suite des enfants trouvés d'HEUQUEVILLE...... Loups à Heuqueville

 

     Je reprends à la fois le chemin de la mairie, délaissé pour un temps, et le fil de mon récit avec l'aide toujours précieuse, bien que difficile, des vieux registres paroissiaux. 

Pas de grandes surprises , le quotidien rythmé par les mariages, les naissances, la mort.... Justement un acte de décès mérite bien que l'on s'y arrête, c'est celui d'Etienne Anselme, une mort parmi d'autre me direz vous, mais non voici pourquoi:

     1707 Estienne Anselme, âgé d'environ 34 ans est décédé le 6/06 1707 a été inhumé dans notre paroisse le lendemain par moi prêtre curé de la dite paroisse.  Signé curé Juliene.

 

Acte loup etienne anselme

Rien de spécial à priori, mais à y regarder de plus près j'ai remarqué dans un coin de la page du registre ce petit texte que je vous livre:

      Il fût attaqué d'un loup sauvage le 20 de mai 1707 et mordu à la cuisse, à la jambe, dessous l'oreille et mordu à la joue, dont il est mort aprés les playes refermées cependant, mais toujours violettes et un peu enflées à la jambe. 

      Je vous laisse imaginer le calvaire de cet infortuné jeune homme........  En ce  début du 18éme siècle aller en forêt comportait des risques; aujourd'hui la faune est bien moins dangereuse, ce qui n'empêche pas cette dernière d'être réguliérement décimée.

                                                Loup mechant                                

 

Toujours en consultant ces RP j'ai retrouvé 4 petits registres des années 1680/1687 qui s'étaient égarés parmi ceux du 18 iéme siècle; en les déchiffrant, assez difficilement car l'encre pâlit avec le temps, s'efface peu à peu, j'ai pu comme je l'avais précisé dans mon précédent billet, remonter le temps. J'y retrouve toujours mon "fil rouge": la famille MONTIER, avec cette particularité les inhumations des enfants de cette famille presque à chaque fois dans l'église, pourquoi??  Peut être à cause du métier de Jacques MONTIER, né aux environs des années 1620,le plus ancien, à ce jour répertorié dans les registres: Maréchal Ferrant. Métier ô combien important dans ces campagnes où le cheval est l'animal le plus précieux de la ferme pour les services qu'il rend à tous. (pour être plus précise le métier de Jacques Montier était indiqué dans l 'acte de naissance de son fils Louis, né en 1656)

 Le Maréchal Ferrant était également vétérinaire, -la corporation des Maréchaux ferrants a été créée en 1643:  - statuts de 1687, les Maréchaux ferrants sont habilités à ferrer, panser, médicamenter toutes sortes de bêtes chevalines- . Privilège qu'ils perdront en 1761, une école vétérinaires ayant été créée par Monsieur Bourgelat. De plus dans les campagnes le maréchal- ferrant était souvent craint, ne maitrisait'il pas le feu, l'eau, l'air dans sa forge.... et n'oublions pas que trés souvent il exercait ses talents de rebouteux sur les paysans qui n'avaient que lui pour soulager  maladies et douleurs, bref vous le constatez un homme important, qui méritait des égards et peut être que cela justifiait les nombreuses inhumations de cette famille dans l'église de la commune, une marque de respect en somme.

 Bien sur ces renseignements n'ont pas valeur historique, j'ai glané des renseignements ici ou là, surtout dans un livre très intéressant sur les métiers de nos ancêtres dans les petites communes normandes (fin 19éme), et également dans un livre de droit coutumier, livre du début 19éme que l'on m'avait aimablement prêté, donc pas de certitude sur les raisons qui ont motivé les inhumations des enfants MONTIER dans l'église du village.Peut être y avait il d'autres raisons que j'ignore,  mais  dans un blog il est permis de rêver, et toujours la même question:   si vous avez d'autres renseignements plus précis n'hésitez pas à me les communiquer il est toujours agréable d'aggrandir ses connaissances....Je tiens également à préciser que ces recherches pour expliquer l'histoire des MONTIER, avec leur accord, reste un travail personnel et qui ne doit pas être utilisé sans mon autorisation.

La forge était située au Londe, dans la propriété de Monsieur Bernard Montier, et un petit bâtiment dans la cour porte toujours le nom de "La forge". Une enclume y trône encore, elle porte une date 1828.( Ces enclumes s'appelaient des Maréchales)

Aujourd'hui dans ce hameau on n'entend plus sonner l'enclume, le feu ne rougit plus les soirs d'hiver, mais le souvenir persiste, et tant que quelqu'un se souviendra de cette forge il persistera...

 

      Ferrage cheval                                    Armoiries marechaux ferrants                            Mar fer rabotage des dents

                                                             Armoiries Maréchal Ferrand

 

 Avant donc que d'écrire, apprenez à penser,

 Ce que l'on conçoit bien s'énnonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément,

 Hatez vous lentement, et sans perdre courage vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage,

 Polissez le sans cesse, et le repolissez, ajoutez quelquefois, et surtout effacez.....                Nicolas BOILEAU.

 J'aurais aimé écrire ceci, mais je n'ai pas le talent de Monsieur BOILEAU, j'ai préféré lui laisser la parole....L'idée est là, et le métier pour moi ce sont les registres paroissiaux. Cette fois encore en les reprenant plus attentivement je suis parvenue à déchiffrer deux actes du tout début 17éme siècle, l'un en 1607, l'autre une année plus tard 1608.

Le premier -1607-qui ne comportait auncun autre renseignement d'état civil que "Madame d'HEUQUEVILLE" s'est avéré être l'acte de décés de la femme du Baron en place à cette époque, Charles de Roncherolles, fils de Philippe de Roncherolles et Madame d'Espinay, sa seconde femme. Aprés recherche il s'agit de Diane de Bussy. De cette union naitra un fils, François, Baron d'Heuqueville pour peu de temps, puisqu'il entra aux Chartreux, et vendit de ce fait la baronnie en 1610 à la famille du FAY . Sur tous les documents que j'ai consultés je n'ai pu trouver la date de naissance de Diane de Bussy, ni celle de sa mort, aujourd'hui avec nos registres nous avons au moins celle de sa mort,d'où l'importance de ces vieux grimoires, du moins à mes yeux.... 

Voici en partie l'acte:  Madame d'Heuqueville 1607 -A environ..le 21éme de Octobre (?)Madame de Heuqueville, femme de Monsieur le Baron de Heuqueville est décédée à environ.... à Heuqueville ... matin et inhumée le vendredy 22.  Signé Charles Boissel - le curé probablement -

Le deuxième-1608-Renée d'Espinay Dame d'Heuqueville, le dernier jour d'octobre(?) 1608, haute et importante dame d'Espinay, dame d'Heuqueville est décédée et inhumée le jeudi 22(?) d'octobre 1608 DANS l'église du dit lieu.

Cette dame était la femme de Philippe de Roncherolles , les parents de Charles qui avait mis en terre une année plus tôt sa femme. Pour la petite histoire ce Charles de Roncherolles avait le Roi Charles IX pour parrain.....

S'il vous arrive d aller dans l'église aujourd'hui, ayez une petite pensée pour les personnes qui reposent sous vos pieds....

La généalogie des Roncherolles est très importante, mais compliquée; c'était manifestement une trés grande famille. Certains ont tenu Heuqueville comme en témoignent ces deux actes de décès, mais il serait vraiment trop long de raconter ici la saga de cette famille dont le nom nous est encore si familier aujourd'hui.

Avec ces deux actes je pense en avoir terminé avec le 17éme siècle, pourtant.....

 

          Les dames d heuqueville 17eme s

 

                  Ci dessus la feuille du registre  de la paroisse d'HEUQUEVILLE où figurent les noms des Dames.......

                                    

                   

 

 

 

               Oui pourtant il me reste à relater un  autre acte de décès, -1677_ encore un personnage historique?? que nenni, un simple ouvrier décédé, lui aussi accidentellement,  lors de l'accomplissement de son travail, jugez en:

                  Alexandre Robert, âgé de 32ans, de la paroisse de  la chaussée ........ (illisible) lequel décéda à la  paroisse d'Heuqueville, étant au service de Monsieur de Jonqueret (?) Le dit Robert ...... fût frappé malencontreusement par son cheval qui lui coupa la main. Du jour au lendemain il fût inhumé dans le cimetière de la dite paroisse, par moy soussigné prêtre Hubert, curé du dit lieu en présence de MM Philippe Chohet, Aulino, JEAN DUBUISSON, et plusieurs autres."

                  Alors pourquoi cet acte plutôt qu'un autre??? c'est que parmi les signataires de  l'acte il y avait un certain Jean DUBUISSON; bien sur ce nom n'évoque certainement rien pour vous, mais pour notre CHRISTINE aux multiples talents c'était son lointain ancêtre, côté maternel.

Un peu plus loin dans les registres j'ai retrouvé ce nom de Dubuisson, mais cette fois Jean en était le principal personnage, en effet il s'agissait de son acte de décès, le 16 juillet 1693, il avait 57 ans, sans indications particuliéres simplement la formule : Inhumé en la présence de Mr Couillon Vicaire, et autres, signé Curé Hébert.  -ou Hubert-

Constatez ceci, toujours un lien entre le passé et le présent, beaucoup d'habitants de souche d'Heuqueville pourraient ainsi remonter à la source de leur famille. Par ailleurs une fois de plus se profile la maniére de vivre dans ces temps reculés. Le manque de chronologie n'est pas un obstacle, car on vivait en quelque sorte au fil des saisons et de leurs aléas, les changements se faisaient doucement sans heurts, internet et ses communications à la vitesse de la lumière n'était pas encore inventé....

Certaines années étaient plus dures que les autres, la grande faucheuse ne chômait pas, souvenez vous le terrible hiver 1694 où le grand froid tua tant d'infortunés villageois, et là le mot infortuné prend tout son sens. A Heuqueville comme ailleurs beaucoup d'enfants succombaient, surtout "Les Enfants trouvés", titre du billet, eux aussi ont trouvé leur place dans le cimetière de cette petite commune Normande......

        

           Acte de deces de mes julian cure 1685

     Perie de mort 17eme siecle

 

             

 

 Bientôt la suite du 18 éme siècle......

    

 

 

Maintenant le 18 éme siècle -suite "des enfants trouvés d heuqueville"

 

   

        

      Le 18éme siècle

       Or donc,nous voilà au 18 éme siècle, dés le début de mes récits j'avais abordé cette époque, tout simplement parce que les documents étaient plus faciles à consulter, textes plus lisibles, encre moins usée, façon de former les mots plus proche de la notre, bref j'avais cédé à la facilité.....Puis l'habitude venant j'ai remonté vers la source au tout début  des registres, qui commencent pour Heuqueville dans les années 1600., et je vous ai raconté ce qui m'avait interpellée, mais il y a certainement encore beaucoup à dire, surtout pour les familles dont  les ancêtres parcouraient notre campagne..

 

      Dans le courant de mon précédent récit j'avais précisé que je reviendrais, le moment venu, sur deux familles qui présidaient à la vie de cette petite commune normande; c'est le moment d'en parler en ce tout début 18 éme siècle, il s'agit de la famille BRECEY Mattieu et GOSSELIN Geneviéve, familles suffisamment présentes à HEUQUEVILLE puisque l'on retrouve très couramment leurs signatures sur les actes de naissance en ce début de siécle.

       Commençons par un acte de naissance, celui de Mattieu MONTIER, en 1700, encore un MONTIER allez vous penser, c'est que sur cet acte, et pour la première fois,  je relève le nom  des BRECEY - GOSSELIN, le premier en tant que Seigneur et le second en tant que Baronne d'HEUQUEVILLE. Cet acte était daté du 23 Février 1700, le petit garçon était le fils de Louis MONTIER, et bien sur baptisé sous le prénom de son parrain Mattieu, comme c'était dans les coutumes de l'époque. -ce petit garçon décéda  3 semaines plus tard...-

 

 

 

 

Acte 1700 mattieu signe brecey et gosselin  

       

          On retrouvera le nom de ces deux familles, unies par le mariage, au bas de plusieurs actes de naissance, et il est surprenant, du moins à mes yeux, de constater que ces"importants personnages" étaient  presque toujours Parrain et Marraine d'enfants MONTIER, là encore  y avait t'il une relation avec la notoriété due au métier du chef de famille, en l'occurence Maréchal Ferrant? je m'interroge souvent à ce sujet; une exception pourtant ces patronymes Brecey et Gosselin figurent sur l'acte de naissance d'un petit Mattieu, bien sur....., le 13 juillet 1703, mais Viguereux cette fois; on peut y lire Parrain Mattieu Brecey, Comte d'Isigny, Seigneur d'Heuqueville, et autres lieux, et très noble Dame Geneviéve de Gosselin Marraine. Les VIGUEREUX étaient étroitement apparentés aux Montier, ceci explique peut être cela.

         Maintenant quelques renseignements sur les Brecey (ou Beaucey) et les Gosselin.

          D'abord à Seigneur tout honneur, les GOSSELIN car ce sont eux qui étaient titulaires de la Baronnie.

          -Geneviéve GOSSELIN était née à ROUEN, et baptisée à QUEVILLE (76) (QUEVILLY) au Temple, (elle était donc protestante), le 4 octobre 1646. Elle était la fille de Gabriel de GOSSELIN, Ecuyer,  seigneur de Martigny, de Compainville, du Caulle,(élection d'Arques) chirurgien, et d'Isabeau  (Elysabeth) de RAYE elle même née en 1623, morte en ???? le mariage avait été consacré en 1639.

           Aprés la mort d'Isabeau Gabriel épousa Catherine de Ricque, (ou de RICQ) née en1625,décédée en 1709, de ce mariage naitront deux fils dont Gédéon, ce même Gédéon cité dans le Caresme et Charpillon comme étant Baron d'HEUQUEVILLE en 1690, et en cette qualité premier Baron de Normandie.

Une précision d'importance concernant ce Gédéon, en effet un arrêt de la Cour du Parlement du 21 Juillet 1721 fait défense au Baron d'HEUQUEVILLE, seigneur du Londe, de la Haulle, du Bosc, de prendre la qualité de Conseillé né, en la cour du parlement de Rouen. 

Ce Gédéon était le demi-frère de Geneviéve, il épousa Catherine de Saravilliers, mais le couple restera sans postérité;( parents de Catherine de Saravilliers: Pierre, seigneur de Brun Coste, et mére Anne Bosquet) peut être que ce fait explique l'attribution de la Baronnie à Geneviève, peu ,trés peu de renseignements sur ce fait. A la révocation de l'édit de Nantes Gédéon s'est retiré dans le pays de Bray.

            

La famille de GOSSELIN avait été anoblie par François Ier, ils étaient protestants . Certains  Gosselin émigrérent au Canada, l'avenir en France leur semblait douteux, et y firent souche; un Gabriel Gosselin y mourrût en 1697.Il avait émigré en 1650, se fit construire une maison qui brûla deux fois, et fût reconstruite en 1977, elle existe toujours. Ce GOSSELIN venait de Combrai , village prés de Thury Harcourt;Il fondit une trés grande famille, créa une importante exploitation  agricole, planta de nombreux pommiers,  leur blason est orné de pommes - ce nom est encore bien connu au Canada.(renseignements attestés par mes recherches auprés de Canadiens)

Photos heuqueville

 

 Geneviève épousa Mattieu Brecey qui devint Seigneur d'HEUQUEVILLE, il était écuyer, Comte d'Isigny, une partie de sa famille  comme celle des Gosselin émigra donc au Canada.Je n'ai pas trouvé  beaucoup de renseignements sur cette famille, De Brécey, peut être qu'un jour mes recherches seront plus fructueuses.  Je ne suis pas historienne, simplement "une curieuse de l'Histoire" surtout celle qui nous touche de prés, et à ce titre bien consciente des erreurs qui peuvent se glisser dans mes petits récits, je mets beaucoup de soin à coller au plus prés la vérité historique, mais une fois encore tous ces vieux documents renferment  souvent des pièges dus à leur grand âge, et c'est pourquoi j'insiste sur le fait que ces récits ne doivent pas être utilisés sans mon autorisation, d'une part, et que d'autre part je les  rectifierais avec plaisir au reçu des précisions qui pourraient m'être fournies par des amateurs plus avertis que moi.   Les registres paroissiaux n'ont été qu'un point de départ à ce récit, qui sans autres recherches aurait été bien bref:  Naissances, Mariages, Décès, rien de plus; ma curiosité m'a poussée à rechercher dans des livres anciens traitant la vie des familles nobles dans mans région des détails, des précisions, des anecdotes afin de donner une idée plus précise de la manière de vivre à cette époque dans nos villages.Ce fût long, quelquefois fastidieux,mais j'ai pu mieux appréhender cette famille GOSSELIN qui un temps a "tenu" notre village, et dont on  trouve encore trace au 19éme siécle.

J'ajoute que très récemment j'ai rencontré des Canadiens, certains touristes en Normandie, d'autres  descendant des familles émigrées au cours du 17ème siécle et j'ai pu ainsi conforter les indications données sur cette famille dans mon récit, et c'est pourquoi j'insiste une fois de plus  sur le fait que ce blog n'est pas libre de droits (texte où illustration, photos) et je remercie les lecteurs de respecter mon travail en ne les copiant pas sans mon accord. 

 

 

 

    Dans ce premier quart du 18éme siècle,hormis les ravages produits  par l'extrême rigueur de l'hiver 1709, et déjà relatés, ravages dans la population,  confirmés par la trace de nombreuses inhumations dans les registres paroissiaux, notamment d'un grand nombre de très jeunes enfants issus pour la plupart de l'Hôpital des Enfants Trouvés de Paris, en nourrice à Heuqueville, et également la perte des vignes source de travail pour la population, je n'ai rien trouvé de significatif dans la manière de vivre, et de mourir , des habitants de ce petit village normand.........

 Des explications à cela peut être, en premier lieu les grands bouleversements scientifiques,et de ce fait religieux s 'étaient déjà produits  au siècle précédent et avaient poursuivi leur vulgarisation, n'oublions pas les colporteurs "qui voyageaient la France", les internautes de l'époque. Une mutation lente certes, mais inéluctable. Pour ce qui est des bouleversements religieux, songez à  la révocation de l'Edit de Nantes, cette tache  qui a obscurci le règne de LOUIS XIV, et qui s'est avérée si funeste à nos seigneurs locaux, pour certains protestants, où comme on disait Huguenots....

 ---

  Pour preuve les De La Basoge, possesseurs de la Baronnie dans les années 1683, obligés pour leur sécurité de fuir à l'étranger,la Hollande en l'occurence. Certains ne reviendront pas, Adam entre autres,  et reposent en terre étrangère, mais accueillante, loin de leur village. Leur fuite a été assez mouvementée, mais c'est un autre aspect de l'histoire du village.

  Bouleversements religieux:

  La révocation de l'édit de Nantes avait donc obligé les protestants à faire un choix, partir, ou abjurer et rester en France mais sans avoir d'existence légale, et là nous retrouvons nos registres paroissiaux, en effet ils n'y figuraient plus. Peut être faudrait il se pencher sur cette question, mais de toute évidence cette impossibilité a être reconnus fait mieux comprendre les difficultés à retrouver la trace des habitants du village à cette époque. C'est un travail pour les familles de notre village aujourd'hui, qui sait elles auraient peut être des surprises.

  L'édit de Fontainebleau qui révoqua celui de Nantes provoqua de grandes injustices, et comme dit plus haut la fuite de nombreux protestants de notre région, et d'ailleurs bien sur.

  Prés de chez nous Louviers et Elbeuf eurent beaucoup à souffrir et pour avoir la vie sauve et la possibilité de pratiquer sa religion  presque toute la totalité des drapiers, cardeurs ,merciers, la richesse de ces villes, s'enfui vers les Pays Bas.

  Un extrait d'une "notice statistique sur la ville d'Elbeuf" de 1822:  --La Révocation de l'Edit de Nantes vint errêter le cours de la prospérité. Plus de la moitié de ses chefs d'ateliers étaient protestants. La plupart d'entre eux allèrent porter leur industrie chez les nations voisines où ils formèrent des établissements rivaux des nôtres, etc, etc...

  Ce ne sera que vers la fin du 18éme siècle que LOUIS XVI assouplira ces dispositions, la Révolution rétablira les droits de chacun, sur ce sujet au moins.  

               Edit fontainebleau 2

  Première page de l'Edit de Fontainebleau  - archives nationales -_

  Diffusion des sciences:

 A ce propos songez à tout ce que le 17éme siècle nous avait déjà apporté.; mais la vulgarisation des sciences commencée durant cette période s'avéra dangereuse pour ceux qui savaient expliquer le "pourquoi des choses" ce pourquoi bien établi souvent  par l'Eglise; cette dernière voyait d'un mauvais oeil les nouvelles données basées cette fois sur l'observation, et non plus sur le divin. VOLTAIRE ne dira t'il pas plus tard à ce sujet:  "Votre ignorance fait toute leur science...... et Gallilée lui dira: et pourtant elle tourne......                       

                      - NEWTON 1642/1727 et sa pomme, les grands travaux de ce savant sur la gravitation universelle ouvrirent les                              portes à ceux d'EINSTEIN.. 

                       - KEPLER 1571:1630 qui lui aussi essaiera de sortir le monde de l' obscurantisme de l'Eglise Romaine au sujet de                             l'héliocentrisme;

                        -DESCARTES 1596/1650, grand mathématicien, grand philosophe , physicien.... Et bien d'autres...

  Ces grands hommes avaient en leur temps osé dire que l'Homme et sa pensée pouvait et devait être libre, mais tout cela est une autre, et cette fois grande Histoire.

  Si j'ai fait cette digression, c'est que comme je l'ai souligné, les registres paroissiaux  de notre village pour ce premier quart du 18éme sont assez pauvres en anecdotes, et pour alimenter ma narration j'ai pensé vous remettre dans l'ambiance du 17éme avec ces grands hommes qui vivaient à l'époque où un simple curé, souvent l'érudit du village, relevait du mieux qu'il pouvait les naissances et les décès de ces humbles habitants  de notre campagne normande dans des registres, ces mêmes registres, qui me servent aujourd'hui à mieux comprendre  notre passé. Ces habitants étaient certainement bien éloignés des préoccupations  de ces grands personnages et de leurs travaux qui pourtant commençaient à transformer leur devenir, en fait la machine était en marche et rien ne pourrait plus l 'arrêter.

  J'ai repris la consultation des registres, rien de transcendant, sauf, et peut être enfin l'apparition de plus en plus fréquente de la mention "Fréres de charité" lors des inhumations; est ce enfin le début de l'existence de la confrérie dont on retrouve aujourd'hui encore les attributs dans l'église, trop tôt pour le dire...

  C'est la rentrée..  Oui c'est la rentrée, bien agréable puisque j'entends de nouveau les enfants de l'école toute proche, ces enfants qui prennent le relais dans les registres d'état civil, mais avant de reprendre la lecture, le décryptage plutôt, de ces registres je me dois d'ajouter à la liste des savants déjà cités, deux noms, CASSINI et PICARD Jean,français de choix pour CASSINI, français de souche pour PICARD.

  CASSINI, pour commencer, 1625/1712, en fait il s'agit d'une lignée de savants, et si j'ai choisi celui là GIEN DOMINICO, le premier de la lignée,  c'est qu'il est en phase avec l'époque de nos RP, et de plus il vint en France à la demande de COLBERT qui avait très vite compris l'importance pour LOUIS XIV de la création d'un document retraçant la géographie de tout le Royaume. GIEN DOMINICO arriva en France au moment de la crétion de l'Observatoire de PARIS, ,il entreprit très vite, par triangulation de dresser la cartographie de notre pays, sans oublier l'utilisation de la Géodésie, technique fondée à la même époque par un autre grand savant PICARD.

  Cette famille, fût naturalisée Française dés son arrivée, Colbert et le Roi avaient compris l'importance de leur savoir. Elle continua de père en fils les travaux de GIEN, ce fût certainement la première pierre à la mise en place de nos départements.

  Les CASSINI nous ont laissé un petit souvenir, regardez bien la carte ci dessous, vous y trouverez le nom de notre commune.

    Heuqueville carte cassini 1

 

  Jean PICARD 1620/1682, en équipe avec CASSINI  s'attaqua à la mise en place de la Méridienne, cette ligne qui traverse la France du Nord au Sud, en passant par l'observatoire de PARIS, ses travaux furent menés en accord avec  ceux de CASSINI.

  De plus Jean PICARD est l'un de ceux qui a apporté le plus à l'Astronomie, ses travaux sont étonnants pour l'époque, les  mesures relevées par ses soins concernant la Lune, le Soleil, les lunettes  qu'il a inventées pour l'observation de certaines étoiles en plein jour, étonnent encore par leur fiabilité, etc, etc... mais laissons ces grands sujets aux spécialistes.

  PICARD nous a laissé également un souvenir, c'est à la ROQUETTE , sous le porche de l'Eglise on  y trouve un point géodésique, un parmi tant d'autres.....

          Cadran solaire sorbonne picard                                  Saturne picard jean       

 

 Oui, comme je l'ai dit plus haut, tous ces grands Esprits ont pris des risques pour d'abord comprendre et nous expliquer le monde dans lequel nous vivons; en contredisant l'église ils encouraient ses foudres, leur curiosité, féconde comme doit l'être toute curiosité, a permis de faire  un grand bon dans les connaissances scientifiques, car ils se basaient  surtout sur l'expérimentation,et l'observation , sans d'ailleurs rejeter l'acquit des Grecs , oui grâce à eux la vie de chacun a progressé vers un meilleur, enfin c'était leur but.

  Je reprends, enfin, les registres paroissiaux du 18 ieme siècle; je m'efforce cette fois encore en les consultant ligne par ligne, certaines fois avec beaucoup de difficultés, considérant leur grand âge , de retrouver le commun de ce petit village normand.

  Cette première moitié de siècle, dont j'ai déjà relaté certains faits  se déroule sans événements majeurs, du moins à HEUQUEVILLE. Toujours beaucoup de décès d'enfants à cause du grand froid, qu'ils soient légitimes ou en nourrice, pour la plupart au Londe;. J'ai remarqué que si quelques enfants étaient inhumés dans l'église, jamais cela se produisait pour  les Enfants trouvés.........  Comme j'ai déjà eu l'occasion de le dire les prêtres avaient quant à eux l'honneur de reposer dans  leur église. Ce fût le cas pour le curé HEBERT, ou HUBERT, mort en 1702. Sur l'acte de décès la mention " Inhumé dans le "coeur" de l'église. Pour un autre prêtre des précisions supplémentaires sur l'endroit où il fût déposer, il s'agit du curé Jean Julienne en 1715.Son corps fût donc déposé sous la tombe de pierre qui est sous le prie Dieu du Seigneur (?) en présence d'une douzaine de curés et autres prêtres du voisinage. Cet acte est signé CH. Julienne, un frére??? 

 

                                 Discrette pers vicaire enterre dans l eglise  

   A partir de cette époque, et de plus en plus souvent les fréres de charité étaient présents lors des inhumations, un frére de charité portait un nom connu à HEUQUEVILLE:  Denesle .  -(premiére mention des Fréres de la Charite du Rosaire dans nos registres :1708)

  Nous voici en 1727, je retrouve un nom connu, les Gosselin, cette famille qui possédait la Baronnie d'HEUQUEVILLE  quelques années auparavant. Il s agit d'un acte de naissance d'un petit garçon:

              -Noble enfant, Jean Louis de GOSSELIN, fils de Messire René Philbert de GOSSELIN, chevalier Seigneur de la Loge et de Dame Marthe Legrand, etc, etc... Ce qui est important dans cet acte c'est que l'on retrouve comme parrain Jean Gédéon de GOSSELIN, Seigneur Baron du Caule et de...HEUQUEVILLE, et autres lieux, marraine Noble Dame Anne Louise de GOSSELIN, veuve de Gabriel de-----Seigneur de Brun Costé, ses oncles et tantes. -  (Ce Jean Louis est décédé en 1800)

  Ce qui est intéressant c'est de constater que ces familles semblaient  toujours résider à HEUQUEVILLE.Mais il y a mieux, voyez avec l 'acte qui va suivre,il me pose plusieurs questions, dont j'ai peine à trouver les réponses, jugez en:

  1728, un acte de décès tout à fait normal concernant Madame Geneviéve de GOSSELIN, qui fût en son temps Baronne d'HEUQUEVILLE, mariée, rappelez vous à Monsieur Mattieu de BRECEY, Comte d'Isigny. Mais voilà qu'il est précisé dans cet acte qu'elle a été inhumée dans la CAVE du caveau de l'église, à coté de son époux le Comte d'Isigny, lequel serait le premier des QUATRE corps inhumés dans ce caveau, en présence de nous prêtre, curé Julienne. Précision supplémentaire les corps seraient dans des coffres de plomb; quels étaient les autres corps?? les prêtres?? peu probable.. Je n'ai pas trouvé la date de la mort de Mattieu de Brécey, pour le moment du moins.

  Dans tous les documents consultés sur la famille GOSSELIN, je n'avais pu retrouver la date du décès de cette Dame, Baronne d'HEUQUEVILLE, nous savons maintenant que c'est en 1728, et ce  grâce aux registres paroissiaux..............

  Une autre question vient à l'esprit, ces corps sont ils toujours en place? -peu probable-L'église d'HEUQUEVILLE a subi d'importantes transformations au 19éme siècle, notamment la fermeture de l'orifice qui menait à cette "cave" lors de la pose d'un parquet. A t'on jugé utile de les laisser en place, avaient ils déjà été relevés?  il est bon de préciser que ce caveau se situait dans la Chapelle dite du Château. A propos de cette Chapelle une polémique à la fin du 19éme siècle s'était faite jour pour sa concession à la famille DE NOUE, et dans certains documents on peu lire "que le caveau est situé sous la Chapelle du Château, qui selon toute apparence était autrefois affecté à la sépulture, ce que prouve l'orifice conservé dans la voûte et destiné à laisser passer le cercueil " maintenant cet orifice est fermé. Pour la petite histoire ce caveau  a servi de cave au presbytère...

  En bref cette cave dans le caveau existait bien, que renferme-t-elle aujourd'hui? mystère. Mais peut être avez vous des réponses, vous qui suivez mon blog, et qui pour certains habitent  depuis toujours à HEUQUEVILLE, et doivent de ce fait bien connaitre leur église...

  J'en étais à 1729, et petit miracle: mélangés, isolés cette fois encore, quelques feuillets du 17é siècle. Ce 17é siècle! il ne me lâche pas!  Je dis petit miracle car il s'agissait de l'acte de naissance d'une petit fille, Marguerite de RONCHEROLLES en 1613. Elle était la fille de Charles de RONCHEROLLES, baron d'HEUQUEVILLE au 17é donc, et de Madame de GUERMADEUC sa deuxième femme ; Les RONCHEROLLES portaient haut leur nom , cette petite fille le porta jusque dans le Cotentin, puisqu'elle épousa le Seigneur de Tourville en 1637 ; cela aurait pu s'arrêter là, mais le miracle continua, un autre acte, cette fois celui du décès de Charles de RONCHEROLLES, chevalier de la garde du Roy, le 19avril 1635. Le miracle pour moi c'est qu'ainsi je peux suivre cette illustre famille. Je ne sais pas  exactement où son corps fût inhumé, peut être à DAUBEUF; en effet dans le cimetière de la commune on peut voir le tombeau de cette famille.   

  Sa premiére femme Diane de BUSSY mourût en 1607, et si je parle de nouveau de Diane c'est qu'elle donna son prénom à la cloche de l'Eglise de notre village.   

                   

--Je fus nommée par la Haute et puissante Dame Renée d'Espinay, par Haut et puissant Seigneur Messire Charles de RONCHEROLLES, et son fils,  Seigneur et Baron d'HEUQUEVILLE , et par Jean HALLE Seigneur de la HAULE --  (source Palissy)

 

  Cette cloche a été cassée, puis refondue par Bollet du Mans, qui a reproduit sur la nouvelle cloche les armoiries de celle de 1601.

        Tout cela fait partie de la saga des RONCHEROLLES, mais comme pour les de la BASOGE, c'est une autre histoire. (Je précise que j'ai replacé les feuillets errants à leur place d'origine...)  Je gage que nous reparlerons des RONCHEROLLES...

   Durant les décennies qui suivirent rien de marquant dans les Registres, quelques annotations du genre: 

               --Enfant né des oeuvres de ....., dans ce cas il s agissait d'enfants illégitimes

               --Dans les actes de décès des mentions du genre:  décédé muni des sacrements de Pénitence, un peu triste lorsqu'il s'agit   

                 de jeunes, très jeunes enfants, quelles fautes avaient ils pu commettre? 

  Durant cette période on voit une famille prendre de plus en plus d'importance  dans la commune, les JUGENOT dit CHEVALIER, ce nom vous est familier (mon billet sur les dangers à se déplacer la nuit dans nos campagnes) au moment de la révolution Louis Michel JUGENOT fût un des premiers Membres du Conseil Général de la Commune, élu le 8/12/1792 pour dresser les actes de la République naissante.

  Je vais aborder l'année 1741, durant cette année la mention de "Notaire Royal de cette paroisse" commence à apparaître . Un acte de décès porte la mention:  Charles Langlois Notaire Royal à HEUQUEVILLE est décédé à 48 ans, inhumé par les Fréres de la Confrérie du Saint Rosaire; on perdra ensuite, et pour un long moment la trace de cette Confrérie. Nous la retrouverons dés le début du 19éme siécle

  On peut d'ores et déjà noter que les registres de 1743 à 1749 ont été repris, et supervisés en 1792, le 13 décembre l'an premier de la République par les officiers municipaux CHEDEVILLE, LESAGE, et d'autres.. A noter également que les mariages avaient lieu le dimanche,après la publication de trois bans durant les trois offices précédents.

  1745 - Le 1er avril de cette année la, le prêtres Ch. Julienne a été inhumé muni des sacrements de l'Eglise, il était âgé d'environ 77 ans par Moi prêtre vicaire de Villerest du doyenné de Gammaches, Nombreuses signatures de prêtres des village du voisinage.Mais ce prêtre n'a pas eu les honneurs de l'inhumation dans l'église, pourquoi, mystère...

  La famille JULIENNE était très  présente à HEUQUEVILLE. Par contre durant cette deuxième partie de siècle il n'est plus fait mention des MONTIER, ils ne réapparaîtront qu'à la fin  du 18é.

  Nous arrivons ainsi dans cette seconde moitié de siècle durant laquelle nous allons découvrir  qu'une autre grande famille posséda  HEUQUEVILLE, il s'agit des HALLE DE ROUVILLE, leur nom se fait jour dans un acte de naissance en date de 1752 concernant cette fois encore le Notaire Royal, qui a pour nom LEGENDRE.

 

  

 Acte legendrepr rouville 1

  

   Cet acte est intéressant car y figure le nom de Gilles HALLE de ROUVILLE, haut et puissant Seigneur, Chevalier, Baron d' HEUQUEVILLE,conseiller du ROY en ses conseils, Président du Parlement  de Normandie (c 'était un titre envié);s' il est important c'est qu' il montre en effet l'imbrication des familles sur les villages que nous connaissons toujours aujourd'hui, et surtout l'apparition d'une  autre très grande famille qui eut HEUQUEVILLE en sa possession, nous les retrouverons un peu plus loin.

  1753 - En cette année 1753 un acte bien triste:

        Mendiante accouchee                                            Wp 20150929 01mpendiante accouchee                               

  Oui un acte bien triste, et qui témoigne de l'extrême précarité de la vie du "petit peuple" alors que la cour vivait dans le faste ..  Un extrait de l'acte, pas facile à lire j'en conviens:  -en juillet 1753, le 29, une malheureuse jeune femme, une mendiante (....) a accouché dans la ferme de Monseigneur de  ROUVILLE, laquelle est tenue à ferme par Mr LEGENDRE .Cette femme a déclaré être du diocèse de Limoges. Le drame de sa pauvre vie est tout entier dans cet acte, elle devait être obligée de suivre les pérégrinations de son triste époux, lesquelles l'ont amenée dans notre région, essayez de lire l'acte  il est édifiant. Je ne sais ce qu'est devenu cet enfant, il a obtenu une existence légale car des personnes charitables ont cru bon de le nommer et de le faire baptiser.

 

                                                Ferme du chateau de rouville

  - 1758 Durant cette année 1758 je relève beaucoup de décès d'enfants (25 sépultures au total cette année là), surtout en Avril; j'en ai cherché la raison, et j'ai relevé dans des documents traitant de la météorologie du passé que de très fortes gelées ont eu lieu en avril, également de la grêle, les cultures furent en partie détruites (en Beauce 60 cm de neige ) une famine, une de plus s'ensuivit.Ce qui explique les décés.

  Dans la deuxième moitié du 18é les registres étaient paraphés par un Conseiller du Roi, Lieutenant Général , ancien civil, baillage, siège de Gisors, servant A ANDELY, pour servir de registres de Baptêmes, Mariages, Sépultures de la paroisse de Saint Germain d'HEUQUEVILLE, pour l'année 1767, donné à ANDELY le 31 du mois de décembre 1766. Le curé à cette époque était Mr JAILLARD Pierre, il est décédé dans le tout début de l'année 1766, âgé de 80 ans, muni des Sacrements, etc, etc, etc, inhumé le 13 janvier par le "Prestre" Curé  de Cuverville Monsieur Mauge, et de nombreux prêtres des alentours.  Il ne fût pas inhumé dans l'église.

 -1768 Dans les registres, et pour la première fois était noté à la rubrique "Sépulture"un avis de décès pour le moins inattendu ,  ce document se rapporte à une Reine  de France, rien à voir avec les "adresses" du 19é, . Cette Reine était Marie LESZCZYNSKA; la femme de LOUIS XV, que l'on disait le Bien Aimé. Je vous fais profiter de ce document:

                                                                                                             

                                                     Mort reine de france                                           

-1769 Un acte concernant une nouvelle fois le Notaire Royal , Monsieur LEGENDRE, et comme nous l'avons vu dans le triste épisode de la mendiante, fermier du Seigneur de ROUVILLE, baron d'HEUQUEVILLE,  pour nous signaler la mort de ce notaire à 69 ans. Sa mort a dû être éclipsée par le décès d'une personne bien plus importante, Madame de ROUVILLE femme du Seigneur Baron d'HEUQUEVILLE. Voyez plus tôt:  

           Le 7é jour du mois de novembre  1769 est décédée au Château de ROUVILLE, très Noble Dame, Dame Barbe, Sophie DU PLESSIS PUCHOT, épouse du très haut et très puissant Seigneur, Messire Gilles Louis HALLE de ROUVILLE, Seigneur et Baron d'HEUQUEVILLE , Seigneur d'ALIZAY et autres lieu et a été inhumée le 9é jour de novembre dans le "coeur" de l'Eglise d'ALIZAY.0nt assisté Monsieur le curé d'Alizay, ainsi que ceux des villages d'alentour...

  Nous nous acheminons vers la disparition de cette famille dans l'histoire de notre village...

  -1770 cette année là décéderont deux des enfants de Monsieur Legendre, précédemment Notaire Royal. Ils avaient six et trois ans.

  Durant cette deuxième partie du 18 é siècle j'avais remarqué que la famille MONTIER ne figurait plus dans les RP de la commune, alors y avaitil toujours un Maréchal Ferrand au Londe?? et bien oui, dans un acte de baptême cette mention:  Marie Françoise Haren, née du légitime mariage de Jean Clément Haren, Maréchal au Londe, ce métier était indispensable dans les communes .

  1771 Encore un drame:  Marie Catherine SAMSON, fille de P. SAMSON et de défunte Marie Anne CAHAGNE est décédée dans les flammes de sa maison le 30 Octobre 1771 âgée de 14 ans, et a été inhumée le même jour par nous preste curé  soussigné dans le cimetière de cette paroisse en présence de son pére (qui a déclaré ne pas savoir signer).

  -1772 Maintenant une petite anecdote qui prouve que d'être bon chrétien ne protège pas de tout:     Charles DENESLE, fils de Nicolas DENESLE et de défunte E. LEMAITRE, ci devant fermier de la Haulle, est mort d'apopléxie immédiatement aprés avoir fait ses Pâques dans notre église paroissiale, et a été inhumé le lendemain dans le cimétiére, etc, etc..

  Egalement en 1772, le 17 mai une coutume qui nous paraîtrait bien étrange aujourd'hui:   Ce jour 17 mai nos paroissiens ont été confirmés en l'église de MUIDS par Nous Seigneur de LA ROCHEFOUCAULD, archevêque, et nous les y  avons conduits processionalement, etc, etc....

  Quelques mots sur ce personnage:   de LA ROCHEFOUCAULD s'installe à ROUEN en 1760; au moment de la Révolution, et malgré une élection aux Etats Généraux il refuse catégoriquement ce nouveau régime, étant un monarchique convaincu. Il se retire à Maastrich, puis à MUNSTER, ville allemande à cette époque,et y décède en 1800. Ses restes seront tansférés en 1876 en la Cathédrale de ROUEN.

Armoirie de la rochefoucauld

-1773 maladies contagieuses dans notre village:   Dans nos registres deux actes de décès, en juillet,  l'un dans la ferme du Buc appartenant à Monsieur DE ROUVILLE, le défunt a été inhumé  immédiatement à 8 h du soir à cause de la malignité de sa maladie; un deuxiéme, une enfant de 12 ans, Françoise, Victoire, Félicité LESAGE,  pour les mêmes raisons. Dans ces  années sévissaient la variole, la grippe, la typhoïde.Quelques mois plus tard un de nos rois subira le même sort.... Son avis de décès figre dans nos registres.

  Peut être que le fait que Monsieur de ROUVILLE se trouve être à cette époque Conseiller du Roi y est pour quelque chose, je ne sais...

          -  Le 10é jour de May 1774 est décédé LOUIS  QUINZE, Roy de FRANCE, dit le Bien Aimé, et a été inhumé à SAINT DENIS en FRANCE le 12 de ce mois.

  -1775 Plus de MONTIER à HEUQUEVILLE?? pas tout à fait, puisque l'on trouve une trace sous la forme d'une signature sur un acte de Baptéme:  JEAN LOUIS MONTIER, mari d'Anne Dupuis, tante du nouveau né, etc, etc....

  -1776  Une inhumation exceptionnelle dans l'église, il s'agit de celle de Cathetrine GOSSE, mére du curé JAILLARD, le 14 mai 1776, veuve de Pierre JAILLARD, 97 ans!!!!!  Inhumée par Mr LE RAT curé de la ROQUETTE, en présence des notables de la paroisse et des prestres des environs. 

  Pour le première fois je trouve mention d'un Maitre d'école:   -Le troisième jour de novembre 1776 est décédé Pierre,Louis, Guillaume DAVID, Maitre d'école de cette paroisse, âgé d'environ 52 ans, muni des sacrements de pénitence, du Saint viatique, de 

'extrême onction,inhumé le lendemain dans le cimetiére de cette paroisse, par nous prêtre, en présence de son épouse Madame Anne TROUSSELLE. 

  Cet acte prouve que contrairement à ce qui est dit dans certains documents qui précisent que l'on ne trouve pas trace de maitre d'école à HEUQUEVILLE avant1804, il en existait bien en en 1776.....  

  - 1777 LA FIN DES ROUVILLE A HEUQUEVILLE

  En l'an 1777 le 19 ou 20 février est décédé Messire GILLE LOUIS HALLE de ROUVILLE, seigneur, comte de ROUVILLE, baron de cette aroisse et autres lieux, Président à Mortier au Parlement de ROUEN, et a été inhumé le 21 février dans l'Eglise Saint Herbland, lieu de sépulture de sa famille.

  Cette église n'existe plus à ROUEN, je ne sais pas si ses restes ont été déplacés, je chercherai...

  Ce seigneur Gilles Louis HALLE, seigneur  d'HEUQUEVILLE, mais aussi d'ALIZAY, où se trouvait son château, aujourd'hui en piteux état,eût dans sa paroisse d'ALIZAY de graves démélés avec le chapelain de la chapelle, ce chapelain je suis certaine que tous vous le connaissez, il s'agit de.... Gilbert SOURY, oui Mesdames  celui de la célèbre "jouvence.".. Ses talents de guérisseur lui sauvèrent certainement la vie durant la Révolution,  de plus il avait à coeur de soigner les pauvres et les déshérités. Les révolutionnaires qui dans un  premier temps l' avait arrêté  en pleine messe le remirent en liberté en 1795.

  Cet homme d'église m'en rappelle un autre: l'Abbé REVER dont j'ai déjà raconté la vie passionnante.

  La seigneurie passa ensuite à son fils Gilles Charles Marie, mais ce dernier ne survécut à son père que 18 mois, ensuite ce fût Louis Guillaume HALLE qui vendit en 1788 la terre et Seigneurie à Messire Charles Léonor, Comte de RONCHEROLLES, un des premiers barons de NORMANDIE, nous avons rencontré bien des fois cette illustre famille. 

                                           Vente seigneurie

   - 1781   Erreur volontaire, ou non?? 

  En 1781, le 23 du mois d'octobre naissait à la cours de FRANCE un petit garçon, très attendu , le premier Dauphin LOUIS JOSEPH de FRANCE, fils de LOUIS XVI et de MARIE ANTOINETTE, la formule est aimable:

       L'An de grâce 1781, le 23 octobre, à une heure et 23 minutes après midi, la Reine a très heureusement accouché et a remplie les voeux et l attente de la nation, en lui donnant un Dauphin qui a été baptisé le même jour à 3 h.

  Une autre naissance, cette fois à HEUQUEVILLE, juste en dessous dans le registre :  

        Le même jour 23 octobre 1781, Madame DE LA BARRE, Soeur de Monsieur le Comte de ROUVILLE, Seigneur de cette paroisse a très heureusement accouché d'un fils à la satisfaction de notre famille, et a été nommé Jean Charles Raoul de la Barre.

 Le curé d'HEUQUEVILLE a t'il voulu faire du zèle en faisant concorder les naissances, mystére... Il est à noter que tant les ROUVILLE que les DE LA BARRE étaient des grandes familles, on trouve trace aux ANDELYS des DE LA BARRE.

  Le temps passe doucement, sans faits marquants, et on arrive ainsi en 1786.

  -1786 Le 18 septembre 1786 est décédé Philippe LE HOUX, prêste curé de FLIPOU, natif de cette paroisse, et a été inhumé le lendemain dans le cimetière de sa paroisse FLIPOU, au pied de la croix par Monsieur le PRIEUR des Deux Amants assisté de Messieurs les Curés du voisinage, il a été administré des Sacrements par Mr HARENC curé de SENNEVILLE.

  

  Je ne sais pas pourquoi ce prêtre sans rapport apparent avec HEUQUEVILLE figure sur nos registres..

  Toujours 1786, un acte qui prouve que les seigneur d'HEUQUEVILLE faisaient appel à des ouvriers parisiens pour l'entretien de leur château, cette fois il s'agit d'un "peintre en couleurs" acte trés lisible, vous y trouverez des détails intéressants, lisez le.

  Le Seigneur en question était LOUIS GUILLAUME DE ROUVILLE.

                                                  Ouvrier de rouville louis guillaume

  Durant ces années  Monsieur HAREN, Jean Clément Maréchal au Londe est décédé, laissant 

Lire la suite

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site