événements du passé dans ma région

HEUQUEVILLE AU RYTHME DE LA TROISIEME REPUBLIQUE SUITE 2

    

                   La suite............                                              

                                                                 

                                                                 -Toujours la III éme République donc, mais en 1877 une crise politique majeure éclatera le 16 juin; cette crise conduira à de profonds changements quant à la direction du pays, le motif en était une lettre du Président du Conseil de l'époque, Mr J.SIMON dont le sujet était la liberté de la presse. LIBERTE n'était pas un mot qui chantait à l'oreille de MAC MAHON alors Président de la République, il était très "monarchiste" et voyait d'un mauvais oeil les républicains.. on verra ce qu'il en sera un peu plus tard.

                                                          Mais revenons aux soucis de la commune avec les dépenses générées par les travaux nécessaires à la survie de l'église du village; Une délibération fera le point sur les travaux effectués, décompte présenté par Mr GUILLOT architecte aux ANDELYS; En ce premier tiers de l'année  les travaux sont bien avancés, l'autorisation est donnée, suite à la demande de Mr TARDIF, curé de la paroisse, pour l'exhaussement de l'arc ogival à l'entrée du choeur.

                                                          Madame la Vicomtesse de NOUE essaiera de venir en aide à la commune, et pour cela elle demandera un secours auprès des instances concernées. Ci dessous une communication du Maire sur le sujet en date du 22 avril:                 

                                                           Le Maire donne lecture d'une lettre du Sous Préfet en date du 14 avril dernier par  laquelle ce magistrat l'informe que la Vicomtesse de NOUE est en instance d'obtenir un secours  de 4000 fr pour l'achèvement des travaux .

                                                            Pour cela il faudra produire  les pièces nécessaires et habituelles à l'Administration concernée - devis - plans - décomptes des travaux - ainsi que les devis supplémentaires de ce qui reste à faire.

                                                            Le Maire et son Conseil signalent l'impossibilité pour la commune de faire de nouveaux sacrifices.. Un résumé sera adressé comme demandé.

                                                             Il faut souligner que les subventions arrivent bien régulièrement. Par ailleurs le 15 août le Maire informe le Conseil que les listes électorales devront être révisées. Une délibération du Conseil désignera les 3 Membres chargés de ce travail: MM MONTIER Louis - CHEDEVILLE Pierre - LEVAVASSEUR Louis. 

                                                              Une nouvelle vente des débris des démolitions de l'église sera décidée avec l'accord du Préfet ( De nouveau pierres , bois, etc..)  Il est amusant de penser que probablement  certaines constructions autour de chez nous comportent peut être quelques pierres très anciennes de l'église, dommage qu'il n'y ait pas eu, comme pour la vente des biens nationaux à HEUQUEVILLE (briques entre autre),  une liste établie avec les noms des acheteurs. ( Il semblerait qu'à cette époque un des modillons Roman  retrouvés lors des travaux ait été "dérobé"..).   Voici un de ceux qui ont été installés dans l'église.

              09 modillon 4 roman 7825 ra

                                                            En octobre, le 28, les élections législatives verront la victoire des Républicains, ce qui provoquera à terme un changement dans le gouvernement de notre pays. ( 54,97% pour les Républicains, 45,03% pour les monarchistes).

                                                             En novembre Monsieur le Maire propose l'achat de la carte de l'Armée territoriale et de la brochure explicative préparées par les soins de Monsieur le Ministre de la Guerre dans le but de former le complément indispensable des tableaux présentant la répartition des classes astreintes au service militaire, et l'affectation des hommes aux différents corps;  Le Conseil Municipal est d'accord, la carte sera achetée 2 fr 80.

                                                             ETAT CIVIL: Naissances 7 - Mariage 0 - Décès 3.

                                                             1878 -  En début d'année la 3éme annuité de la subvention de 8000 fr accordée par le département sera versée. Le conseil Municipal est d'accord une fois de plus sur l'emploi de la somme, à savoir les travaux de l'église.

                                                              On ne peut manquer de remarquer que tant l'Etat que le Département ne se faisaient pas tirer l'oreille pour accorder des subsides à la commune pour les travaux de son église. Autre temps autre moeurs.

                                                              Une préoccupation des habitants de la commune: plus de débit de tabac depuis 1870, aussi en Mai une délibération sera nécessaire pour régler ce "problème".

                                                              RETABLISSEMENT DU BUREAU DE TABAC.

                                                              Monsieur le Maire a réuni son Conseil, et lui expose que la commune ne dispose plus de bureau de tabac depuis 1870 par suite de la démission du titulaire. Il rappelle que:

                 - depuis cette époque aucun habitant n'a fait la demande de rétablissement considérant le peu d'importance de la chose.

                 - le débit ne peut être confié qu'à une personne dont les occupations journalières l'obligent à rester à son domicile.

                 - bon nombre de CONSOMMATEURS ont souvent réclamé le rétablissement.

                                                              Monsieur le Président propose Mme MASSON Veuve, épicière et débitante en la dite commune comme remplissant seule les conditions désirables; Vu que les écritures de la Régie sont très peu nombreuses elles pourront être confiées à son gendre Monsieur DAILLY instituteur en la commune.

                                                              Le Conseil Municipal après avoir entendu l'exposé est d'accord pour la réouverture du bureau de tabac.

                                                              Les chemins vicinaux et le traitement du Garde Champêtre nécessitent toujours des centimes additionnels.. En 1878 à nouveau trois Membres seront désignés pour réviser les listes électorales:MM EVRARD Marin, MONTIER Louis -BULTEL Louis.

                                                              ETAT CIVIL: Naissances 4 - Mariage 1 -Décès 6 -

                                                              1879 - Un événement d'importance en FRANCE cette année là, le Président MAC MAHON élu en 1873, profondément monarchiste ne supportera pas la victoire des républicains; il démissionnera le 30 janvier, et sera remplacé par Jules GREVY un Républicain modéré. Les nouveaux dirigeants prendront au fil des années d'importantes décisions, la toute première, très symbolique: en 1879 le Siège du pouvoir, toujours installé sous les ors de VERSAILLES depuis 1871 reviendra à PARIS. d'autres décisions suivront; dans l'enseignement notamment avec les lois scolaires de Jules FERRY. Majoritaire au Sénat le gouvernement procédera à de nombreux changements dans la haute fonction publique.

                                                              - Dans notre Commune:  -Nouvelle publication destinée aux archives de l'école: -- En raison de la suppression de la publication officielle: Le Moniteur de l'Instruction Primaire, habituellement fourni aux communes, le Conseil Municipal est invité à délibérer sur son remplacement par le Moniteur de l'Instruction PUBLIQUE du département de l'Eure. Une subvention peut être accordée aux Communes, et il est demandé à chacune d'entre elles la modique somme de 50 centimes par an pour l'achat de ce document qui sera déposé dans les archives de l'école.

                                                               Le Conseil est d'accord et vote 50 c pour 1879 et 50 c pour 1880. (Il est fort dommage que ces documents ne figurent plus dans nos archives communales).

                                                                Le spectre lié aux dépenses pour la réparation de l'Eglise Saint Germain s'éloigne, mais il reviendra hélas bien plus tard,  dorénavant ce seront les chemins vicinaux qui occuperont le Conseil Municipal. On trouve de nombreuses délibérations sur le sujet, notamment le chemin entre SENNEVILLE et le THUIT, un autre entre ORGEVILLE et HOUVILLE le numéro 64.     

                                                                - Toujours en 1879 il sera question des fournitures classiques pour les élèves disposant de la gratuité de l'enseignement. ( 9 éléves cette année là pour 74 Fr 25.)

                                                                  RESUME DE LA DELIBERATION: Afin que les élèves de familles nécessiteuses puissent, comme leurs camarades plus favorisés par l'aisance ou la fortune, profiter largement des bienfaits que peut leur procurer l'instruction, le Conseil Municipal est d'accord pour la "fourniture classique" mais demande que l'Etat et le Département acceptent de supporter cette nouvelle charge, vu le manque de ressources de la Commune et l'impossibilité de recourir à un impôt extraordinaire.

                                                                    Signé de Monsieur le Maire et du Conseil.   

                                                                    ETAT CIVIL: Naissances 2 - Mariages 3 - Décès 5                      .

                                                                    Avant d'aborder 1880, et l'arrivée de l'adduction d'eau dans le village, quelques précisions sur la fin des travaux de l'église: En feuilletant, selon la formule encore et toujours, les registres de délibérations je ne relève presque plus rien concernant les dépenses pour l'église, le chapitre semble être clos, du moins pour le moment. Les travaux finis l'église a reçu dans le 3éme tiers de 1877 une nouvelle bénédiction du choeur récemment refait, et de l'autel, une manifestation "grandiose" a rendu l'église à ses fidèles le dimanche 30 septembre 1877. Durant la messe un rappel sera fait des donateurs qui ont permis la bonne fin des travaux entrepris 4 ans plus tôt:  - Le Conseil Municipal,  la fabrique, la famille DE NOUE, les paroissiens; Mmes la Vicomtesse de NOUE et la Comtesse de GANAY ont fait une quête pour l'église.... Le courrier de l'Eure de l'époque a rendu compte en détail de cette cérémonie dans un article paru début octobre 1877.   

                                                                      L'église initialement construite dans le beau style roman, si pur et si simple, a souffert des transformations nécessaires pour sa pérennité certes, mais quelques demandes intempestives du curé TARDIF n'ont pas été très heureuses, entre autre la voûte ogivale du choeur.( dans certains écrits il est dit qu'avant la restauration de l'église la chapelle de la Vierge avait encore le cachet de XII éme Siècle..) Cette église a un long passé derrière elle, elle remonte au Moyen Age, nous en sommes redevables aux TOSNY, cette famille importante de la classe dirigeante Normande de l'époque,qui bien que n'ayant jamais accédée en Normandie au rang Comtal ou Vicomtal est très présente dans les récits médiévaux, mais Barons ils étaient Barons ils sont restés..

                                                                      Monsieur L.MUSSET un médiéviste de grande qualité s'est beaucoup penché sur le passé de cette famille, cette histoire, passionnante,  est trop longue pour la placer ici, retenez simplement que d'après lui le 1er des TOSNY faisait partie des immigrés arrivés en NORMANDIE, pas un VIKING, mais un FRANC.......

                                                                      Un témoignage de cette époque:

                                               Vestiges de la tour 

                          

                                                                     Dans les bois de PERREY, -  Les fossés de ce donjon posés sur un tertre d'environ 32 à 34 métres de diamétre, mordent légérement mon jardin comme en témoigne le plan suivant:     

                                       Plan tour du chateau

                             

                                                              Une cave particulière atteste également de l'ancienneté de certaines habitations du village, cette cave médièvale, en très bon état, dont j'imagine très bien l'activité au travers des allées et venues des premiers propriétaires à chaque fois que j'y descends; les tonneaux présumés y être descendus  en leur temps contenaient ils du vin?? je ne le sais pas, mais rappelons nous que jusqu'à l'hiver 1684 la vigne était très présente sur nos coteaux... cette cave est datée entre le 13 éme et le 14 éme.

                        Cave medieval                                                   

                             Clichés et ref:MM DESHAYES et LEPEUPLE.

                                                                   Une autre très jolie petite cave médiévale se cache aussi à proximité de l'église, et sur la place devant la salle des fêtes une cave, ou une crypte selon d'aucun, voûtée en pierre elle aussi  a été rebouchée par sécurité après une visite de la DRAC. Cet organisme a estimé qu'il fallait inscrire cette curiosité sur un registre archéologique afin de ne pas l'oublier, et éventuellement permettre une fouille bien plus tard.  Pour finir sur nos vestiges anciens comment oublier le beau colombier aujourd'hui sauvé des intempéries grâce à PHILIPPE et à JEANNE, le reste viendra en son temps, mais c'est un bien bel édifice du 17éme; qui raconte non seulement l'architecture de l'époque, mais aussi une partie de l'histoire passée, rappelez vous le cahier de doléances après la révolution:  les demandes à l'enfermement des pigeons ce fléau pour les paysans de l'époque...  

                                                                   1880 -Nous voici donc devant un progrès certain pour les habitants de la commune, l'adduction d'eau; cette perspective devait réjouir tout un chacun, la promesse de futures fontaines fournissant une eau plus saine que l'eau de la "mare à boire", devait faire rêver, convenez en..et souvenez vous des démêlés avec les habitants peu scrupuleux qui venaient souiller l'eau de cette mare destinée à l'alimentation ménagère...

                                                                  SOCIETE DES EAUX DU VEXIN: Un délibération portant sur l'alimentation en eau de la commune - projet de Monsieur BONNETERRE, Ingénieur. Monsieur le Maire explique que pour mettre ce projet à exécution:  , il est indispensable de:

                                 Ier - que les communes autorisent la Société (ou la Cie) des Eaux du VEXIN à poser des tuyaux conducteurs le long des chemins vicinaux des communes.

                                 2éme - que la dite Société s'engage à faire construire à ses frais et dépens un bassin destiné à fournir l'eau aux habitants.

                                 Après délibération le Conseil Municipal décide qu'il y a bien lieu d'autoriser la Société à poser les tuyaux d'adduction d'eau A CHARGE POUR ELLE d'en supporter tous les frais de construction des bassins (LE LONDE et HEUQUEVILLE). Lors de la mise en exécution du projet la commune avisera l' emplacement du terrain à concéder.  Fait à HEUQUEVILE.............

                                                               Ce n'était pas encore l'eau à "domicile", mais l'installation d'un point d'eau dans les communes sera un progrés pour chacun, on en saura plus un peu plus tard.

                                                                Une loi très importante et juste sera votée le 10 juillet, ce sera la loi d'Amnistie pour tous les condamnés de la COMMUNE. Egalement LA MARSEILLAISE sera déclarée Hymne Officiel de la REPUBLIQUE.

                               

                                                                  Convenez que cette interprétation à plus d'allure que celle que l'on entend chanter à tout va actuellement, et souvent par ceux qui le méritent le moins,mais ce n'est que mon avis, les blogs sont faits pour cela.

                                                          En cette année le 14 Juillet sera décrété Fête Nationale, ce n'est pas la prise de la Bastille qui est commémorée mais la fête de la FEDERATION du 14 juillet 1790, pour beaucoup encore aujourd'hui il y a confusion, prendre le 14/07/1789 pour en faire une fête nationale semblait délicat à cause des nombreux morts de ce jour là (les historiens ne sont pas tous d'accord, et on est autorisé à penser que les deux événements sont commémorés ce jour là...) La commémoration sera assortie de concerts dans les jardins de manière que chacun puisse y assister, les endroits emblématiques de la révolution seront décorés, on inaugurera la Statue de la très connue place de la REPUBLIQUE, monument aujourd'hui bien malmené!  (pour information la statue inaugurée en 1880 n'est pas celle que l'on voit aujourd'hui, elle était en plâtre, c'était une épreuve, aujourd'hui celle qui trône sur la place est en bronze, a été inaugurée en 1883 et est l'oeuvre du Sculpteur Léopold MORICE et de son Frére François Charles Architecte.) Cette Marianne porte le bonnet phrygien, ce n'était pas le cas partout, à ANGERS par exemple elle portait la couronne de palmes et l'étoile. De plus le quatorze juillet sera dorénavant jour férié. Ce sera ce 6 juillet que s'imposera la formule " LIBERTE EGALITE FRATERNITE" au fronton des Mairies.

                                                        Revenons à HEUQUEVILLE, notre commune comme toutes les autres est invitée à voter les fonds nécessaires pour participer à cette fête, le Maire invite son Conseil à délibérer sur le sujet.

                                                                 Le Conseil décide que vu la faiblesse des réserves de la Commune elle ne disposera que de la somme de 12 francs pour être distribuée aux indigents de la localité. Le drapeau tricolore sera placé sur le devant de la Mairie. Les 12 fr seront prélevés sur une somme de 30 francs du budget de 1880 sous le chapitre "concession de terrain dans le cimetière et du bureau de bienfaisance".

                                                         17 Juillet 1880, quelques jours après la Fête du 14 juillet un violent orage s'abattit sur le village, les cultures furent détruites dans une très grande proportion , les édifices publics de la commune subirent pour certains de gros dégâts. Le Conseil se réunira pour attester de l'importance des dommages auprès du représentant du Département, résumé de la délibération:                  

                                                         - Le Conseil d'HEUQUEVILLE s'est réuni pour attester des dégâts dus à l'orage et à la grêle le 17 juillet. L'état des édifices publics, Mairie,  Eglise, Presbytère faisait peine à voir et il y a lieu de faire réparer sans délais.Les habitants ont vu en moins d'une heure leurs récoltes ravagées par la grêle. En conséquence Monsieur le Maire demande l'aide du Département.  Le Conseil est unanimement d'accord.

                                                          En Août Mr le Maire rappelle les travaux de réparation fait aux murs du presbytère, à la citerne et à la maison d'école pour la somme de 347 fr 20. Il propose afin de faire face aux dépenses qu'il serait urgent de demander au Préfet l'autorisation de prélever sur le budget primitif de cette année une somme de 150 fr sur le traitement du garde champêtre démissionnaire depuis le 1er janvier; il souhaite donc l'avis de l'Assemblée. Le Conseil Municipal prie également Monsieur le Préfet de donner cette autorisation.

                                                           INSTRUCTION PRIMAIRE: la liste des enfants qui seront admis à la gratuité pour 1881 s'élève à 9, pour des motifs qui vont de l'indigence aux très faibles revenus ( 1 Fr61, 1 Fr55...) La classe en 1880 était toujours dirigée par Mr DAILLY.

                                   Loi du 21 12 1882 enseignment des femmes

                                                          Ce beau texte accompagne la loi du 21 décembre 1880 qui décidera que dorénavant les jeunes filles auront droit à l'Enseignement Secondaire, loi proposée par O. SEE et votée donc le 21 décembre. Ce texte se passe de commentaires.

                                                           ETAT CIVIL: Naissances 3 - Mariages 3 - Décès 8.

                                                           1881 - Election du MAIRE: Nouvelle élection municipale en vertu de l'arrêté préfectoral du 11 janvier dernier. sous la Présidence de Mr VAVASSEUR Maire, et en présence des conseillers nouvellement élus début janvier, le 9: MM EVRARD - QUENET - VAVASSEUR - CAMPIGNY F- MONTIER Isidore - BERCHEUX - LEVAVASSEUR - DESPORTES - LEGENDRE et PREVOST. Le Président de séance invite son Conseil, selon la loi du 12/08/1876, à élire un Maire (vote à bulletin secret) 9 voix pour Mr VAVASSEEUR 1 voix à Monsieur QUENET. Majorité absolue à Mr VAVASSEUR qui a été proclamé MAIRE.- Je rappelle ici que les Maires n'étaient plus nommés mais élus.

                                                           Ensuite élection de l'adjoint, 7 voix LEVAVASSEUR -2 QUENET- 1 PREVOST.

                                                            1881 verra l'établissement de nouveaux chemins vicinaux, le Conseil y est favrable et pense que la commune a tout intérêt à profiter des avantages offerts par la loi du 12 mars 1880.

                                                             Suite à la demande de secours pour les "gros dégâts" de l'orage de juillet 1880, il sera attribuée à la commune la somme de 1703 francs, ainsi qu'une subvention de 920 fr versée par le département pour réparer les édifices communaux. Le Conseil après en avoir délibéré est d'avis que cette subvention reçoive l'emploi qui en a été déterminé par l'Administration supérieure.

                                                              L'adduction d'eau du VEXIN s'installe du moins en partie à HEUQUEVILLE, une heureuse conséquence pour ses habitants;  Une implantation de deux fontaines et d'un lavoir au Londe, le 11 juin réunion du Conseil pour leur implantation; considérant que la Cie travaille actuellement le long des chemins de la Commune, et pour ne pas arrêter le travail il serait urgent d'en choisir l'emplacement, même chose pour le lavoir. Le Conseil souhaitant profiter des avantages offerts par la Cie des Eaux décide: 1er) l'implantation d'une fontaine prés de la mare de Mainville, et 2éme) une semblable sera installée au hameau du LONDE sur la place communale, et 3éme le lavoir communal concédé par la Cie des Eaux sera établi lui aussi sur cette même place; Fait le 11 juin.

                                                              En 1951 le Maire  interdira à la population d'HEUQUEVILLE de laver ot de rincer du linge à proximité de la borne fontaine et de la mare; Mr FLORNOY sera désigné pour la surveillance, et l'on fixera, pour eviter le gel durant l'hiver, la fermeture de la borne fontaine à 17 /h; 

                                                               En juillet, de nouveau la Fête Nationale, même décision qu'en 1880, et toujours la même remarque: ressources très restreintes de la commune, seul un reliquat de 11 Fr 70 sur l'entretien des propriétés communales est disponible...Le Conseil voulant répondre aux instructions du gouvernement vote une somme de 11 Fr70 pour être distribuée en nature aux plus indigents. En Août la somme de 1703 francs perçue pour dédommager les habitants sera répartie ainsi:400 Francs pour les plus "flagellés", le surplus soit 1303 fr sera distribué entre les victimes atteintes du fléau (Monsieur MONTIER recevra 47fr 39, certains ne percevront que 1 fr 20...)  EN juillet Loi sur laliberté de la presse;l'autorisation préalable de parution et le cautionnement, ainsi que le droit de timbre seront abolis; de préventif le système devient répressif suivant la nature des délits, un ex: Offence à la personne du Président, etc... 

                                                                En 1881 décès de Madame la Vicomtesse de NOUE.

                                                                Le 1/09 à 10h du matin acte de décès de Marie Blanche Charlotte Louise de FERRAGUT, propriétaire, 55 ans, 11 mois décédée au château d'HEUQUEVILLE, morte à 6h du matin, née à PARIS le 30 octobre 1825, fille de: JEAN MARIE ANNE JOSEPH LOUIS BERNARD, Comte de FERRAGUT, Baron de PRENERON, et de feue BLANCHE CHARLOTTE DE RONCHEROLLES, épouse de feu ARMAND VICOMTE DE NOUE, Général de division, officier de la Légion d'honneur, Grand croix de l'Ordre de Grégoire le Grand, mariage à PARIS le  12 avril 1855.

                                                                A la suite de ce décès il y eut polémique avec la Préfecture pour le lieu d'inhumation: les héritiers de la Vicomtesse souhaitant voir leur mère reposer dans le caveau sous la Chapelle dite du château en ont fait la demande au Conseil Municipal; le Conseil était favorable considérant la notoriété et l'ancienneté de la famille de NOUE.Il leur semblait évident que de temps immémorial la Chapelle dont il est question ait été occupée par les ancêtres de cette famille que l'on considérait comme bienfaitrice de l'église. ( Le maire fournit comme preuve le témoignage de deux "anciens de 84 et 87 ans, qui le tenait de leur père...)

                                                                Le Préfet ne se montra pas de cet avis, et refusa tout net. Des courriers furent échangés, mais le verdict définitif tomba en 1887 -Impossibilité de revenir sur une décision: " Monsieur le Préfet vient de me faire connaître qu'il ne lui est pas possible de s'en occuper à nouveau du moment que Mr le Ministre a approuvé la décision prise par son prédécesseur" Signe le Sous Préfet.

                                                                Le maire avait pourtant signalé dans une délibération que cette "cave" située sous la chapelle était selon toute apparence autrefois affectée à la sépulture, ce que prouve l'orifice conservé dans la voûte destinée à laisser passer le cercueil. Pour approuver cela il faut se souvenir qu'en 1608, Renée d'ESPINAY, dame d' HEUQUEVILLE, dans les derniers jours d'octobre est décédée et inhumée dans l'église du dit lieu. - Mais attention il n'est pas précisé Cave, même si cela parait  vraisemblable -Cette Mme d'ESPINAY est la haute et puissante Dame qui a donné son nom à la cloche de l'église. Par contre sur un autre acte de décès concernant cette fois Geneviève de GOSSELIN, Baronne d'HEUQUEVILLE,mariée à Mr de BRECEY, il est indiqué qu'elle a été inhumée DANS le caveau de l'église à côté de son époux. Les corps étaient placés dans des coffres de plomb en 1728, on parle de 4 corps, je n'en ai recensé que 3. Leur disparition s'explique peut être par le fait que le plomb valait très cher, et à la révolution il était récupéré pour la fabrication de balles... "Cette cave est bornée d'un côté et d'un bout par l'église et l'autre coté par la rue principale du village, l'autre bout donne sur la cour du presbytère  dans laquelle elle a accès et dont les concessionnaires seront tenus de fermer l'ouverture" les dimensions: 5 mètres de long, 3m50 de large, hauteur 2m. Le Conseil Municipal était d'accord pour la somme de 2.000 Francs.Voilà un épisode de l'histoire d'HEUQUEVILLE  terminé. 

 

                                                                  ETAT CIVIL: Naissances 3 - Mariages 4 - Décès 4.

 

                                                    

                                                         

                                        

 

                            

       

              

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                            

                                                                       

                       

1871, HEUQUEVILLE et la troisième REPUBLIQUE

   

 

                                                        Avant de commencer ce nouveau billet, et puisque les Prussiens étaient encore dans les murs de PARIS, voici un graffiti gravé sur les murs du château de GAILLON photographié lors de l'une de mes visites; ce dessin témoigne s'il en était besoin, de leur passage en NORMANDIE.  (ce dessin a subi les injures du temps) C'est contre cet envahisseur que l'Ancêtre de Monsieur Bernard MONTIER a combattu durant plus de trois mois, seule une blessure l'obligea à renter dans son foyer.

                                          Betty2 prussien      

 

                                                    Le 26 janvier donc le siége de PARIS est terminé, le 28 l'Armistice sera signée à VERSAILLES, mais le peuple de PARIS n'était pas satisfait de cette capitulation;  pour certains la lutte devait continuer, comment accepter de livrer les belles provinces d'ALSACE et de LORRAINE à BISMARCK, comment accepter la rançon exigée par les Prussiens, et surtout pourquoi se plier à l'injonction de nommer un Gouvernement de Défense Nationale, autre clause exigée par les vainqueurs....( BISMARCK voulait traiter avec un pouvoir légitimé par un vote) une révolte sourde se mettait en place, elle éclatera le 19 mars, ce sera pendant 73 jours les combats entre les Versaillais et les Fédérés, ce sera ce que l'histoire appellera  "La COMMUNE" .

                                                     Un résumé du vote du 12 février.

                                                     Le 12 Février 1871 les habitants de la commune d'HEUQUEVILLE, Chef lieu de Section, communes réunies CUVERVILLE et DAUBEUF (207 votants) ont été convoqués par le Président de la Commission Municipale pour procéder à l'élection partielle et cantonale de 8 députés à l'ASSEMBLEE NATIONALE Comme pour les élections précédentes il a été constaté par le Président que la boite destinée à recevoir les bulletins était bien vide.. ( les urnes transparentes étaient encore du domaine du rêve). Pour voter il fallait avoir 25 ans.

                                                     L'appel général terminé il a été procédé à un rappel  des électeurs qui n'avaient pas encore voté, après quoi le scrutin a été déclaré clos à 6h du soir. 207 bulletins dont un blanc. A la suite du dépouillement et de l'inscription sur les feuilles prévues à cet effet les bulletins ont été, en présence de l'assemblée, immédiatement brûlés.

                                                     Le résultat du scrutin a été rendu public au moyen d'un procès verbal ; ce dernier expédié à 9h du soir à la mairie du Chef lieu de Canton pour le recensement général.

         Signé les Accesseurs VAVASSEUR, EVRARD, LE HEC J.                      Le Président JUGENOT Dit CHEVALIER.

                                                      Voici la liste des prétendants  au titre de Député à l'ASSEMBLEE NATIONALE.

         Election de huit deputes 1871

                                                       Dans cette liste on rencontre le nom de personnalités déjà évoquées dans mon blog; ainsi JANVIER de la MOTHE le pittoresque Préfet de l'Eure qui a présidé à sa manière à l'inauguration du pont de SAINT PIERRE Du  VAUVRAY  (billet HEUQUEVILLE FACHE AVEC LE PROGRES) , bien sur GAMBETTA, TROCHU, THIERS,  Général de FONTANGES,  ce dernier semble avoir eu peu de succès dans les élections, cette fois 1 suffrage...( il était Membre du Conseil Municipal des ANDELYS ).

                                                        La délibération suivante en date du 22 avril concerne, en accord avec la loi du 14 avril 1871 le renouvellement intégral des Conseillers Municipaux. Avant cela quelques lignes sur l'affrontement fratricide de 73 jours entre deux mondes: le Gouvernement résigné devant l'ennemi, et les fédérés qui refusaient de capituler devant BISMARCK et ses exigences. Ultime provocation, BISMARCK avait exigé que ses troupes paradent sur les Champs Elysées. N'oublions pas non plus que le peuple souffrait, les conditions de travail n'avaient rien d'humain, un exemple: les enfants de 8 ans travaillaient 15 heures par jour, souvent le ventre vide. Nous étions début mars, à peine 15 jours plus tard ce sera ce que l'histoire a appelé LA COMMUNE.

                                                         THIERS essaiera au moyen d'une affiche placardée dans PARIS de diviser le peuple, le 18 mars il enverra la troupe pour tenter de récupérer les 227 canons entreposés sur la Butte MONTMARTRE - canons payés par le peuple -les insurgés s'y opposèrent, le peuple montera sur la Butte, femmes en tête, comment s'en étonner quand ces mêmes femmes ont vu leur famille mourir de faim durant le Siège de PARIS alors que les "nantis" se gobergeaient le jour de NOEL 1870 dans les restaurants avec la viande des animaux du ZOO.  Le Général LECOMTE donnera l'ordre de tirer sur la foule, un soldat révolté criera " CROSSE EN L AIR", et une partie de l'armée changera de camp,capturera le général et l'exécutera avec CLEMENT-THOMAS, nous étions le 18 Mars, le lendemain l'insurrection était inexorablement en route.

                                                         Le 26 Mars des élections auront lieu au sein de la COMMUNE, les élus s'installeront à l'Hôtel de Ville, le drapeau rouge sera hissé. Sur les affiches appelant au vote on pouvait lire:

                     -- Citoyens,  choisissez pour vous représenter des hommes comme vous, des travailleurs vivant votre propre vie, souffrant les mêmes maux, défiez vous autant des ambitieux que des parvenus, évitez ceux que la fortune a trop favorisé, car trop rarement celui qui possède la fortune est disposé à regarder le travailleur comme son frère --

                                                          Ces paroles résonnent bizarrement aujourd'hui à la veille d'élections.... Les ouvriers de l'époque se demandaient pourquoi après une dure vie de labeur ils mouraient pauvres et affamés, ils ressentaient le désir de voir changer les choses.

                                                           Le 28 Mars la COMMUNE est proclamée, 

                             La commune

       

                                                      Cette insurrection ne plaisait pas aux communes rurales, et c'est sans doute pourquoi nous n'en trouvons si peu d'échos dans nos archives communales, il est toujours difficile de relater les raisons d'un événement historique dans ses détails, ainsi ce résumé pour mieux comprendre cette période dramatique, qui en plus d'être une guerre était une guerre civile. 

                                                               Nous sommes en Avril, la COMMUNE semble s'installer dans PARIS; dans leur volonté de faire disparaître les témoignages des anciens régimes les COMMUNARDS s'attaqueront aux symboles, exemple la colonne VENDÔME . Cette Colonne érigée à la gloire de NAPOLEON représentait pour eux la barbarie, l'Empereur n'avait il pas instituée le carnet ouvrier les mettant ainsi en permanence sous le regard de la police?.... Un décret du 12 Avril décidera du sort de ce monument, il devait disparaître, date prévue le 5 Mai  50éme anniversaire de la mort de NAPOLEON Ier); les événements dramatiques en mai dans PARIS en décideront autrement, et ce ne sera que le 16 Mai qu'elle disparaîtra du paysage parisien.

           Decret colonne vendome  

 

                                                             Aprés la défaite de la COMMUNE le Président de la République en place, MAC MAHON décidera de la faire reconstruire (1873) Gustace COURBET, le peintre, que l'on a accusé d'être  l'instigateur de la démolition devra en assurer les frais: 10.000 frs par mois durant  ...33 ans. Il émigrera en SUISSE . Aujourd'hui il semble acquis que COURBET était absent le jour où le décret a été voté, et surtout qu'il n'avait jamais demandé la démolition, simplement le déplacement. Il mourra en Suisse en 1877 complétement ruiné. 

                                                      Nous voici fin AVRIL, PARIS semble assez calme, du moins d'aprés COURBET qui dans une lettre à ses parents disait que la ville était un vrai "PARADIS", point de police, point de sottise, PARIS va tout seul comme sur des roulettes. Je pense que COURBET était un tant soit peu optimiste. 

                                                       Ce calme apparent ne durera pas, En mai débuteront deux semaines de durs combats, les VERSAILLAIS reprendront les forts d'ISSY et de VANVRE ainsi que leurs canons; ils s'en serviront contre les Parisiens. Il faut préciser que THIERS  avait obtenu de BISMARCK la libération de 60.000 prisonniers qui seront immédiatement enrolés pour combattre les inssurgés dans la capitale. Les  fédérés répondront par des destructions ( ex: la maison familiale de THIERS) et bien sur le renversement de la colonne VENDÔME.

                              Chute de la colonne vendome

                                                             

Lire la suite

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×