la seconde République et la suite.....

     

 

          

            Nous voici donc arrivés en 1848, une des premières délibérations de l'année sera pour rappeler une lettre de 1844 adressée au conseil municipal par plusieurs habitants du LONDE s'élevant contre le projet de vente de la friche du LONDE. La réclamation n'est pas acceptée, le projet est maintenu et accepté malgré l'opposition de Messieurs LESAGE, DESPORTES, DENESLE qui avaient pourtant soutenu le projet lors de son élaboration.... Mais bientôt le conseil aura d'autres décisions à prendre, car en effet 1848 se révélera une année de grand tumulte dans notre pays.

             Nous y voilà au bout de la route qui mène à la deuxième République; 1848 sera parmi les années cruciales de notre pays; d'importants changements se préparent, et par voie de conséquence la gestion de nos communes en sera impactée, mais ici nous nous contenterons d'HEUQUEVILLE.

             Aprés la Monarchie de JUILLET se profile la seconde République, elle débutera par les journées des 22, 23, 24 février et se terminera le 2 décembre 1851 par le coup d'état de Louis Napoléon Bonaparte. (commencé le 2 décembre et terminé le 4 )

              En ce  début d'année le pays était trés agité, le mécontentement dans les couches populaires grandissait chaque jour et l'opposition qui accepait toujours plus mal la loi qui interdisait les réunions prit encore plus mal l'annulation des "Banquets de campagne"; ce fût la goutte qui fit déborder le vase; (en effet pour contourner cette loi les républicains avaient trouvé ce moyen pour se réunir afin de faire campagne) 

              Durant ces 3 journées  le pouvoir tirera sur la foule, c'en était fini de la monarchie de juillet.LOUIS PHILIPPE  fût contraint d'abdiquer, un court instant en faveur de son petit fils le jeune Comte de PARIS, qui du fait de son jeune âge aurait été placé sous la régence de sa mère la Duchesse d'Orléans; le peuple refusera, se rebella et LAMARTINE durant une séance épique à l'Assemblée annoncera devant l'Hotel de Ville la nomination d'un gouvernement provisoire pour cette 2éme République naissante. Ce gouvernement mettra définitivement fin à la Monarchie de juillet.(la signature de l'acte d'abdication eut lieu dans le salon d'érable de NAPOLEON au château des TUILERIES, très vite ce Roi déchu s'enfuira vers l'Angleterre dont il ne reviendra pas, de son vivant du moins..)   Dans un premier temps le drapeau rouge brandi par le peuple faillit devenir notre symbole national, mais Lamartine le repoussera arguant que ce drapeau s'il était l'emblème du mouvement ouvrier était aussi celui qui, dans un combat, signifiait qu'il ne fallait pas faire de prisonniers... le drapeau tricolore sera donc choisi, l'autre rappelait trop le sang versé.

               La seconde république nous apportera le suffrage universel ( masculin...) c'était la première fois que ce mode d'élection voyait le jour dans le monde, auparavant suffrage censitaire, et également l'abolition de l'esclavage. Je n'oublie pas bien sur qu'en 1848 la presse était affranchie de l'impôt du timbre, et Victor HUGO disait cette belle phrase: SOUVERAINETE du peuple:  l'âme d'un pays sous deux formes, d'une main elle écrit c'est la liberté de la presse,  de l'autre elle vote, c'est le suffrage universel... 

 

            Lamartine repoussant le drapeau rouge 1

            

            Le Roi LOUIS PHILIPPE ne parvenait pas à admettre la fin de son règne, de plus sous la forme d'une révolution, le 24 ne disait il pas encore  à ses ministres en entendant les émeutiers sous ses fenêtres: - "Vous appelez barricades un cabriolet de place renversé par deux polissons" - la suite le contredira tragiquement.  Cette troisième révolution couvait, elle prit naissance le 25 février. Une anecdote: lorsque précipitamment le Roi quitta les Tuileries un homme du peuple aida à la fermeture des portières de la calèche , le Roi le remercia,  l'homme répondit: " Pas du tout, j'attends ce jour depuis 17 ans...

                    Abdication de louis philippe

              La deuxième République mettra du temps à trouver sa place; Il y aura les élections des 23 et 24 avril qui feront que pour le malheur du petit peuple, de nombreux notables très "conservateurs" seront élus.  Suite à ces élections le peuple gardera un assez mauvais souvenir du suffrage universel. Entre le 4 mai et novembre 1848, date de la promulgation de la nouvelle constitution, il y aura les dramatiques émeutes de la faim, en juin,  causées entre autre par la fermeture des Ateliers Nationaux, mais également par l'attitude des nouveaux Ministres  mis en place par ce suffrage universel, les 23 et 24 avril. Ces ministres  ne faisaient rien pour améliorer la condition du peuple de PARIS; ce peuple vivait dans une très grande misère dans des taudis insalubres où leurs jeunes enfants mourraient jour après jour. Le mécontentement grandissait et mènera aux émeutes de Juin. Ces émeutes feront plus de 5000 morts des deux cotés;(Paris était hérissé de barricades, les combats firent rage plusieurs jours entre les insurgés et l'armée).  Après la promulgation de la nouvelle Constitution LOUIS NAPOLEON BONAPARTE sera élu Président de la République, le 10 décembre 1848.  LOUIS NAPOLEON BONAPARTE promettra entre autre, la paix et de nombreuses réformes sociales..... tiens, tiens cela m'évoque quelque chose.. La seconde République reprendra les mêmes principes que la première, LIBERTE - EGALITE - FRATERNITE, également DROIT à l'enseignement. Ce dernier point aura son importance pour les finances de notre commune.

                                        Pourquoi ce préambule, dressé à grands traits il est vrai,tout simplement pour mieux faire comprendre les délibérations que notre commune sera amenée à prendre, sinon comment comprendrions nous ce tout premier document, la REVOCATION du maire et de son Adjoint..

            Revocation maires  

               A la suite de cette notification du 16 mars 1848 le Conseil Municipal d' HEUQUEVILLE se réunira extraordinairement en la salle de la Mairie le 22 mars suivant; Voici un résumé de cette réunion.

                Le Conseil Municipal d'HEUQUEVILLE s'est réuni extraordinairement en vertu de l'autorisation accordée à Mr CARRIERE, Conseiller Municipal et Administrateur provisoire de la dite commune par l'un des Commissaires Administrateurs provisoire du département de l'EURE suivant une lettre du 17 de ce mois.

                Présents CARRIERE, MILLIARD, DESPORTES, commissaires, DUVAL, JUGENOT Père et Fils, LESAGE, Conseillers Municipaux. Mr CARRIERE donne lecture  de la lettre de laquelle il résulte que le MAIRE et l'ADJOINT de cette commune sont REVOQUES de leurs fonctions. 

                 2éme  - d'un arrêté par lequel Mrs CARRIERE, MILLIARD, DESPORTES, sont nommés Commissaires Administrateurs provisoires de la commune. 

                 En conséquence, Mrs CARRIERE, MILLIARD et DESPORTES ayant acceptés cette mission ont été installés dans leurs fonctions.      Fait et délibéré à HEUQUEVILLE en Mairie les jours et mois que dessus.  

                 Ces mesures bien sur ont été prises eu égard au changement de régime.

                 Dans la foulée les Commissaires Administrateurs Provisoires et le Conseil Municipal de la commune feront acte d'adhésion au Gouvernement Provisoire, en voici le texte:

                         -ADHESION au Gouvernement  Provisoire:

                  A Messieurs les Membres Provisoires du Gouvernement de la République Française

                          Messieurs, Les Commissaires Administrateurs provisoires, les membres du Conseil Municipal de la Commune d'HEUQUEVILLE canton des ANDELYS Eure, réunis en la salle de la Mairie font d'une voix unanime acte d'adhésion au gouvernement républicain. L'ère nouvelle de la République qui vient de s'ouvrir leur fait espérer que le règne de la liberté n'est plus un vain mot. Ils en sont convaincus . Vous voulez le bien du peuple dont vous êtes les défenseurs, vous voulez le respect pour la personne et pour les propriétés, vous voulez l'égalité et la fraternité, vous voulez faire sortir notre belle patrie de l'état de torpeur dans lequel elle se trouvait avant les glorieuses journées de février. Vos sentiments sont les leurs . Vous trouverez en eux des auxiliaires fermes et dévoués.

                          Comptez sur leur concours actif et vigilant.    Signé des mêmes.

                   Je ne sais pas pour vous, mais pour moi cela me rappelle une phrase bien connue: les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent.......... ( phrase d'Henri QUEUILLE )   A noter que quelques mois auparavant les mêmes prêtaient allègrement serment au ROI LOUIS PHILIPPE 1er.....  Voici la musique qui accompagna la seconde République:  

                       Après la mise en place des responsables de la commune, que je n'oserais pas qualifier de nouveaux, la vie reprend son cours dans ce petit village, et revoici, revoilà le SIEUR HUBERT, toujours en désaccord avec le Conseil Municipal, fût il royal ou républicain.

                     Déjà en 1847, rappelez vous, ce Sieur HUBERT s'était élevé contre la vente et la location de quelques biens communaux,délibération de décembre 1847, sans toutefois justifier les motifs de son opposition. En avril 1848,  une nouvelle délibération sur le sujet des Membres du Conseil Municipal , en vertu de l'autorisation de l'un des Commissaires Administrateurs Provisoires de l'arrondissement des ANDELYS. En accord avec Monsieur CARRIERE, Commissaire administrateur provisoire, le conseil municipal demandera la levée de l'opposition, ce sera fait à l'unanimité des membres présents. ( tous ces titres sont bien redondants, mais pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué....)     Signé des mêmes.

                     Nous retrouverons encore le Sieur HUBERT un peu plus tard.

                     INSTRUCTION PRIMAIRE:

                     En mai suivant une délibération se rapportant à l'instruction primaire pour 1849. Un rappel de la loi de 1833 sur l'instruction primaire qui oblige toute commune, soit par elle même, soit en se réunissant à d'autres communes voisines, d'entretenir au moins une école primaire élémentaire. Il est précisé dans cette délibération que la commune entretien déjà une maison d'école (était ce celle programmée en 1847 dont l'adjudication  a été donnée à Monsieur HAYET maçon à HEUQUEVILLEle 10 janvier 1847, était elle terminée? on le verra peut être en "épluchant" les registres des délibérations)  quelquefois il était de mise que l'école pouvait se faire dans la maison de l'instituteur en place.  Pour cet entretien 3 centimes additionnels seront ajoutés au principal des contributions directes pour 1849 pour le traitement de l'instituteur (200fr) et le taux de la rétribution mensuelle des parents pour chaque enfant sera porté à 1 fr25; en outre le maximum des admissions gratuites est fixé au dixiéme du nombre moyen d'élèves reçus dans l'école de la commune.  -La charge pour la commune de ce point de vue ne devait pas être très lourde!-

                      CHEMINS VICINAUX:

                      A la même date, la commune pour 1849 établira  pour l'entretien des chemins vicinaux un rôle de prestations en nature de deux journées d'homme, de voiture ou charrette attelée, de bêtes de trait, de somme ou de selle..... Le conseil vote en outre une imposition de 4 centimes additionnels au principal des contributions directes.  

                       Comme vous pouvez le constatez le nouveau régime n'allégeait pas vraiment les charges des habitants, pour la plupart de simples paysans, bien au contraire.

                       Et bien le revoilà le Sieur HUBERT.... Pousuites et injures.

                       Délibération de juin 1848 - sous la présidence de l'un des Administrateurs Commissaires  pour obtenir des poursuites à l'encontre de ce Monsieur. J'aurais aimé scanner ici la délibération du Conseil, elle aurait eu  plus de "sel" mais bien qu'écrite avec soin elle n'est pas facile à la lecture, je vais vous en donner un résumé.

                       - Le Président de l'Assemblée expose au Conseil Municipal que le 12 juin 1848,vers les 6 h du soir, le citoyen HUBERT Desmoscène, Arpenteur Géomètre, demeurant au lieu dit HEUQUEVILLE s'est emporté en injures grossières vis à vis du Commissaire Administrateur et du Conseil Municipal, les traitant de canailles, fripons, voleurs, et autres propos malhonnêtes.

                        Le commissaire reconnait dans ces propos le délit de diffamation et d'outrage public , et requiert de l'autorité compétente les poursuites contre les diffamations et la prime encourue par la loi.
                        Signé CARRIERE - DESPORTES - MILLIARD - JUGENOT père et fils -DUVAL- ROUSSELIN -LEGENDRE.

                        Vous avez pu remarquer que le Sieur HUBERT avait changé de statut, d'Instituteur il est passé à Apenteur Géométre.  Une petite remarque, les Conseils étaient bien animés en cette époque là, et l'esprit, semble t'il ,bien éloigné des émeutes parisiennes,  songez que quelques jours après ce conseil,  Paris était à feu et à sang.( les émeutes de la faim) J'ai également remarqué que malgré le changement de régime les plus imposés de la commune assistaient encore aux réunions du conseil.Dans ce même mois de juillet le salaire du garde champêtre sera revalorisé et passera à 375 francs (le salaire de l'instituteur était de 200 fr, mais sans ce que payait les parents pour mettre leurs enfants à l'école)

                         Peu à peu nous revenons à l'élection d'un maire, et non plus à une nomination; Pour HEUQUEVILLE ce sera  le 30 juillet que les élections générales auront lieu.  Voici la copie du document: (61 votants)

                          Marius CARRIERE 57 suffrages sur 61 votants - Louis ROUSSELIN 47 suf. Hyacinthe VAVASSEUR 47 suf. - P.CHEDEVILLE  42 suf. - Isidore MONTIER 42 suf. - Pierre LEGENDRE 32 suf. - Pierre DUVAL 32 suf - JUGENOT dit CHEVALIERE Fils32 suf. - JUGENOT dit CHEVALIER Père 31 suf, et Hyacinthe LESAGE 12 sur 50 votants.

                           Le 30 Août 1848, installation du Conseil Municipal, sous la présidence de Monsieur CARRIERE, premier conseiller dans l'ordre du tableau d'élection. Durant cette séance le président annonce qu'il va être procédé à la nomination du Maire et de l'Adjoint, en fait,  à l'élection. Après avoir appelé les  3 plus âgés et les 3 plus jeunes pour faire fonction de secrétaires, le Président de la séance fait savoir qu'il va être, par scrutin secret et individuel,  procédé à l'élection d'un maire. Il rappelle aux conseillers que chaque bulletin ne doit porter qu'un nom, et que chaque conseiller peut le faire écrire en dehors de la salle. Sont élus:      

                           MAIRE Monsieur CARRIERE, 9 suffrages, 1 suffrage pour Mr ROUSSELIN

                           ADJOINT: ROUSSELIN 9,   I suffrage DUVAL

                    Je me pose une question: Qui a voté pour ROUSSELIN, et qui pour DUVAL? il y a bien un proverbe: charité bien ordonnée commence par soi même...Bref nous voici de nouveau avec un Maire élu, non révocable par le bon vouloir d'un Préfet. Dans cette liste nous voyons réapparaître un membre de la famille MONTIER, et vous pourrez constater au nombre de votants que le scrutin était bien masculin et pour longtemps encore!! 

                    Nous sommes sur le point de quitter 1848, LOUIS NAPOLEON BONAPARTE vient d'endosser l'habit de Président de la République, Prince Président devrais-je dire, cet habit ne tardera pas à lui sembler trop petit, mais n'anticipons pas..

                    Les chemins vicinaux font toujours parler d'eux, c'est que l'on commençait à comprendre l'importance des voies de communication, à peu prés à cette époque n'a t'on pas construit le pont d'ANDE dont je vous ai raconté l'histoire il y a quelques temps déjà.;  pour preuve une circulaire du Préfet:

                    Le 28/09 par circulaire le Préfet fait savoir que l'Assemblée Nationale a voté un crédit de 6 millions pour travaux sur les chemins vicinaux, tant ordinaires que de grandes communications. Le Conseil Municipal étant favorable à l'amélioration des dits chemins et souhaitant s'associer à l'intention bienveillante de vote de l'Assemblée Nationale décide et vote 2 centimes additionnels pour 1849 pour l'entretien des CV, ce pour se mettre en accord avec le vote de l'Assemblée Nationale.  

                     Une précision:  en 1760, sur le plan terrier HEUQUEVILLE était relié à ORGEVILLE, HOUVILLE, FRETEVILLE, LE THUIT, RONCHEROLLES, ANDELY, LE LONDE, SENNEVILLE, VATTEVILLE.  Peu à peu beaucoup de chemins disparaîtront: intérêt personnel des propriétaires les avoisinant, vendus par la Commune pour avoir les moyens de faire des travaux par ailleurs.

                      - (Je persiste à mettre en bleu le texte des documents à ma disposition, les scanner prend trop de place, et surtout ils ne sont pas toujours très lisibles, de plus j'aime toujours à en situer le contexte).

                       ETAT CIVIL: Naissances 7 - Mariages 3 - Décès 7.

                       - 1849  En mai, le 11 il est de nouveau question de l'instruction primaire, cette fois pour 1850. Le Conseil rappelle une fois de plus une partie de la loi de 1833 qui oblige la commune à dispenser l'Instruction Primaire. La commune assure qu'elle entretient une école par elle même, et qu'elle possède maintenant une Maison d'école et qu'il y a lieu d'assurer le service pour 1850. Pour ce faire la commune vote...... 3 centimes additionnels au principal des contributions directes pour subvenir au traitement de l'instituteur qui est fixé à: (.ici pas de précision). Tarif pour chaque enfant mensuellement: 1 fr25, quelque soit l'instruction donnée. La majorité des admis gratuitement est fixée comme par le passé au dixième du nombre des enfants reçus dans la commune. 

                        Cette année là comme l'année précédente le Préfet, par lettre du 20 septembre, demande au Conseil Municipal de se réunir pour désigner 2 Conseillers Municipaux qui feront partie de la Commission Cantonale chargée de désigner les jurés du Canton des ANDELYS pour 1850; seront désignés: ROUSSELIN Adjoint, JUGENOT dit CHEVALIER fils. Signé CARRIERE Maire.

                        Une délibération maintenant qui concerne les armes communales, loi du 21 Mars 1831 sur l'organisation de la GARDE NATIONALE.(Rappelez vous le "SIEUR HUBERT" en faisait partie en son temps). Une des prérogatives de cette Garde Nationale est d'assurer l'ordre dans les communes; en 1849 un décret supprimera la moitié des bataillons et réorganisera l'autre moitié de ce corps,  entre autre en ce qui concernait les armes. L'autorité se méfiait de cette garde, peu facile à contrôler, en 1871 elle sera définitivement supprimée.( aujourd'hui en 2016 une autre forme de Garde Nationale se met en place, ce qui prouve bien qu'à toutes les époques des dangers planent sur nos libertés, espérons simplement que cette mesure certainement nécessaire n'aura jamais à être requise, et que la tolérance, cette qualité indispensable à la paix sera toujours présente.) Voici le texte de cette délibération:

                        Le 20/11/1849, le Conseil Municipal en vertu de la loi de 1831 s'est réuni en Mairie. Mr CARRIERE,Maire, fait connaitre que le but de la réunion est de désigner les personnes auxquelles on doit délivrer les armes possédées par la Commune et expose au Conseil que conformément aux circulaires de Mr le Préfet de l'Eure (15 mars et 17 août ) ce magistrat engage les Maires des communes de délivrer aux Gardes Nationaux, et de préférence à ceux qui ont servi sous les drapeaux et dont la profession a de l'analogie avec l'entretien des armes, et enfin à ceux qui sont reconnus pour être des personnes soigneuses et qui ne seraient pas capables de s'en servir pour un autre usage que celui auquel elles sont destinées. Vu la loi de  septembre 1791 relative à la responsabilité des Gardes Nationaux détenteurs d'armes communales.

                         Nombre d'armes 16: fusils 12, sabres briquet 4. 16  personnes seront donc désignées, parmi elles une connaissance MONTIER Louis Isidore (il sera doté d'un fusil) . Signé le Maire

                          Toujours les chemins, mais cette fois de grandes communications, la commune refuse de participer aux dépenses occasionnées par la création du chemin N°2, d'ECOUIS à LOUVIERS au prétexte qu'il s'écarte de celui emprunté habituellement par les habitants d'HEUQUEVILLE, donc pas de dépense ni pour la création ni pour l'entretien du dit chemin...

                           Le traitement de l'Instituteur devra être augmenté, donc vote de centimes additionnels (....)

                           En juin un  arrêté qui ne manque pas d'intérêt pour les pratiques de l'époque, et le niveau de vie des habitants, à savoir:

                           LA MARE A BOIRE DU HAMEAU DU LONDE - Mr le Maire informe son Conseil de plaintes portées par plusieurs personnes du LONDE concernant la mare à boire, et l'usage qu'il en est fait.Il semblerait en effet que la salubrité de cette mare soit menacée par la pratique d'usagers peu scrupuleux, voyez plutôt:  "L'eau de cette mare se trouve salie et troublée par  des personnes qui y abreuvent leurs bestiaux, et qui y lave leur linge.                           

                            - Considérant que ces personnes font preuve de mauvais vouloir, puisque à très peu de distance de la susdite mare s'en trouve une autre pour les bestiaux..

                            - Considérant que ces mêmes personnes n'ont fait aucun cas des défenses faites par le Garde Champêtre, que cet état de chose ne peut être toléré sans porter une grave atteinte à la santé des habitants qui n'ont que cette mare comme eau potable (!!!)le Garde Champêtre est autorisé à dresser procès verbal aux propriétaires des oies et canards qui nage sur l'eau, et, si ces animaux étaient "méconnus" par les propriétaires le dit Garde Champêtre est autorisé à les tuer.... mais uniquement sur l'eau.  Arrêté signé du Maire,également, plus rare, contre signé du Préfet Monsieur VALLON le 28 Juin. (en 1834 même chose pour la mare MAINVILLE)

                            Je m'amuse toujours de ce genre de délibération qui reflète le mode de vie de nos anciens, pas très facile ni confortable d'ailleurs,aujourd'hui les préoccupations de nos élus sont très différentes, mais peut être aimeraient ils n'avoir rien de plus graves à traiter...  Une observation: en 1849 il y avait bien deux mares au hameau du LONDE.

                             Le 20 Novembre une délibération importante pour la commune et ses finances: Le Maire expose au conseil municipal la nécessité de faire construire un nouveau presbytère, l'ancien est devenu très vétuste; le conseil es d'accord et autorise le Maire à faire exécuter tous les devis nécéssaires à la bonne exécution du projet.

                            -ETAT CIVIL: Naissances 4 - Décès 8- Mariage 1

                           - 1850  -  Cette année là est pour moi une année charnière dans l'histoire de la deuxième république, on y verra  des progrès certains, dans les communications par exemple avec la mise en place de lignes de chemins de fer, l'inauguration de la ligne TREIGNER / St QUENTIN en grande pompe par Louis Napoléon prouve l'importance de ce mode de transport. (Ligne initiée par LOUIS PHILIPPE) en fin d'année environ 3000 km  de voies ferrées seront en exploitation, tant pour les voyageurs que pour l'industrie.     

                            Quelques dates qui marqueront de leur empreinte cette période:    

                             Février: création de la SACEM, -   15 Mars Loi FALLOUX qui donnera satisfaction aux catholiques -  31 mai: restriction du suffrage universel, il fallait dorénavant 3 ans de domiciliation dans le canton pour pouvoir y voter. Cette loi écartera environ 30% d'électeurs pauvres du droit de vote. -   8 juin Restriction de la liberté de la presse, et loi sur la déportation politique -   2 juillet loi GRAMONT sur la protection des animaux domestiques -   16 Juillet nouvelle loi restrictive sur la presse, et le 10 octobre Louis Napoléon Bonaparte est acclamé par les cris : VIVE L EMPEREUR à SATORY, (nous étions toujours sous la deuxiéme République, le changement était en marche.)  le 6 décembre l'Assemblée autorise le partage des biens communaux .

                            Maintenant que je vous ai décrit, une fois de plus le contexte de l'époque, je reviens aux délibérations de notre Conseil Municipal, qui bien sur sont peu à peu impactées par tous ces changements..                             

                          - En 1850  verra la création d'un poste de cantonnier pour l'entretien régulier des chemins vicinaux, poste effectif 5 mois de l'année, salaire 35 frs par mois, somme prélevée sur les fonds destinés à l'entretien des chemins durant toute l'année. Mr Narcisse THOUE, terrassier à HEUQUEVILLE sera proposé pour cet emploi.

                             Nouveau progrès, dans une délibération on peu lire que le Conseil Municipal décide de faire assurer les bâtiments communaux contre les incendies, explosion de tonnerre; la conséquence de ces accidents ferait que la commune perdrait le ou les biens, église, maison d'école... Les Anciennes Assurances Mutuelles seront désignées pour cela.

                             Il y aura également du changement pour l'instruction primaire, les tarifs seront de nouveau modulés en fonction de l'instruction fournie: 1fr pour les commençants, 1Fr25 pour ceux qui lisent couramment et écrivent sur du papier, et 1fr50 pour les élèves dont l'instruction reçoit les développements présentés par la loi du 15/03/1850, dite Loi FALLOUX. (programme de la loi Falloux: , lecture, écriture, rudiments de calcul, éducation morale et.. religieuse, et pour les filles seulement: travaux d'aiguille.)

                          ETAT CIVIL: Naissances 8 - Décès 7 - Mariages 2;

                          1851 - Un pas de plus sur le chemin de l'Empire, le deuxième, à nouveau quelques dates significatives pour la suite des événements en FRANCE et bien sur dans notre commune.( mode d'élection, instruction primaire, place de la religion..)

                          -Le 24 janvier Louis Napoléon Bonaparte, toujours président constitue un gouvernement, SANS président du Conseil,                             avec des hommes acquis à sa cause, pourtant malgré cela le 19  Juillet l'Assemblée rejette le projet de révision                               de la constitution. 

                          - le 13 Novembre l'Assemblée repousse l'abrogation demandée par le Président de la République de la loi du 31 mai                             mai 1850; (voir plus haut, obligation d'avoir résidé trois ans dans la même commune ...)

                          - Le 17 Novembre LN BONAPARTE se déclare favorable au retour du suffrage universel.(ce mode d'élection lui                                 avait permis d'être élu en 1848) 

                          - Le 2 Décembre COUP D ETAT DE LN BONAPARTE. Depuis des mois le Président avançait, dans l'ombre, ses                                 pions sur le chemin de ses ambitions, les conséquences: dissolution de l'Assemblée Législative et préparation d'une                             nouvelle constitution plus favorable à ses projets de poursuivre son mandat au delà des 4 ans autorisés. Durant les                             jours qui suivront 300 députés seront arrêtés, ils avaient voté la déchéance du Président.

                            - 3 Décembre Barricades dans PARIS, combats, nombreux morts.

                            - 8 Décembre Etat de siège dans 32 départements.

                            - 21 Décembre Plébiscite de 1851 ratifie le Coup d'Etat: 92% des suffrages exprimés! 

                             De tout cela il résulte que 1851 sera le prélude à un, encore, changement de régime, mais nous n'en sommes pas encore là, il faudra encore plusieurs mois à LOUIS NAPOLEON BONAPARTE pour arriver à ses fins. Pour mieux comprendre l'esprit de l'époque quelques lignes:

                              LN BONAPARTE savait qu'il ne pouvait pas briguer un autre mandat dans la foulée de l'autre en raison des régles de la constitution en vigueur. Il choisira de trahir la deuxième République qui pourtant l'avait mis en place à la tête du pays. Pour garder le pouvoir déjà en 1850 il avait essayé de changer la Constitution, il essaiera de plusieurs manières, l'une d'elle consistait à sillonner le pays (la NORMANDIE notamment) pour convaincre les électeurs du bien fondé de sa proposition. - Je m'amuse à constater que sur ce point  les règles en 2016 ne sont pas tellement différentes..                        

                              En juillet 1851 donc, l'Assemblée rejette le projet de révision de la constitution, en octobre le Président  demande l'abrogation de la loi électorale de domiciliation du 31 mai 1850, en novembre l'Assemblée repousse cette demande, ce qui ne faisait pas l'affaire du Président, il ne lui restait que le coup d'état pour rester en place.

                              Des députés tentèrent de faire barrage, parmi lesquels Victor HUGO, SCHOELCHER, BAUDIN pour les plus connus. Victor HUGO,  qu'en dire que nous ne connaissions pas, une chose peut être,  THIERS qui ne l'aimait du tout disait de lui "  C'est notre plus grand écrivain hélas, le hélas en dit long.. V.HUGO accusera LN BONAPARTE de haute trahison pour avoir renié ses principes, pour ce fait et éviter la répression il devra s'exiler d'abord à BRUXELLES, puis dans les Iles Anglo-Normandes  avec toute sa famille et bien sur Juliette DROUET...; malgré la loi d'amnistie qui interviendra en 1859 il refusera de rentrer en FRANCE. "Quand la liberté rentrera, je rentrerai".  Il ne reviendra qu'en 1870, après SEDAN, inutile de vous préciser pourquoi .

                               VICTOR  SCHOELCHER, quant à lui introduira le décret d'Avril 1848 qui abolit  l'esclavage en FRANCE et dans les Colonies, il esaiera également  d'abolir la peine de mort.

                                ALPHONSE BAUDIN, Député, médecin, Maire de NANTUA, mourra sur les barricades le 3 décembre lors de l'insurrection, avant de tomber il cria "Vous allez voir comment on meurt pour 25 francs" montant de l'indemnité parlementaire de l'époque.

                                 Baudin      

                             

                             Nous arrivons au coup d'état du 2 décembre, dissolution de l'Assemblée Législative et proposition d'une nouvelle constitution, le président obtiendra le mandat de 10 ans, 300 députés seront arrêtés, ils avaient voté la déchéance de LN BONAPARTE pour violation de la Constitution. LN BONAPARTE avait choisi la date du 2 décembre pour son coup d'état, date anniverssaire du Sacre de NAPOLEON Premier, le Grand, et également celle d'AUSTERLITZ -1805 . COUP D'ETAT réussi, oui, mais cela ne lui suffira pas.

                           Une précision d'importance liée à tous ces événements, en 1851  les élections seront ajournées.               

                          - En 1851 La construction du presbytère se précise.  Etude et vote de ressources inhérents à ce projet.

                           Une délibération conernant ce projet: Monsieur le Maire rappelle qu'en novembre 1849 le Conseil par délibération l'avait autorisé à faire faire des plans et devis relatifs à la construction d'un nouveau presbytère, l'ancien menace ruine, et absorbe chaque année des ressources communales importantes sans pour cela le rendre plus solide. Monsieur BOULANGER architecte et agent voyer aux Andelys a été chargé de faire dresser les documents. A cette heure les dits plans et devis sont terminés, Mr le Maire les porte donc à la connaissance du Conseil pour approbation. Aprés examen le Conseil Municipal est d'accord estimant qu'ils remplissent les conditions désirables pour le logement d'un prêtre. 

              Plan presbytere                                 Plan etage presbytere

 

                             Une réflexion personnelle, la commune avait elle vraiment besoin d'un tel édifice pour loger un seul homme, fût il prêtre? (le plan ci dessus nous montre le détail de l'habitation,  une salle à manger, une cuisine, un salon, 3 chambres...). Lorsque nos anciens vivaient si chichement souvent dans l'insalubrité, l'inconfort, voyez à nouveau la mare à boire du Londe,  On peut penser que la raison était que le régime qui pointait son nez favorisait le retour influent de l'église. Les membres du clergé reprenaient peu à peu le pouvoir perdu avec le régime Républicain, il fallait l'affirmer haut et fort, d'ou peut être l'importance de la construction.

                             Rapidement une nouvelle délibération approuvera le cahier des charges de cette construction qui est aujourd'hui le siège de notre Mairie. Mais  il ne sera définitivement approuvé qu'en 1853, les troubles politiques du moment y sont certainement  pour quelque chose. Le cahier des charges a été signé par Mr BOUVILLE, conseiller de la préfecture. Le cahier des charges est très précis, il insiste sur la profondeur des fondations, la qualité des matériaux à employer, le sable par exemple, il doit être très pur, tiré des carrières toutes proches, ciment de tuileaux, briques cuites au feu de bois, dures sonores, de belles couleurs; la pierre de sciage pour les marches du perron  appuis et clés de fenêtres devra venir des carrières de VERNON; le bois de charpente: 5 ans de séchage, la serrurerie devra être "à façon" et si le Maire le désire il pourra en faire l'achat à ROUEN où à PARIS;  Les délais de construction ne devront pas excéder  5 mois, des indemnités de retard sont prévus, etc, etc ; 

                          D'autres délibérations viendront sur ce sujet, mais nous allons aborder une autre année, assez turbulente pour la FRANCE, ce seront les derniers pas vers le SECOND EMPIRE. Je commencerai un autre billet sur cette année 1852.

                          ETAT CIVIL   -Naissances 4- Mariages 2- Décès 7.  

                          

             

                         Hier comme aujourd'hui la Commune n'était pas riche, voyez plutôt: en cette année la commune semble à bout de souffle, financièrement parlant, l'instruction primaire, le traitement du Garde Champêtre et l'entretien des chemins épuisent les ressources ordinaires. Elle avoue n'avoir en caisse que 1170 frs, 170 francs au budget primitif pour l'entretien du presbytère, et 1000 frs sur les chapitres additionnels du  prochain budget . Cette somme est loin d'atteindre les 5600 frs destinés pour la construction du presbytère.

                         La commune considère que depuis 1847 elle a fait le grand sacrifice de vendre le peu de bien communaux qu'elle possédait pour faire édifier une Maison d'école, une Mairie. Elle n'a pas obtenu d'aide pour les importants travaux à faire à l'église, entre autre un trés joli porche  d'ordre Toscan avait été édifié pour remplacer celui en charpente qui datait du XVIéme siècle,  travaux qui seront effectués tant pour restaurer l'édifice que pour donner du travail aux ouvriers inoccupés à cette époque  (1848-1849). Pour faire face à la dépense consécutive à la construction du presbytére, elle vote une imposition extraordinaire de 500 frs pendant trois ans, -1500 fr plus 1170 en caisse soit 2670 frs. Elle espère avec vigueur une aide de l'administration supérieure de 2930 fr,( totel 5600 frs) et charge le Maire d'en faire la demande. La construction de ce presbytère semblait tenir à coeur à l'équipe en place au point de choisir cette coûteuse construction plutôt que de participer financièrement  à la construction d'un pont sur la Seine pourtant si nécessaire aux habitants..... on vérifiera un peu plus tard ce dernier point.

 

                          Droits d auteur 7

    

 

ADJOIT

 
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×