Difficile naissance du deuxième pont de saint Pierre du Vauvray 2

Avant d'aborder l'histoire, une fois encore tragique de ce pont en devenir, je me dois de vous rappeler  quelques faits décrits  précédemment:  avant l'accident, les Ingénieurs  de la Navigation Fluviale avaient compris qu'il faudrait très vite passer à autre chose, et un avant projet avait été étudié pour édifier un autre ouvrage à une seule arche en acier de 98 mètres de long, mais, et c'est là un point qui ne tardera pas à fâcher, à 15 mètres  de celui existant, ceci afin de ne pas interrompre la circulation durant les travaux, estimés à deux ans.

Malheureusement cela entraînait beaucoup de travaux supplémentaires (déplacement de la route, remblais, etc, etc) donc un coût d'autant plus élevé, et comme je l'ai dit le mécontentement des riverains car ce déplacement portait atteinte à la beauté du site.

Beaucoup de palabres à l'horizon, qui l'emportera??

Condamné par les nouvelles normes de navigation, il devait être "exécuté" par les hommes, l'accident de 1913 accéléra le projet du nouveau pont en acier. Après bien des discussions   et malgré une pétition signée par 1215 riverains, l'intervention de Monsieur Raoul Thorel, Conseiller Général de Louviers qui faisait remarquer que l'auteur avait élaboré son projet , avec déplacement, avant l'accident, et qu'aprés le 7 février 1913 la circulation était automatiquement interrompue, donc rien n'empêchait de reconstruire à la même place. Rien n'y fit, les travaux commencérent en octobre 1913.

Mais, mais, mon dieu MARS, toujours lui veillait, et décida de mettre son grain de sel dans l'histoire, la guerre de 1914 et son cortége de souffrances éclata, le projet de construction du pont en acier fût suspendu.

A la fin de la guerre les esprits étaient apaisés, l'argent rare et l'acier  très cher ( de 925.000 francs en 1913, le coût était estimé à 5 millions en 1920).  On opta donc pour un pont au même emplacement, et un matériau moins cher, le ciment, en résumé ce serait un pont suspendu à une seule arche en ciment donc, projet révolutionnaire pour l'époque. Mais avant que je vous raconte l'histoire de ce pont quelques explications sont de mise.

Navigation sur la Seine après le 7 février 1913

Tout de suite après l'accident la crue de la Seine permit la navigation par le bras d'Andé, mais cet état de fait ne pouvait perdurer, dés la décrue le bras d'écoulement des eaux n'était plus navigable, alors très vite les Ets Fromont et Piat déblayèrent le lit de la Seine, ce travail commença un dimanche.....

10 jours après la catastrophe la Seine avait baissé de 1m50, et comme un squelette fracassé  ( ph)  on voyait émerger l'extrémité de l'arc de fonte, coté ile du bac.

Un remorqueur, un chaland, 10 hommes dont deux scaphandriers travaillaient sans relâche pour libérer la Seine des gravats, débris etc...

Les travaux préliminaires durèrent jusqu'en  juin 1914, la guerre éclata, conséquence:  ajournement de tous les travaux non nécessaires  à la défense nationale.

 

A bientot

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×