Evénements du passé dans ma région

Cette catégorie a pour vocation de raconter ces petits faits de l'histoire qui mis bout à bout même insensiblement à l'histoire, tout court..

suite des enfants trouvés d'Heuqueville: -Loups à Heuqueville - maréchal ferrand et suite REG PAR. Actes déces Roncherolles 1607 et 1608

 

 

          Voici la suite des enfants trouvés d'HEUQUEVILLE...... Loups à Heuqueville

 

     Je reprends à la fois le chemin de la mairie, délaissé pour un temps, et le fil de mon récit avec l'aide toujours précieuse, bien que difficile, des vieux registres paroissiaux. 

Pas de grandes surprises , le quotidien rythmé par les mariages, les naissances, la mort.... Justement un acte de décès mérite bien que l'on s'y arrête, c'est celui d'Etienne Anselme, une mort parmi d'autre me direz vous, mais non voici pourquoi:

     1707 Estienne Anselme, âgé d'environ 34 ans est décédé le 6/06 1707 a été inhumé dans notre paroisse le lendemain par moi prêtre curé de la dite paroisse.  Signé curé Juliene.

 

Acte loup etienne anselme

Rien de spécial à priori, mais à y regarder de plus près j'ai remarqué dans un coin de la page du registre ce petit texte que je vous livre:

      Il fût attaqué d'un loup sauvage le 20 de mai 1707 et mordu à la cuisse, à la jambe, dessous l'oreille et mordu à la joue, dont il est mort aprés les playes refermées cependant, mais toujours violettes et un peu enflées à la jambe. 

      Je vous laisse imaginer le calvaire de cet infortuné jeune homme........  En ce  début du 18éme siècle aller en forêt comportait des risques; aujourd'hui la faune est bien moins dangereuse, ce qui n'empêche pas cette dernière d'être réguliérement décimée.

                                                Loup mechant                                

 

Toujours en consultant ces RP j'ai retrouvé 4 petits registres des années 1680/1687 qui s'étaient égarés parmi ceux du 18 iéme siècle; en les déchiffrant, assez difficilement car l'encre pâlit avec le temps, s'efface peu à peu, j'ai pu comme je l'avais précisé dans mon précédent billet, remonter le temps. J'y retrouve toujours mon "fil rouge": la famille MONTIER, avec cette particularité les inhumations des enfants de cette famille presque à chaque fois dans l'église, pourquoi??  Peut être à cause du métier de Jacques MONTIER, né aux environs des années 1620,le plus ancien, à ce jour répertorié dans les registres: Maréchal Ferrant. Métier ô combien important dans ces campagnes où le cheval est l'animal le plus précieux de la ferme pour les services qu'il rend à tous. (pour être plus précise le métier de Jacques Montier était indiqué dans l 'acte de naissance de son fils Louis, né en 1656)

 Le Maréchal Ferrant était également vétérinaire, -la corporation des Maréchaux ferrants a été créée en 1643:  - statuts de 1687, les Maréchaux ferrants sont habilités à ferrer, panser, médicamenter toutes sortes de bêtes chevalines- . Privilège qu'ils perdront en 1761, une école vétérinaires ayant été créée par Monsieur Bourgelat. De plus dans les campagnes le maréchal- ferrant était souvent craint, ne maitrisait'il pas le feu, l'eau, l'air dans sa forge.... et n'oublions pas que trés souvent il exercait ses talents de rebouteux sur les paysans qui n'avaient que lui pour soulager  maladies et douleurs, bref vous le constatez un homme important, qui méritait des égards et peut être que cela justifiait les nombreuses inhumations de cette famille dans l'église de la commune, une marque de respect en somme.

 Bien sur ces renseignements n'ont pas valeur historique, j'ai glané des renseignements ici ou là, surtout dans un livre très intéressant sur les métiers de nos ancêtres dans les petites communes normandes (fin 19éme), et également dans un livre de droit coutumier, livre du début 19éme que l'on m'avait aimablement prêté, donc pas de certitude sur les raisons qui ont motivé les inhumations des enfants MONTIER dans l'église du village.Peut être y avait il d'autres raisons que j'ignore,  mais  dans un blog il est permis de rêver, et toujours la même question:   si vous avez d'autres renseignements plus précis n'hésitez pas à me les communiquer il est toujours agréable d'aggrandir ses connaissances....Je tiens également à préciser que ces recherches pour expliquer l'histoire des MONTIER, avec leur accord, reste un travail personnel et qui ne doit pas être utilisé sans mon autorisation.

La forge était située au Londe, dans la propriété de Monsieur Bernard Montier, et un petit bâtiment dans la cour porte toujours le nom de "La forge". Une enclume y trône encore, elle porte une date 1828.( Ces enclumes s'appelaient des Maréchales)

Aujourd'hui dans ce hameau on n'entend plus sonner l'enclume, le feu ne rougit plus les soirs d'hiver, mais le souvenir persiste, et tant que quelqu'un se souviendra de cette forge il persistera...

 

      Ferrage cheval                                    Armoiries marechaux ferrants                            Mar fer rabotage des dents

                                                             Armoiries Maréchal Ferrand

 

 Avant donc que d'écrire, apprenez à penser,

 Ce que l'on conçoit bien s'énnonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément,

 Hatez vous lentement, et sans perdre courage vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage,

 Polissez le sans cesse, et le repolissez, ajoutez quelquefois, et surtout effacez.....                Nicolas BOILEAU.

 J'aurais aimé écrire ceci, mais je n'ai pas le talent de Monsieur BOILEAU, j'ai préféré lui laisser la parole....L'idée est là, et le métier pour moi ce sont les registres paroissiaux. Cette fois encore en les reprenant plus attentivement je suis parvenue à déchiffrer deux actes du tout début 17éme siècle, l'un en 1607, l'autre une année plus tard 1608.

Le premier -1607-qui ne comportait auncun autre renseignement d'état civil que "Madame d'HEUQUEVILLE" s'est avéré être l'acte de décés de la femme du Baron en place à cette époque, Charles de Roncherolles, fils de Philippe de Roncherolles et Madame d'Espinay, sa seconde femme. Aprés recherche il s'agit de Diane de Bussy. De cette union naitra un fils, François, Baron d'Heuqueville pour peu de temps, puisqu'il entra aux Chartreux, et vendit de ce fait la baronnie en 1610 à la famille du FAY . Sur tous les documents que j'ai consultés je n'ai pu trouver la date de naissance de Diane de Bussy, ni celle de sa mort, aujourd'hui avec nos registres nous avons au moins celle de sa mort,d'où l'importance de ces vieux grimoires, du moins à mes yeux.... 

Voici en partie l'acte:  Madame d'Heuqueville 1607 -A environ..le 21éme de Octobre (?)Madame de Heuqueville, femme de Monsieur le Baron de Heuqueville est décédée à environ.... à Heuqueville ... matin et inhumée le vendredy 22.  Signé Charles Boissel - le curé probablement -

Le deuxième-1608-Renée d'Espinay Dame d'Heuqueville, le dernier jour d'octobre(?) 1608, haute et importante dame d'Espinay, dame d'Heuqueville est décédée et inhumée le jeudi 22(?) d'octobre 1608 DANS l'église du dit lieu.

Cette dame était la femme de Philippe de Roncherolles , les parents de Charles qui avait mis en terre une année plus tôt sa femme. Pour la petite histoire ce Charles de Roncherolles avait le Roi Charles IX pour parrain.....

S'il vous arrive d aller dans l'église aujourd'hui, ayez une petite pensée pour les personnes qui reposent sous vos pieds....

La généalogie des Roncherolles est très importante, mais compliquée; c'était manifestement une trés grande famille. Certains ont tenu Heuqueville comme en témoignent ces deux actes de décès, mais il serait vraiment trop long de raconter ici la saga de cette famille dont le nom nous est encore si familier aujourd'hui.

Avec ces deux actes je pense en avoir terminé avec le 17éme siècle, pourtant.....

 

          Les dames d heuqueville 17eme s

 

                  Ci dessus la feuille du registre  de la paroisse d'HEUQUEVILLE où figurent les noms des Dames.......

                                    

                   

 

 

 

               Oui pourtant il me reste à relater un  autre acte de décès, -1677_ encore un personnage historique?? que nenni, un simple ouvrier décédé, lui aussi accidentellement,  lors de l'accomplissement de son travail, jugez en:

                  Alexandre Robert, âgé de 32ans, de la paroisse de  la chaussée ........ (illisible) lequel décéda à la  paroisse d'Heuqueville, étant au service de Monsieur de Jonqueret (?) Le dit Robert ...... fût frappé malencontreusement par son cheval qui lui coupa la main. Du jour au lendemain il fût inhumé dans le cimetière de la dite paroisse, par moy soussigné prêtre Hubert, curé du dit lieu en présence de MM Philippe Chohet, Aulino, JEAN DUBUISSON, et plusieurs autres."

                  Alors pourquoi cet acte plutôt qu'un autre??? c'est que parmi les signataires de  l'acte il y avait un certain Jean DUBUISSON; bien sur ce nom n'évoque certainement rien pour vous, mais pour notre CHRISTINE aux multiples talents c'était son lointain ancêtre, côté maternel.

Un peu plus loin dans les registres j'ai retrouvé ce nom de Dubuisson, mais cette fois Jean en était le principal personnage, en effet il s'agissait de son acte de décès, le 16 juillet 1693, il avait 57 ans, sans indications particuliéres simplement la formule : Inhumé en la présence de Mr Couillon Vicaire, et autres, signé Curé Hébert.  -ou Hubert-

Constatez ceci, toujours un lien entre le passé et le présent, beaucoup d'habitants de souche d'Heuqueville pourraient ainsi remonter à la source de leur famille. Par ailleurs une fois de plus se profile la maniére de vivre dans ces temps reculés. Le manque de chronologie n'est pas un obstacle, car on vivait en quelque sorte au fil des saisons et de leurs aléas, les changements se faisaient doucement sans heurts, internet et ses communications à la vitesse de la lumière n'était pas encore inventé....

Certaines années étaient plus dures que les autres, la grande faucheuse ne chômait pas, souvenez vous le terrible hiver 1694 où le grand froid tua tant d'infortunés villageois, et là le mot infortuné prend tout son sens. A Heuqueville comme ailleurs beaucoup d'enfants succombaient, surtout "Les Enfants trouvés", titre du billet, eux aussi ont trouvé leur place dans le cimetière de cette petite commune Normande......

        

           Acte de deces de mes julian cure 1685

     Perie de mort 17eme siecle

 

             

 

 Bientôt la suite du 18 éme siècle......

    

 

 

HEUQUEVILLE AU RYTHME DE LA TROISIEME REPUBLIQUE

     

                                                                Le calme semble être revenu dans notre pays, la 3éme REPUBLIQUE s'installe pour 70 ans, un record de longévité pour un régime républicain; les élections de février avaient permis à THIERS d'être député, puis Chef du pouvoir exécutif du 17 Février 1871 au 31 Août 1871; le 31 Août en effet le titre changera pour devenir Président de le République; il sera renversé en Mai 1873. Je reprends le cours de la vie dans notre petit village en cette 3éme République; dans un premier temps il sera beaucoup question d'élections, et du mode de ces élections qui peu à peu change.Je vais tenter d'en donner quelques modalités au fur et à mesure des délibérations qui se déroulent au sein de notre petite commune.

                                                         Comme relevé précédemment, le 22 Avril 1871 une délibération du Conseil Municipal nommera 3 Membres chargés d'établir la liste électorale pour le scrutin du 30 avril. Voici le résultat de la délibération:

                                                         - La Commission se conformant à l'esprit de la loi du 14 avril 1871 déclare et nomme, MM JUGENOT dit CHEVALIER Louis, Evrard MARIN et VAVASSEUR Gabriel Membres de la Commission chargée d'établir la liste électorale. Signé par Le Président JUGENOT, J.LEHEC - QUENET - VAVASSEUR Gabriel - Evrard MARIN

                                                          Très vite on procédera au renouvellement du Conseil Municipal, liste des électeurs: 94, seront élus 10 (61 votants, majorité 31) - Le 30 avril proclamation du Conseil Municipal:  Louis JUGENOT, MARIN Evrard, VAVASSEUR Gabriel, MONTIER Isidore, LEVASSEUR Louis, LEHEC Julien, CHEDEVILLE Pierre, DESPORTES Louis.

                                                           Manque un Conseiller, une nouvelle élection aura lieu le 7 mai;LEHEC Julien sera élu.

                                                           Entre les deux élections une subvention est accordée pour faire exécuter les travaux des mares communales.(   Le vote de cette délibération répond à mon interrogation au sujet de la mare de MAINVILLE, il s'agit certainement non pas d'un creusement, mais d'un RE-creusement).

                                                            Le 14 Mai installation du Conseil Municipal, j'ai constaté qu'à cette occasion le serment, la main levée et tête nue, n'était plus de mise.... Toujours le 14 Mai élection d'un Maire: dix votants, dix votes:

                                                            Louis JUGENOT 9 Suffrages - DESPORTES 1 - Monsieur JUGENOT Dit CHEVALIER a été immédiatement proclamé Maire, et les bulletins seront , selon l'habitude brûlés. Ensuite élection de l'Adjoint: VAVASSEUR 8 - Evrard MARIN 1 - MONTIER Fils 1.  En 1871 avant les élections décrites ci dessus, et à la date du 4 Avril 1871 une loi municipale transitoire est adoptée,  et dans chaque  localité,  les opérations électorales sont organisées et dirigées par l'élu en place en Août 1870, en l'occurrence pour HEUQUEVILLE Mr JUGENOT, titre porté: Président.

                                                             En 1871 Monsieur DUBLIN était toujours l'instituteur de la commune.

                                                             Après la mise en place du Conseil Municipal, que je ne qualifierais pas de nouveau....., je vais continuer le déroulé des décisions de la Commune, ce n'est pas spécialement passionnant , mais pour moi instructif et démontrant bien l'esprit de l'époque, ainsi concernant l'instruction primaire pour 1872, par délibération il fallait établir le budget  et pour cela définir le salaire de l'Instituteur suivant sa catégorie, quelques détails intéressants sur le sujet : suivant une délibération du 31 mai:

                                                             - Les Instituteurs Communaux peuvent prétendre à une rémunération mensuelle de 700 fr, plus de 5 ans d'exercice 800 Fr, plus de 5 ans comme titulaire 900 Fr, et 1.000 Fr plus de 10 et 15 ans.

                                                              Institutrices Communales 600 et 500 Fr.........

                                                             Il y avait à cette époque une directrice des travaux d aiguilles, salaire 50 Fr, et l'indemnité pour les cours d 'adultes  était de 50 Fr également.

                                                             Toujours en mai Procès verbal de l'installation du Maire et de l'Adjoint dans leurs fonctions.  Monsieur JUGENOT Louis, Maire, et Mr VAVASSEUR Adjoint.

                                                              On peut aussi lire à cette époque une nouvelle délibération pour le vote d'un (encore) impôt extraordinaire, cette fois pour régler le reliquat des travaux effectués en "urgence notoire" pour l'école et l'église.(pour l'église ce ne sera hélas qu'un début!)   

                                                              En décortiquant les demandes des habitants des communes des similitudes se font jour avec ce que nous vivons de nos jours, un exemple: Le 30 novembre 1871 le Conseil Municipâl est appelé à délibérer sur la demande des habitants d'HEUQUEVILLE souhaitant le rétablissement dans la commune de la Perception, au motif que:

                                                             - un résumé de la débibération: la suppression a causé beaucoup de désagréments, de surcroît de travail pour le bureau des ANDELYS, ce qui cause des" lenteurs désagréables".

                                                             Considérant qu'il est souvent impossible aux contribuables de payer leurs impôts, car le lundi, jour du marché, il y a foule dans le bureau du Receveur, et que "très souvent ils doivent se retirer sans avoir pu payer ce qu'ils devaient".

                                                             Considérant que les jours de"recettes rurales" à HEUQUEVILLE ont lieu de 9h à midi, et que par conséquent les habitants sont obligés d'interrompre les travaux agricoles, le Conseil Municipal et le Maire s'associent à la demande des habitants d'HEUQUEVILLE et des communes qui faisaient partie de la dite perception. De ce fait ils espèrent que l'Administration Supérieure accueillera favorablement la dite demande, et qu'ainsi la Perception d'HEUQUEVILLE sera rétablie.

                                                            Fait le 30 Novembre 1871.

                                                            Qui vivra verra...Mais déjà les communes semblaient souhaiter garder un tissu administratif ou commercial de proximité afin de faciliter la vie des habitants, ce qui semble bien légitime, mais bien éloigné de ce qui se pratique aujourd'hui. ( en 1833 le Percepteur venait dans la commune le dimanche)

                                                            ETAT CIVIL 1871: Naissances 4 - Mariages 6 - Décès 6.

                                                            En 1872 le Conseil Municipal est appelé à délibérer sur l'indemnisation due aux victimes de la guerre (1870). Une liste sera dressée afin d'indemniser les personnes les plus nécessiteuses qui ont fourni des réquisitions aux troupes allemandes, les bénéficiaires seront:  JUGENOT DIT CHEVALIER, cultivateur Maire : 216 fr45 - Veuve BULTEL: 125 fr75 - Evrard MARIN: 120 fr75  - VAVASSEUR Gabriel, cultivateur: 90 fr 55, soit un total de 553 Fr 50.

                                                            Cette même année verra l'élection d'un Député, selon les modalités habituelles.Candidats: Mr de BLOSSEVILLE qui obtiendra 39 suffrages, Mr LEPOUZE 6 suffrages, Mr FOUQUET 7 suffrages. Procés verbal sera dressé et envoyé aux autorités compétentes.

                                                             En 1872 l'horizon financier de la Commune est bien sombre; déjà très éprouvée par les nombreux travaux à répétition sur l'ancien presbytère, puis les dépenses engagées pour la construction du "nouveau", aujourd'hui la Mairie je le rappelle, elle est confrontée à l'obligation de faire commencer au plus vite des travaux à l'église, comme en témoigne la délibération suivante, délibération pour le choix d'un architecte pour les "Grosses Dépenses" nécessaires à la sécurité de l'édifice.

                                                             - Le Maire expose au Conseil que l'église se trouve dans un état de dégradation telle, qu'il pourrait se produire de graves accidents. Le Maire est autorisé à faire toutes les démarches - devis, plans -et Monsieur GUILLOT Agent Voyer aux ANDELYS est proposé pour ce travail.

                                                              Une fois encore des similitudes avec aujourd'hui, en effet l'église d'HEUQUEVILLE réclame des soins nécessaires à sa bonne conservation, elle ne "vit" pas assez et l'humidité s'installe peu à peu provoquant des dégâts insidieux, mais sans aucune comparaison avec ce qu'il y avait à faire en 1872. Quoiqu'il en soit en découvrant l'étendue des travaux chiffrés en 1872 il y a matière à se consoler aujourd'hui, si je puis m'exprimer ainsi, et vous pourrez le constater en découvrant les devis des travaux prévus.

                                                              TRAVAUX PREVUS POUR LA CONSOLIDATION DE L'EGLISE:

                                                               Le Maire soumet donc au Conseil Municipal les plans et devis dont il a été question dans la délibération précédente, un rapide exposé de ces réparations:

                                                               -Reprises en sous oeuvre des maçonneries et enduits - partie des gros murs et pignon du choeur - travaux d encadrement en pierre des fenêtres du clocher et des chapelles du transept, la couverture en ardoises de la partie en tuiles - remaniement d'une partie de la charpente du comble, réfection de la voûte de la nef, l'établissement d'une sacristie et d'un escalier pour monter au clocher, contreforts pour la consolidation des pignons de cet édifice, = 12.050 fr sans les imprévus et honoraires, 15 cents francs.

                                                                 Monsieur le Maire est d'avis d'accepter les devis et de commencer les travaux dans le plus bref délai possible. Monsieur le Maire est chargé de demander les subsides nécessaires.        

                                                                 La délibération suivante portera sur le vote d'une imposition extraordinaire pour subvenir aux dépenses des "grosses réparations" de l'Eglise Saint Germain, et sur la demande d'un secours, un résumé: 

                                                                Les termes de la délibération précédente sont repris, les contribuables les plus imposés ont été convoqués à cette réunion: ROUSSEL Louis - DESPORTES Armand- LAMOTTE Placide.

                                                                1°) le Conseil Municipal est d accord pour imposer 10 centimes par franc pendant l'année 1873, et 20c/franc et par an à partir du 1er janvier 1874, jusqu'au 31 décembre 1877.

                                                                 2°) que le paiement intégral des 14.000 francs ne pourra avoir lieu qu'autant que les secours espérés de l'Etat et du Département viendront en aide à la Commune.

                                                                  3)° Que les travaux ne seront exécutés qu'au fur et à mesure que les secours arriveront.

                                                                  4°) Le vote extraordinaire annoncé ci dessus n'aura son exécution que SI les secours sont accordés. ( les secours arriveront par tranches de 3000 francs au fur et à mesure de l'avancement des travaux).

                                                                 Le 13 octobre remplacement d'un Conseiller en raison du décès de Mr JUGENOT Louis Chrystosome, Maire; ce sera Mr QUENET Onésime Adjoint, qui sera installé dans ses fonctions le 24 octobre. Ensuite élection d'un Maire selon les modalités habituelles. Trois prétendants: VAVASSEUR 5 suffrages, MARIN Evrard 3 Suffrages, QUENET  2 suffrages . Pas de majorité absolue, le PRESIDENT a déclaré la nécessité d'un second tour immédiat durant lequel Mr VAVASSEUR Gabriel a été élu par 6 voix.

                                                                 Durant cette même année 1872, le cours d 'adultes sera reconduit, cette fois sous la direction de Mr DAILLY Instituteur (décision du 3/11/1872.)

                                                                  ETAT CIVIL : Naissances 6 - Mariages 3 - Décès 7.

                                                                  1873 - Monsieur QUENET est installé dans ses fonctions en qualité d'adjoint   et dans cette année toujours des  impositions supplémentaires pour le traitement du garde champêtre et les chemins vicinaux.Les tranches des subventions pour les travaux à l'église arrivent comme prévu.

                                                                  Durant cette période les décisions les plus importantes qu'auront à prendre les représentants de la Commune concerneront toujours et encore les " Grosses Réparations" de l'église, voyez plutôt: 

                                                                   En décembre le Maire porte à la connaissance du Conseil Municipal le résultat des travaux en cours et à poursuivre; les fondations des gros murs posent des problèmes, elles n'ont que 0m30 de profondeur..... il est à craindre que cela ne soit insuffisant pour résister à la poussée des voûtes de la nef et des bas côtés; des contreforts sont indispensables. On procédera aussi à la réfection des voûtes,  en plâtre et en brique CREUSES,   également des colonnes seront ajoutées à l'intérieur. Le mur EST sera complètement abattu et refait( mur complètement crevassé) une partie de la charpente du clocher devra elle aussi ,être refaite, etc, etc, un devis, qui s' ajoutera au précédent sera dressé par Mr FOURNIOUX Charles, entrepreneur aux Andelys; il s'élèvera   à 28.226 Fr85 . (plus les honoraires)

                                                                   Sur la délibération il a été transcrit briques CREUSES, ce détal m'avait interpellée, en cherchant plus à fond dans les vieux documents à ma disposition,  j'au pu constater que le secrétaire de  séance de délibération a confondu "briques creuses" et briques NEUVES, il s'agit bien de briques neuves comme indiqué sur le devis, mais probablement étaient elles creuses pour ne pas alourdir les voûtes plâtrées comme cela se pratiquait déjà dans des temps trés anciens? ce détail se vérifiera peut être lors de travaux ultérieurs... dans la délibération on ne parle pas non plus des meneaux des fenêtres, ils ont été faits durant ces travaux, en pierre de VERNON, il a été nécessaire également de déposer, avec soin, "pour prévision"  le Maitre Autel pour reconstruire le mur EST.Les fermes du clocher ont été également refaites à neuf, l'établissement de la rosace en pierre de Saint Gervais est prévue sur ce devis et bien d 'autres choses encore.

                                                                   Comme vous pouvez le constater ces travaux  indispensables ajoutés à ceux précédemment évoqués sont dantesques, et transformeront l'église qui perdra ainsi une partie de son caractère Roman (au 16éme siècle, le remplacement des lancettes par des baies avait déjà commencé cette transformation) le coût sera lourd pour la commune qui rappelons le sort à peine de la guerre 1870. Monsieur FOURNIOUX Charles par délibération sera désigné pour exécuter les travaux ci dessus, et ce ne sera pas terminé pour autant, on aura encore l'occasion d'en reparler. Pour comparaison une journée de travail d'un "garçon" traduire manoeuvre: 3 francs, d'un maçon 5 francs, d'un tailleur de pierre 6 francs... 

                                                                  J'ai pu consulter des plans, aimablement prêtés, et des dessins de l'église avant et après, c'est très parlant,  et permet de suivre la transformation, Ex: la tour de l'escalier n 'est plus tout à fait la même,  le clocher est légèrement différent, le mur du choeur ne comporte plus 4 fenêtres, mais trois, les contreforts qui consolideront ce mur plus profondément ancrés, alourdiront la silhouette de l'édifice,   le joli porche Toscan, édifié en 1848 sera abattu. Il ne m'est pas possible de tout décrire, mais croyez le ce chantier fût long, commencé en 1872 il ne verra son achèvement total qu'en 1877.

                                                                 Pour agrémenter quelque peu  ces détails rébarbatifs, voici deux représentations de l'église à deux époques différentes, cherchez les changements:     

         Dessin lucas eglise 1Carte postale eglise ancienne

                   

                                                             En 1868 j'avais indiqué que dans une délibération le Conseil Municipal souhaitait refaire les voûtes de l'église dans le style "Ogival", en voici une coupe:     

                                         Voute d ogives

                                                                    ETAT CIVIL: Naissances: 6 - Mariages 2 - Décés 5.

                                                            1874 - Encore et toujours des délibérations conernant le chantier pour la consolidation de l'église; la commune se trouvre en face de dépenses importantes et "insurmontables" comme le soulignent les conseillers, ci dessous un paragraphe du courrier envoyé aux autorités compétentes:

                                                            - Vu l'épuisement des ressources et les nouvelles charges, Monsieur le Maire et les membres du Conseil Municipal déclarent l'impossibilité d'une prolongation d'imposition,  et "supplient" Messieurs les membres du Conseil Général de vouloir bien prendre en considération toute la bonne volonté de la Commune qui ose compter sur un secours pour permettre la continuation maintenant plus urgente que jamais à l'oeuvre commencée.  (imposition  prévue jusqu'en 1878)

                                                            En juillet 1874 il a été vérifié que les travaux prévus ont bien été exécutés, conformément au devis et au désir du Conseil. (voûtes de la Nef,et des bas cotés, ainsi que celles des 2 chapelles mais il conviendrait de compléter ces ouvrages par la réfection rendue nécessaire d'une mise en rapport des colonnes et ogives en pierres à l'entrée des dites chapelles. En outre (ou en plus..) Le curé Mr TARDIF signale qu'il est indispensable de faire le"ragréement" des colonnes des gros piliers, de remplacer par un mascaron en pierre les deux colonnettes des gros piliers qui masquent une grande partie du choeur, ce qui rend l'église sombre et peu agréable.... C'est durant cette année que la rosace a été installée, mais je pense que l'oculus existait déjà, je n' ai pas trouvé de plus amples renseignements à ce sujet. Bien sur une partie de ces travaux n'était pas prévue dans le devis.

                                                           En 1874 Installation de Mr VAVASSEUR en qualité de Maire, comme en 1871 plus de serment. PV sera dressé. En mars toujours, installation de Me E.MARIN en qualité d'adjoint au Maire. Durant cette même année une subvention de 270 fr sera accordée par le département pour les travaux de l'église.

                                                            Pour changer un peu, une délibération concernant l'extinction de la mendicité, la voici:    - Monsieur le Maire porte à la connaissance du Conseil une lettre de Mr le Préfet concernant l'extinction de la mendicité dans le département de l'Eure, et l'évaluation de la partie afférente à chaque habitant pour mener à bonne fin cette oeuvre de répression. Le Conseil trouve cet exposé juste et raisonnable et voulant répondre aux intentions louables de Mr le Préfet et du Conseil Général consent à l'unanimité au paiement annuel des 4 centimes/habitant pour concourir à la réussite d'une oeuvre aussi méritante.

                                                            En cette fin d'année 1874 il sera fait un point sur l'avancement des travaux, à la date du 19 novembre les travaux seront faits à concurrence de 27.000 fr, reste "à dépenser" 15.226 fr85. Travaux restant à effectuer:  - restauration et consolidation du choeur, ainsi que le remplacement en ardoises de la partie en tuiles. -Aujourd'hui de nouveau des tuiles - Par contre d'un nouvel examen du clocher qui paraissait en état, médiocrement satisfaisant, il résulte que diverses pièces de  charpente et la couverture sont à refaire, et qu'aussi les travaux décidés en Août -exhaussement de l'ogive, petites colonnes, etc.. sont approuvés par le Préfet en raison d'un caractère d'urgence (morceaux de pierre qui menacent de s'effondrer par suite de vétusté).

                                                           Le Conseil Municipal approuve mais qu'autant que des nouveaux crédits et secours seront accordés. Mr FOURNIOUX sera tenu informé.

                                                           ETAT CIVIL: Naissances 5 - Mariages 2 - Décès 6.

                                                            Avant de ommencer 1875, une photo:

                                   Moteur cloche heuqueville

            c'est quoi?? un TINTEMENT, et pourquoi ce TINTEMENT ?,  ce moteur qui équipait le mouvement du clocher de l'église était complètement grillé et a dû être remplacé; aujourd'hui en ce beau soleil de Mars 2017 un TINTEMENT tout beau tout neuf permet aux heures de s'égrener sur le village pour rythmer notre quotidien. La nuit il se repose, et c'est dommage, car en entendant sonner les heures on pouvait avoir un aperçu du temps qu'il faisait, sonnerie très claire:c'était du froid, plus sourde: humidité, c'est du moins ce que disaient les anciens, mais aujourd'hui on veut bien la campagne, mais pas ses bruits... (au premier plan le marteau ...) 

                                                             1875 - Une subvention de 5000 fr avait été accordée, le conseil est d'accord sur la nature de l'emploi des dits fonds.  Egalement en février il faudra délibérer pour statuer sur la destination d'un don de 40 francs reçu de l'Administration Supérieure pour les dégâts de la guerre Franco-Allemande. Les calvaires de la Commune sont en mauvais état, la somme sera employée à leur réparation.

                                                             Réception du devis pour le clocher et les travaux urgents à faire à l'église (demande de 1874), montant 9611 fr 53. Le Conseil Municipal demande une fois de plus une aide financière, et fait remarquer que dans quelques temps il sera nécessaire de faire d'IMPORTANTS travaux au presbytère. Pour mémoire édifice construit en 1853....  Le même jour délibération pour voter la continuation de l'impôt extraordinaire; 25 c au principal des 4 contributions directes pour permettre l'exécution des travaux relatifs au devis de 9611 fr 53. Le Conseil est d accord sur le principe mais à partir de 1878.

                                                            En novembre le Maire demande une autorisation pour vendre la coupe d'un petit bois voisin de la Mairie - 1 are 20 c - situé au triège du Bordel, bois arrivé à sa pleine croissance . Le Conseil Municipal est d'accord. (Pour information le triège Bordel se trouvait à peu près là ou maintenant il y a la rue de la Vierge du Moulin.)

                                                            Une bonne nouvelle en cette fin d' année, une subvention de 2000 fr est accordée par l'Etat pour la restauration de l'église.

                                                            ETAT CIVIL: Naissances 4 - Mariages 5 - Décès 9.

                                                             1876 - Durant cette année 1876 des élections législatives auront lieu en FRANCE, elles verront la victoire des Républicains..... .                                                                                                                                                                                   Les élus de Conseil Municipal de la Commune étaient très matinaux, voyez plutôt: -  En ce mois de Juin le Conseil Municipal s'est réuni à 5 Heures du MATIN pour autoriser le Maire à vendre les débris de démolition de l'église ( Tuiles - Bois de charpente, pierres, etc..) Le conseil est d'accord et autorise Monsieur le Maire à faire l'adjudication.

                                                             Juillet, le 16: Le Conseil est allé examiner sur place le mur latéral du coté Nord du choeur, et il demande que ce dernier soit reculé de 30 cm. Montant 500 Fr. Notification sera portée au plan existant.

                                                              La délibération 227 porte sur le versement des annuités de la subvention de 4000 francs. La somme sera versée au compte du Receveur Municipal Monsieur DUPLOMLE.

                                                               INSTRUCTION PRIMAIRE: Il sera nécessaire de voter au prochain budget 1 centime de plus au 4 contributions directes pour assurer l'enseignement aux enfants de la commune.

                                                               Une nouvelle subvention a été accordée, le premier tiers sera versé rapidement.Le Conseil est d'accord pour l'attribution de cette somme aux travaux de l'église.

                                                                Octobre verra de nouveau une élection. Monsieur VAVASSEUR Gabriel recueillera 9 suffrages, Monsieur MONTIER Louis 1 suffrage. Monsieur VAVASSEUR sera élu. Aussitôt Monsieur EVRARD Marin sera élu Adjoint. 

                                                                 A l'occasion de l'élection de Monsieur VAVASSEUR et de Monsieur EVRARD, l'église s'ornera de deux nouveaux vitraux; en effet ces élus offriront à la commune un vitrail signé de leur nom respectif, ces vitraux sont toujours là en témoignage de leur passage dans la commune. En toute honnêteté je ne pense pas que les élus des petites communes pourraient facilement avoir cette générosité aujourd'hui, l'art du vitrail est devenu très inaccessible .Voici ces vitraux:

     

                  Vitraux eglise 022    Vitraux eglise 025   

      

,                                                                      ETAT CIVIL: Naissances 4 - Mariages 1 - Décès 6.

                                                             En  1877 une crise politique majeure agitera le pays, nous verrons cela dans la suite de ce billet, HEUQUEVILLE au rythme de la Troisième République;   

 

 

                                                                    

                                                                    .

 

                        

                                                                  

                                                 

   

 

 

                                                        

 

 

 

            

 

            

                                                                                                             

     

 

 

                                                              

                                      

    

       

                                              

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                             

                                        

                                                             

                                                             

                                                          

    

     

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×