1871, HEUQUEVILLE et la troisième REPUBLIQUE

   

 

                                                        Avant de commencer ce nouveau billet, et puisque les Prussiens étaient encore dans les murs de PARIS, voici un graffiti gravé sur les murs du château de GAILLON photographié lors de l'une de mes visites; ce dessin témoigne s'il en était besoin, de leur passage en NORMANDIE.  (ce dessin a subi les injures du temps) C'est contre cet envahisseur que l'Ancêtre de Monsieur Bernard MONTIER a combattu durant plus de trois mois, seule une blessure l'obligea à renter dans son foyer.

                                          Betty2 prussien      

 

                                                    Le 26 janvier donc le siége de PARIS est terminé, le 28 l'Armistice sera signée à VERSAILLES, mais le peuple de PARIS n'était pas satisfait de cette capitulation;  pour certains la lutte devait continuer, comment accepter de livrer les belles provinces d'ALSACE et de LORRAINE à BISMARCK, comment accepter la rançon exigée par les Prussiens, et surtout pourquoi se plier à l'injonction de nommer un Gouvernement de Défense Nationale, autre clause exigée par les vainqueurs....( BISMARCK voulait traiter avec un pouvoir légitimé par un vote) une révolte sourde se mettait en place, elle éclatera le 19 mars, ce sera pendant 73 jours les combats entre les Versaillais et les Fédérés, ce sera ce que l'histoire appellera  "La COMMUNE" .

                                                     Un résumé du vote du 12 février.

                                                     Le 12 Février 1871 les habitants de la commune d'HEUQUEVILLE, Chef lieu de Section, communes réunies CUVERVILLE et DAUBEUF (207 votants) ont été convoqués par le Président de la Commission Municipale pour procéder à l'élection partielle et cantonale de 8 députés à l'ASSEMBLEE NATIONALE Comme pour les élections précédentes il a été constaté par le Président que la boite destinée à recevoir les bulletins était bien vide.. ( les urnes transparentes étaient encore du domaine du rêve). Pour voter il fallait avoir 25 ans.

                                                     L'appel général terminé il a été procédé à un rappel  des électeurs qui n'avaient pas encore voté, après quoi le scrutin a été déclaré clos à 6h du soir. 207 bulletins dont un blanc. A la suite du dépouillement et de l'inscription sur les feuilles prévues à cet effet les bulletins ont été, en présence de l'assemblée, immédiatement brûlés.

                                                     Le résultat du scrutin a été rendu public au moyen d'un procès verbal ; ce dernier expédié à 9h du soir à la mairie du Chef lieu de Canton pour le recensement général.

         Signé les Accesseurs VAVASSEUR, EVRARD, LE HEC J.                      Le Président JUGENOT Dit CHEVALIER.

                                                      Voici la liste des prétendants  au titre de Député à l'ASSEMBLEE NATIONALE.

         Election de huit deputes 1871

                                                       Dans cette liste on rencontre le nom de personnalités déjà évoquées dans mon blog; ainsi JANVIER de la MOTHE le pittoresque Préfet de l'Eure qui a présidé à sa manière à l'inauguration du pont de SAINT PIERRE Du  VAUVRAY  (billet HEUQUEVILLE FACHE AVEC LE PROGRES) , bien sur GAMBETTA, TROCHU, THIERS,  Général de FONTANGES,  ce dernier semble avoir eu peu de succès dans les élections, cette fois 1 suffrage...( il était Membre du Conseil Municipal des ANDELYS ).

                                                        La délibération suivante en date du 22 avril concerne, en accord avec la loi du 14 avril 1871 le renouvellement intégral des Conseillers Municipaux. Avant cela quelques lignes sur l'affrontement fratricide de 73 jours entre deux mondes: le Gouvernement résigné devant l'ennemi, et les fédérés qui refusaient de capituler devant BISMARCK et ses exigences. Ultime provocation, BISMARCK avait exigé que ses troupes paradent sur les Champs Elysées. N'oublions pas non plus que le peuple souffrait, les conditions de travail n'avaient rien d'humain, un exemple: les enfants de 8 ans travaillaient 15 heures par jour, souvent le ventre vide. Nous étions début mars, à peine 15 jours plus tard ce sera ce que l'histoire a appelé LA COMMUNE.

                                                         THIERS essaiera au moyen d'une affiche placardée dans PARIS de diviser le peuple, le 18 mars il enverra la troupe pour tenter de récupérer les 227 canons entreposés sur la Butte MONTMARTRE - canons payés par le peuple -les insurgés s'y opposèrent, le peuple montera sur la Butte, femmes en tête, comment s'en étonner quand ces mêmes femmes ont vu leur famille mourir de faim durant le Siège de PARIS alors que les "nantis" se gobergeaient le jour de NOEL 1870 dans les restaurants avec la viande des animaux du ZOO.  Le Général LECOMTE donnera l'ordre de tirer sur la foule, un soldat révolté criera " CROSSE EN L AIR", et une partie de l'armée changera de camp,capturera le général et l'exécutera avec CLEMENT-THOMAS, nous étions le 18 Mars, le lendemain l'insurrection était inexorablement en route.

                                                         Le 26 Mars des élections auront lieu au sein de la COMMUNE, les élus s'installeront à l'Hôtel de Ville, le drapeau rouge sera hissé. Sur les affiches appelant au vote on pouvait lire:

                     -- Citoyens,  choisissez pour vous représenter des hommes comme vous, des travailleurs vivant votre propre vie, souffrant les mêmes maux, défiez vous autant des ambitieux que des parvenus, évitez ceux que la fortune a trop favorisé, car trop rarement celui qui possède la fortune est disposé à regarder le travailleur comme son frère --

                                                          Ces paroles résonnent bizarrement aujourd'hui à la veille d'élections.... Les ouvriers de l'époque se demandaient pourquoi après une dure vie de labeur ils mouraient pauvres et affamés, ils ressentaient le désir de voir changer les choses.

                                                           Le 28 Mars la COMMUNE est proclamée, 

                             La commune

       

                                                      Cette insurrection ne plaisait pas aux communes rurales, et c'est sans doute pourquoi nous n'en trouvons si peu d'échos dans nos archives communales, il est toujours difficile de relater les raisons d'un événement historique dans ses détails, ainsi ce résumé pour mieux comprendre cette période dramatique, qui en plus d'être une guerre était une guerre civile. 

                                                               Nous sommes en Avril, la COMMUNE semble s'installer dans PARIS; dans leur volonté de faire disparaître les témoignages des anciens régimes les COMMUNARDS s'attaqueront aux symboles, exemple la colonne VENDÔME . Cette Colonne érigée à la gloire de NAPOLEON représentait pour eux la barbarie, l'Empereur n'avait il pas instituée le carnet ouvrier les mettant ainsi en permanence sous le regard de la police?.... Un décret du 12 Avril décidera du sort de ce monument, il devait disparaître, date prévue le 5 Mai  50éme anniversaire de la mort de NAPOLEON Ier); les événements dramatiques en mai dans PARIS en décideront autrement, et ce ne sera que le 16 Mai qu'elle disparaîtra du paysage parisien.

           Decret colonne vendome  

 

                                                             Aprés la défaite de la COMMUNE le Président de la République en place, MAC MAHON décidera de la faire reconstruire (1873) Gustace COURBET, le peintre, que l'on a accusé d'être  l'instigateur de la démolition devra en assurer les frais: 10.000 frs par mois durant  ...33 ans. Il émigrera en SUISSE . Aujourd'hui il semble acquis que COURBET était absent le jour où le décret a été voté, et surtout qu'il n'avait jamais demandé la démolition, simplement le déplacement. Il mourra en Suisse en 1877 complétement ruiné. 

                                                      Nous voici fin AVRIL, PARIS semble assez calme, du moins d'aprés COURBET qui dans une lettre à ses parents disait que la ville était un vrai "PARADIS", point de police, point de sottise, PARIS va tout seul comme sur des roulettes. Je pense que COURBET était un tant soit peu optimiste. 

                                                       Ce calme apparent ne durera pas, En mai débuteront deux semaines de durs combats, les VERSAILLAIS reprendront les forts d'ISSY et de VANVRE ainsi que leurs canons; ils s'en serviront contre les Parisiens. Il faut préciser que THIERS  avait obtenu de BISMARCK la libération de 60.000 prisonniers qui seront immédiatement enrolés pour combattre les inssurgés dans la capitale. Les  fédérés répondront par des destructions ( ex: la maison familiale de THIERS) et bien sur le renversement de la colonne VENDÔME.

                              Chute de la colonne vendome

                                                             

semble s

   

                                                     Le 10 mai, TRAITE DE FRANCFORT.  Ce traité mettra fin à la guerre de 1870, mais ne parviendra pas à calmer les COMMUNARDS, ou COMMUNEUX dans certains documents. Les clauses seront terribles pour la FRANCE. Comme vu précédemment perte de l'AlSACE et de la LORRAINE , dommages de guerre de 5 milliards de francs OR, annexion d'une partie du territoire pour en garantir le remboursement. Ces dommages seront remboursés 6 mois avant l'échéance prévue au moyen d'une souscription.

                                                      Après le traité une chanson de Al.LECLERC, se fit jour dans les rues de PARIS, en voici un couplet:

                                                       BISMARCK qui n'est pas en peine                                                                                                              d'affamer les Parisiens                                                                                                                          Nous demande la LORRAINE                                                                                                                    L'ALSACE et les ALSACIENS                                                                                                                  La honte pour nos soldats                                                                                                                        Des milliards à son service, etc, etc.....

                                                       L'internationale souvent chantée encore de nos jours date de cette époque, 1870 elle fût  créée par E.POTTIER.

                                                       Jour après jour,  après ce traité, mon s'acheminera vers cette abomination: La SEMAINE SANGLANTE, elle débutera le 21 Mai. 

                                                       Ce jour là, alors que dans les jardins des TUILERIES se déroulait un concert donné au profit des veuves et des orphelins de la COMMUNE, un partisan de THIERS, DUCATEL, prévient les VERSAILLAIS que la porte St CLOUD était sans protection. Les VERSAILLAIS entrent dans PARIS sans difficulté, les tueries commenceront; certains soldats hésiteront à obéir aux ordres: - Losque la consigne est infâme, la désobéissance est un devoir -  - Pendant 7 jours les COMMUNARDS résisteront rue après rue, une dizaine de milliers de fédérés face à plus de 130.000 hommes, dont les 60.000 prisonniers. Les barricades tombaient les unes après les autres;  celle de la Place Blanche était défendue par des femmes  ( entre autre LOUISE MICHEL) avec un courage à toute épreuve. Un journaliste anglais dira d'elles en 1871 -Si la Nation Française ne se comportait que de femmes, quel Peuple terrible ce serait...

                                                       Les morts se comptaient par milliers, la Seine dans laquelle on jetait les corps était rouge de sang, bientôt il fallut se rabattre sur le lac des Buttes Chaumont, oui une horreur. Pas de prisonniers tels étaient les ordres. Bien sur les COMMUNARDS débandés, sans ordres précis, commettaient des exactions, l'Archevêque de PARIS, ainsi que 4 ecclésiastiques fusillés, les otages de la rue HAXO, et d' autres encore... c'était une foule exacerbée par tout ce qu'elle avait eu à subir cherchant à venger les siens abattus sans pitié, poursuivis jusqu'au fin fond des maisons.

                                                       Il y aura aussi des incendies dont les deux belligérants seront responsables, mais furent ils délibérés??  Aujourd'hui on se pose des questions, des deux cotés on tirait aux canons, les VERSAILLAIS à boulets rouges, cette manière de faire favorisait le départ des incendies qui se propageaient, vu les circonstances, très rapidement... L'HÔTEL DE VILLE, le PALAIS DE JUSTICE,  LA PREFECTURE DE POLICE, disparurent dans les flammes.

                                                       Le 28 Mai tombera la dernière barricade, au Père Lachaise les combats se faisaient à l'arme blanche.

                                                       Le 28 Mai à trois heures de l'aprés midi la guerre civile est terminée, l'insurrection est vaincue. Les rues de PARIS regorgeaient de cadavres, la répression sera terrible, dés le 28 Mai 147 otages seront fusillés au Père Lachaise devant un mur devenu tristement célèbre, le mur des FEDERES.

         Plaque commemoratice commune paris

                                                       A partir du 30 mai on fusillera les prisonniers à tout va, la nuit également, à la mitrailleuse pour aller plus vite, le sol était recouvert cette fois encore de cadavres; tout cela avec la bénédiction de THIERS; même un adversaire farouche de la COMMUNE, AUDERBAND disait à propos de cette prétendue justice: .. "En se prolongeant, elle entre dans la famille du crime qu'elle a la prétention de punir"

                                                       On ne pouvait plus fusiller, trop de monde...40.000 seront arrêtés, les prisons étant pleines on emprisonnera sur des pontons sur le Seine dans le confort que vous imaginez, dans les forts côtiers, sur les Iles proches de la cote Française, et l'on déportera, non on transportera, au moyen du bateau LA VIRGINIE,. dans les bagnes de la NOUVELLE CALEDONIE, l'Ile des Pins en particulier, plus de 3000 personnes, 260 y mourront, surtout les jeunes, leurs corps reposent dans le petit cimetière de l'Ile. Louise MICHEL faisait partie du voyage. 

                                                       Le pardon de la FRANCE pour les insurgés de la COMMUNE se fera attendre, la signature d'une amnistie générale sera effective en 1880, LOUISE MICHEL rentrera en FRANCE, elle débarquera  dans le port de DIEPPE, quai Henri IV. 

                                                        THIERS avait pris soin de couper tout contact de PARIS vers la province, lignes télégraphiques interrompues . Il voulait dresser les ruraux contre les parisiens de crainte d'une alliance; les ruraux ne connaîtront de LA COMMUNE que ce que THIERS laissera filtrer.

                                                        Beaucoup de chansons sont nées de la COMMUNE, celle que je joins a été écrite par JB CLEMENT en 1866, un acteur de la COMMUNE,  et actualisée en 1871 par un couplet peu connu.

           

                                                        Voici le couplet:  Quand il reviendra le temps des cerises                                                                                                          Pandores idiots, Magistrats moqueurs                                                                                                          Seront tous en fête                                                                                                                            Les bourgeois auront la folie en tête                                                                                                            A l'ombre seront poëtes chanteurs                                                                                                              Mais quand reviendra le temps des cerises                                                                                                      Siffleront bien haut les chassepots vengeurs....                                                                                                          

                                                        Tout ce qui précède n'est, bien sur, qu'un survol de cette terrible époque qui marquera un grand changement dans les mouvements ouvriers,  même s'il mettra du temps à se mettre en place. Ce ne sont que les grandes lignes d'une histoire qui mérite d'être mieux connue pour mieux comprendre ce qui est notre histoire à tous.Il ne m'appartient pas de juger qui du peuple de PARIS, qui du pouvoir était du coté du droit, mais je pense vraiment que le peuple ne pouvait en supporter plus après ce terrible siège de PARIS, la faim, la misère, le chômage avaient précipité ces affamés dans une guerre sans merci.Victor HUGO le disait mieux que moi, voyez plutôt:

                                    Et n'ont-ils pas eu froid? Et n'ont'ils pas eu faim? C'est pour cela qu'ils ont brûlé vos Tuileries, je le déclare au nom de ces âmes meurtries....

                                    Et notre commune durant tout ce temps, je vous en reparlerai dans le prochain billet.

                                                        

                                                    

   

                                                       

                                                        

                                                                    

  

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×