Evénements du passé dans ma région

Cette catégorie a pour vocation de raconter ces petits faits de l'histoire qui mis bout à bout même insensiblement à l'histoire, tout court..

Maintenant l'EMPIRE, le SECOND

mais

 

 

 

 

  

    

  

         Ce billet fait suite à: La deuxiéme Républiquet et la suite.

                     Pour mieux appréhender cette période et les délibérations qu'elle engendrera, quelques traits de cette période:

                     1852 verra la fin de la très brève  Deuxième REPUBLIQUE et l'émergence de l' EMPIRE. Durant cette transition de plusieurs mois des changements auront lieu, des décisions importantes seront prises au plus haut niveau, des lois seront votées, autant de choses qui pèseront sur le quotidien des habitants d'HEUQUEVILLE.  Très vite après avoir commis son COUP d' ETAT, (trahison pour certains) notre toujours Président, PRINCE Président devrais-je dire, s'empressera de quitter l'ELYSEE, palais de la République, pour les TUILERIES, l'ancienne résidence des ROIS de FRANCE, comme l'avait fait son oncle 50 ans auparavant, quittant Saint Cloud pour les TUILERIES. 

                      Quelques décisions du futur EMPEREUR  - Le 6 janvier 1852, LN BONAPARTE , qui ne goûtait pas la devise Républicaine,LIBERTE- EGALITE- FRATERNITE, s'empressera de la faire disparaître du fronton de nos Mairies. (Elle ne sera               rétablie que le 14/07 1880. ) Le 11 janvier les Gardes Nationales seront dissoutes.

                       Une date très importante: le 14 janvier 1852 promulgation de la nouvelle Constitution répondant aux souhaits du toujours Président de la République, article premier : la Nouvelle Constitution reprend les mêmes principes que ceux énoncés dans celle de 1789..... et surtout comme dit précédemment, le mandat présidentiel de 4 ans passe à 10 ans, le suffrage universel est rétabli.

                       Le 25 Mars renforcement du pouvoir des Préfets à qui reviendra à nouveau le droit de nommer les maires et les premiers adjoints.

                       Cette mesure peut expliquer une certaine passivité des Maires en place: de plus les maires pourront être choisis en dehors du Conseil Municipal, ce qui ne favorisait pas tellement la démocratie . Pour ma part j'ai remarqué qu'avec ou sans élections les Maires ne changeaient pas souvent, quelquefois même on voyait s 'installer une sorte de dynastie.

                       Le 7 Novembre un Sénatus Consulte (acte voté par le Sénat et qui a valeur de Loi), révisant la toute nouvelle constitution et rétablissant l'EMPIRE.

                       Le futur NAPOLEON III avait bien tout verrouillé.

                        Le 27 Décembre plébiscite rétablissant l'EMPIRE: 7.824.129 pour, 253.149 contre, les chiffres parlent d'eux mêmes.

                            Graphique elections 1852

 

                               Je pense que nos prétendants politiques de tous bords, aujourd'hui, rêverraient d'un tel score........

                               EPILOGUE de cette année le 2 Décembre 1852 PROCLAMATION du SECOND EMPIRE et installation du nouvel EMPEREUR NAPOLEON III dans ses fonctions.

                                Entre le début et la fin de 1852 le Conseil Municipal, pour un temps encore Républicain, prendra quelques délibérations, et nous verrons aussi de nouveau et toujours ces Messieurs jurer haut et fort leur attachement au Président, et, très vite ensuite à l'EMPEREUR.  Mais maintenant reprenons le cours des événements de notre commune.    

                                Le 5 MARS: Les membres du Conseil Municipal sur les ORDRES du Préfet et de la convocation de Monsieur le Maire se sont réunis pour une prestation de serment. Aprés lecture de l'article 14 de la NOUVELLE CONSTITUTION Mr le Maire et son Adjoint prêtent serment les premiers; " Je jure obéissance à la Constitution et au PRESIDENT." Le Conseil prend acte et à son tour, face au bureau, main droite levée: "Je le jure". 

                                 Le 27 juin: Instituteur laïque, publique, ou venant d'une Congrégaion religieuse, question cruciale posée au Conseil Municipal.

                                 - Le Maire donne lecture au Conseil Municipal d'une lettre de l'Inspection Primaire de l'arrondissement des ANDELYS en date du 10 Juin par laquelle ce fonctionnaire engage les Membres du  Conseil à se prononcer à savoir s'ils veulent un Instituteur laïque, publique, ou un Membre d'une Congrégation religieuse.

                                  Le CM après délibération décide que son école EST, ET SERA désormais dirigée par un Instituteur laïque.

                                  Je me demande quelle valeur aura cette délibération 6 mois plus tard lorsque l'Empire sera là.. Néanmoins considérant le contexte de l'époque je trouve que c'est une belle réponse.

                                   Dans le registre des délibérations on trouve également à la date du 5 septembre un extrait certifié du tableau des Conseillers Municipaux, un changement Mr MONTIER n'y est plus, remplacé par Mr QUENET.

                Tableau election 5 05 1852

                  

                                   Toujours pour bien comprendre la gestion des communes, et par conséquent de la nôtre, en cette année 1852 il faut bien se rappeler que lors des élections les maires poussaient leurs "ouailles" à voter pour le candidat OFFICIEL, ( c'est à dire celui désigné par le pouvoir en place )pas facile pour les électeurs de faire autrement: pas d'isoloir, pas d'enveloppe, bulletin remis au maire, la démocratie était bien malmenée! Le Second Empire accepte néanmoins que tous les citoyens votent, MAIS ne tolère pas les opposants, le Garde Champêtre la veille du scrutin porte à chaque électeur le bulletin officiel; le candidat de l'opposition distribue lui même ses bulletins. Les dernières élections du Second Empire auront lieu en 1870, commentaire du pouvoir, "élections sans problèmes" la guerre pourtant frappait à notre porte.

                                    Vous avez pu remarquer que Louis Napoléon BONAPARTE avait utilisé toutes les armes à sa disposition pour se faire élire EMPEREUR; une de ses armes favorites durant ses déplacements en province: en 1851 à chacun de ses discours il terminait par un vibrant -"L'EMPIRE C 'EST LA PAIX"- par rapport à cela je ne résiste pas à mettre quelques lignes de Victor HUGO écrites durant son exil à JERSEY dans son très beau poème sur le coup d état: AUX  MORTS DU 4 DECEMBRE   - V.HUGO Les Châtiments -    

                                      Grâce au quatre décembre, aujourd'hui, sans pensée

                                      Vous gisez étendus dans la fosse glacée,

                                                 Sous les linceuls épais; 

                                            O morts, l'herbe sans bruit croit sur vos catacombes,

                                      Dormez dans vos cercueils! taisez vous dans vos tombes!

                                                  L'EMPIRE,   c'est la paix.

                                      Aujourd'hui d'autres envolées lyriques terminent les discours électoraux... Malgré tout le nouveau régime est bien accepté dans le pays.  Une grande nouveauté:  1852  verra la création du Crédit mobilier .

                                       ETAT CIVIL - Naissances 4 - Mariages 2  - Décès 7 .

                                      1853 - Toujours des innovations dans cette deuxième partie du 19éme siècle; les changements s'accélèrent, le temps coûte cher,  le travail est "rationalisé" dans les entreprises industrielles modernes, comme SIEMENS ou plus encore celle de Monsieur SCHNEIDER que l'on appellera Le Maître de Forge (aciérie, métallurgie) SCNNEIDER ce grand patron sera à la source du développement du CREUSOT, la Ville Noire comme la surnommait  Guy de Maupassant. Un grand patron certes, mais avec des méthodes radicales, lors des gréves de 1870 les délégués sont renvoyés, les meneurs traduits en justice, il ne fait pas bon d'être socialiste ou républicain chez SCHNEIDER. la chute de l'empire sera fatale à sa carriére politique. A sa mort on lui vouera un culte, 30.000 personnes suivront ses obsèques. 

                                       Beaucoup d'industries textiles voient le jour et donnent du travail; le charbon est Roi dans les domaines domestiques ou industriels; production de locomotives ( SCHNEIDER) bateaux à vapeur, etc.. Beaucoup de progrès suivront, exemple dans l'Agriculture:  60.000 machines à battre en 1852, 310.000 en 1882. Le chemin de fer continue à se développer favorisant les échanges.                                           Deux témoignages de cette époque.Une locomotive et des munitions SCHNEIDER, le CREUSOT.

                             Loco schneider             Munitions schneider

                                           

                                       - En 1853 une loi CONTRE le port des armes.   - 1853 verra aussi le début des"Grands Travaux" du Baron HAUSSMAN, alors Préfet de PARIS qui ,sur les ordres de l'Empereur, transformera le centre de PARIS, pauvre et malsain, en cette ville magnifique que nous connaissons aujourd'hui. NAPOLEON III  qui avait vécu à LONDRES avait beaucoup apprécié la modernité  et les grandes artères de cette ville. Bien sur le petit peuple en souffrira, les artisans et les petits métiers qui vivaient au coeur de la ville seront obligés de partir en "Ban Lieu"mais la transformation s'imposait pour entrer dans l'ère industrielle et moderne, et Paris deviendra PARIS; Un exemple sur ce point précis: Une fonderie de cloches, CROUZET HILDEBLAND,  initialement au centre de la ville sera obligée de partir, elle s'installera à LOUVIERS  (27)rue de la Citadelle et continuera à produire des cloches; une commune prés de chez nous en possède une, c'est la MARIE -LOUISE à HERQUEVILLE. Aujourd'hui cette fonderie n'existe plus la guerre de 39/40 et ses bombardements ont eu raison d'elle.

                                        La vie de l'Empereur changera aussi, le 15 mars   verra son mariage avec Eugénie de Montijo, pourquoi je relate cette date? c'est que dans nos registres on peut y lire une " ADRESSE" destinée à l'Empereur pour le féliciter de cet événement. Ne rêvez pas , ce n'est pas une initiative personnelle de notre Conseil Municipal, simplement que ces Adresses, au goût du jour, étaient en fait une propagande très laudatrice pour maintenir la popularité de l'EMPEREUR, elles étaient publiées sur ordre du Préfet..... Certaines communes plus républicaines s'y refusaient.....L'explication en fait c'est que de nouveau les Maires et lesAdjoints étaient nommés par le pouvoir ( les Préfets) alors qui veut la fin veut les moyens. On en trouve d'autres au fil du registre, flattez, flattez, il en résultera toujours quelque chose. 

              Adresse mariage nap iii           

   

                                    Le 20 Juin 1853, 7h du matin une délibération, en fait celle qui m'a amenée à publier mon premier billet, HEUQUEVILLE FACHE AVEC LE PROGRES /  Le Conseil Municipal expose qu'en raison du projet de construction d'un presbytère pour loger le Curé elle refuse de s'associer à la construction d'un pont entre Saint Pierre du Vauvray et ANDE rive droite.-Pont souhaité pourtant pour désenclaver les petites communes séparées par la Seine;- l'argent sera donc réservé pour le presbytère, Signé le Maire et son Conseil.et également LEMESLE Philippe, et DENESLE Nicolas faisant partie des plus imposés. Une fois de plus on peut constater que l'église était revenue en grâce, l'histoire se répéterait elle?.. Pour parvenir à réunir les fonds nécessaires à cette construction, Mr le Maire expose en séance  de délibération que le Ministre de l'Instruction Publique et du Culte accorde 1500 francs et le Préfet 500 francs . Le projet avance... Comme précisé plus haut le cahier des charges de cette construction sera approuvé en cette année 1853. 

                                       Délibération 179.  Financement de la construction du presbytère. Création d'un Rôle spécial;

                                       Par un décret Impérial du 23 novembre sa Majesté l'Empereur a autorisé la commune à s'imposer extraordinairement pendant trois ans de la somme de 2200 Francs pour la reconstruction du presbytère. Les rôles de 1854 étant terminés le recouvrement n'est prévu qu'à partir de 1855.   Un rôle spécial est demandé par le conseil municipal et les personnes les plus imposées pour la somme de 1000 francs. Le reste en 1855;

                                        Je ne sais pas comment les habitants d'HEUQUEVILLE prenaient toutes ces augmentations d'impôts, aucun renseignement dans les dossiers consultés à ce jour.

                                         ETAT CIVIL: Naissances 11 - Mariages 2 - Décès 9.

                                         1854 - Adjudication pour la construction du presbytère le 5 février 1854, approuvée le 16 février par Monsieur le Préfet le 16 du même mois, en faveur de Monsieur GOUAS père et fils tous les deux Maîtres Maçons.

                                         18 Févrieer 1854 Monsieur VIGREUX a acheté une portion de terrain en nature de friche sis au hameau du LONDE. Il s'agissait d'un reste de la friche vendue en 1846 d'un are 26ca. La commune s'était en effet réservée une petite partie de la friche pour y puiser le sable, les cailloux, marne, matériaux essentiels à l'entretien des chemins, et aussi cette partie de friche devait servir pour le divertissement des jeunes de la commune (sans commentaire!). Prix de ce terrain 50 Frs 40, soit 40 frs l'are. Une comparaison 40 frs étaient à peu prés la rémunération de 200h de travail. (référence 1828, peu d'évolution de salaire à en juger par celui du garde champêtre )

                                          ETAT CIVIL: Naissances 8 - Mariages 5 - Décés 8.

                                          1855 - Peu d'événements à relater pour cette année, une délibération toutefois:

                                           LA TAXE SUR LES CHIENS: En début d'année le CM s'est réuni pour l'examen de la loi du 2 mai 1855 et ainsi déterminer la position de la commune par rapport à cette loi. Cette taxe nouvelle faisait bien l'affaire des communes, car elle était exclusivement à leur profit. Après examen de la loi le Conseil Municipal décide des tarifs suivants à appliquer en 1856:    

           CHIENS DE PREMIERE CLASSE: Chiens d'agrément, chien de chasse:  5francs         

           CHIENS DE DEUXIEME CLASSE: Chiens servant à la garde des troupeaux,des habitations,chien guide d'aveugle:1 fr.                                                                                              

                                            Une réflexion personnelle, comment faisait on pour différencier le chien d'agrément d'un chien de garde? dans ma jeunesse notre bon chien était "polyvalent": partageant nos jeux et gardant la maison si nécessaire ...Je dois à la vérité de dire qu'HEUQUEVILLE était une des communes les moins "gourmandes". En 1971 la loi fût abrogée, plus de taxe, les propriétaires de meutes de chasse ont dû applaudir des deux mains. 

                                            Medaille de lyon        Gravure daumier chien

 

                                            En août 1855 lors d'un Conseil Municipal il est fait lecture d'une instruction du Préfet (le 30) relative à l'organisation dans chaque commune d'un service d'assistance médicale gratuite en faveur des indigents malades. Le Maire invite la commune à désigner les deux membres qui doivent composer avec lui, le curé, l'instituteur la commission spéciale chargée de la direction du service.  Monsieur JUGENOT Louis Chrystosome et DESPORTES ont été désignés.

                                             LOI SUR L ORGANISATION MUNICIPALE DU 5/05/1855 - Le 27 juin, eu égard à cette loi, Monsieur CARRIERE Jean Fr.,Maire,  VAVASSEUR Adjoint, prononceront le serment habituel, obéissance à la Constitution , fidélité à l'Empereur, Réponse " JE LE JURE". Ensuite Messieurs CARRIERE et VAVASSEUR sont installés dans leurs fonctions. (Monsieur VAVASSEUR fait partie des ancêtres de notre dévouée CHRISTINE DUJARDIN)  LE 22 JUILLET  le Conseil sera élu et prêtera serment à son tour                                    

                                              A la fin de l'année une souscription volontaire destinée à venir en aide aux indigents durant l'hiver 1855/56 offerte par les personnes ci après: une assez longue liste, sommes allant de 50 fr à 1 fr. On y trouve le berger pour 1 Fr, Monsieur le cantonnier THOUE 2 Fr, l'instituteur 5 Frs, dans cette liste tout le Conseil. Cette initiative est à louer.

  Dans le registre adresses toujours très élogieuses...... 

                                              En  1855 exposition universelle à PARIS.

                                              ETAT CIVIL: Naissances: 7 - Mariages 6 - Décès 6.

                                              1856 - le Presbytère est terminé, voici le PROCES VERBAL DE RECEPTION DEFINITIVE:

                                               RAPPEL: Devis approuvé le 13 décembre 1853, Adjudication passée le 5 Février 1854, approuvée le 16 du même mois par Mr le Préfet en faveur de Messieurs GOUAS père et fils, tous deux maîtres maçons.

                                               -Montant des estimations                         6.381,64 Frs                                                                                      à déduire Rabais de 10%                        638,16                                                                                       Prix de l'adjudication                                                    5.743,48  Frs                                                           sommes à valoir pour dépenses imprévues et honoraires architecte     1.256,52

                                                Soit une dépense autorisée de  7.000 frs

                                                PROCES VERBAL DE RECEPTION DEFINITIVE, du 11 Février: Nous Mr BOULANGER architecte à EVREUX nous sommes rendu au presbytère de la commune d'HEUQUEVILLE, ou étant, avons en présence de Mr CARRIERE, maire, JUGENOT, QUENET, composant la commission de surveillance, en l'ABSENCE des Sieurs GOUAS, dûment convoqués procédé à la réception définitive des travaux de la construction de la maison presbytérale exécutés par ces derniers en vertu de l'adjudication précitée.

                                                 Je vous fais grâce de tous les détails de ce PV, il en résultera que quelques malfaçons seront relevées mais qui n'impacteront pas le devis initial, la somme totale à la fin des travaux s'élève à 5.880 Frs.

                                                 Nous n'en avons pas encore terminé avec cette maison presbyrèrale, le curé aura encore quelques exigences, des centimes additionnels en perspective..... Au passage une remarque, Me BOULANGER était l'architecte du pont sur la Seine pour lequel le conseil municipal avait refusé son concours financier au profit du presbytère.

                                                  ETAT CIVIL: Naissances 10 -  Mariages - - 3  Décès 7.

                                                  1857 - Le registre de délibérations n'offre rien de bien palpitant cette année là, il faut dire que le presbytère a dû épuiser les ressources du conseil municipal.. Juste une petite annonce pour les amateurs de poésie: Charles BAUDELAIRE  a été condamné cette année là pour avoir écrit  LES FLEURS DU MAL, la société était bien prude à cette époque.

                                                   ETAT CIVIL: Naissances 7- Mariages 5 -  Décès 5 .

                                                   1858 - Dans le registre toujours peu de délibérations, mais un fait d'importance mérite d'être relevé: le décès de Monsieur CARRIERE, Maire de la commune, âgé de 47 ans,  la déclaration en a été faite par Monsieur JUGENOT Fils, 43 ans, adjoint remplissant les fonctions d'officier d'état civil, et par Monsieur GEHAN Instituteur. signé JUGENOT

                                                   On peu lire aussi dans le registre une nouvelle adresse, et bien que ne les goûtant peu je me trouve presque obligée d'en parler, car elle donne l'exacte mesure de  l'état d'esprit qui régnait à l'époque, elle est en relation avec l'attentat de Félicé ORSINI contre Napoléon III, le 14 Janvier 1858, ORSINI reprochait à l'Empereur d'empêcher l'unification de son pays. L'Empereur et sa femme ne seront que très légèrement blessés, grâce aux plaques de fer glissées préventivement dans les côtés du carosse. Dans cette adresse toujours flatteuse et  à la botte du pouvoir, pas un mot pour les 8 morts (dommages collatéraux..). Bien sur cette adresse fût signée par le Maire et les conseillers Municipaux et se termine par un vibrant: Vive l'EMPEREUR;  Cet attentat permettra à NAPOLEON III de faire promulguer la loi de Sûreté Générale, dite  LOI DES SUSPECTS (19 février 1858) qui permet la déportation ou l'internement sans jugement d'un individu accusé d'avoir participé à la révolution de 1848, au coup d'état de 1851, ou de tout autre délit politique. Les Préfets feront beaucoup de zèle, plus de 1000 personnes arrêtées de façon arbitraire, sur ces 1000 personnes 430 au moins seront "transportées" en ALGERIE. Cette loi très impopulaire fût rapidement suspendue pour être abrogée en 1870.

                                                    ETAT CIVIL: Naissances 7 - Mariage 1-Décès  10.

                                                    1859 - Durant cette année  là une nouvelle adresse qui se termine cette fois par,  VIVE L'EMPEREUR, VIVE L'IMPERATRICE, VIVE LE PRINCE IMPERIAL, on peut penser que le Préfet en place avait grand soin de la popularité de l'Empereur.... Cette adresse bien sur signée des conseillers DESPORTES, LESAGE, QUENET, EVRARD, CHEDEVILLE ,VAVASSEUR, et JUGENOT dit CHEVALIER.

                                                    Bien que la maison d'école soit de construction récente, une délibération la concernant a été nécessaire considérant son état, jugez en:  -Le 6 Mars 1859 par autorisation spéciale de Mr le Sous Préfet, le Conseil Municipal s'est réuni extraordinairement sous la présidence de Monsieur le Maire et avec l'assistance des plus imposés, à savoir MM DECORCHEMONT, GRIEU Isidore, JUGENOT J.F , CAMPIGNY Rosaire, BLONDEL Napoléon. Il est exposé à l'Assemblée qu'il y a urgence à faire à la maison d'école des travaux CONSIDERABLES de consolidation.(le plancher menaçait de s'écrouler sur la tête des enfants...) Egalement au presbytère des travaux d'assainissement et de réparation et reconstruction du mur du jardin, particulièrement le long du cimetière. Il importe aussi de construire un bûcher au presbytère, et à l'école un cellier et un bûcher pour l'usage de l'instituteur. Les ressources étant insuffisantes dix centimes au principal des 4 contributions directes pendant 4 années 1859 - 60-61- et 62,sont proposées. L'Assemblée après avoir visité les bâtiments en réparation, et après délibération, est d accord pour voter les centimes additionnelles.

 

                                               En avril un devis sera dressé pour les travaux tant à la maison d'école que pour le presbytère;  le document établi par Mr GUILLOT des ANDELYS sera dûment accepté par le Maire, le Préfet  l'approuvera  le 5 mai. Document signé par Mr VASTELIER Conseiller de Préfecture en l'absence de Mr le Préfet en tournée de révision. Les travaux devaient être urgents car le 22 mai l'adjudication aura lieu,  en présence de Mr le Maire , du Receveur Municipal, de Messieurs LESAGE et VAVASSEUR, membres du Conseil Municipal. . Au premier feu Mr SAMSON Entrepreneur de maçonnerie à VATTEVILLE  proposera de prendre les travaux pour la mise à prix de 1955 Frs,14; deux autres feux seront allumés et s'éteindront sans rabais. Monsieur SAMSON sera donc chargé d'exécuter les travaux pour la somme de 1955, 14 Frs, sans caution eu égard aux garanties de capacité et de solvabilité, moralité que présente Monsieur SAMSON. Signé par le Maire.

                                                   Le presbytère est devenu aujourd'hui la Mairie du village, il a malheureusement perdu au fil des temps et à cause de travaux de restauration peu respectueux de son aspect d'origine , de sa superbe car il était élégant avec ses chaînages en pierres, ses clefs au dessus des fenêtres également en pierre, son perron toujours en pierre,son toit est aujourd'hui orphelin d'une belle cheminée,et de ses épis de faîtage,  bref il suffit de se référer au cahier des charges de l'époque.  Pour en juger deux photos:      

              Capture presbytere       015   

 

                                                    La physionomie de la commune à cette époque se modifiait, on pouvait voir ici ou là de belles maisons en briques s'élever, les chemins devenaient des rues, etc, etc..

                                                     ETAT CIVIL: Naissances 6 - Mariages 0 - Décès 6. 

                                                     1860 - Cette fois encore peu d'événements dans notre commune, le registre des délibérations ne révèle rien de bien intéressant, il faut dire que la commune doit "digérer" la construction du presbytère, ce qui n'est pas  une mince affaire pour une petite commune. Par contre en FRANCE un changement de taille, elle s'agrandit grâce au  TRAITE DE TURIN de 1860; nous gagnons par ce traité la SAVOIE et le Comté de NICE, mais ce qui est important c'est que  cela ne se fera pas par une signature entre les deux pays, non, cette fois les habitants de ces régions seront consultés au non du DROIT DES PEUPLES A DISPOSER D'EUX MÊMES.  Il y aura donc un référendum dans ces deux régions  , qui en fait se révélera être un plébiscite puisque pour le Comté de NICE ce sera oui par 99,38 % et pour la SAVOIE 99,82%.. Ce plébiscite est entaché de suspicion les deux pays concernés tenaient beaucoup à ce vote favorable... NAPOLEON III avait envoyé des émissaires pour convaincre les autorités en place, l'évêque fera de même... De plus pas de bulletin NON, pas d'isoloir, il fallait un certain courage pour s'exprimer à cette époque! rattachement volontaire ou annexion déguisée allez savoir. Une partie du comté de NICE restera un temps encore au PIEMONT, NAPOLEON ne voulait pas priver son ami VICTOR EMMANUEL d'un terrain de chasse très giboyeux qu'il affectionnait, chasse quand tu nous tiens.... mais n'oublions pas au sujet de ce "SPORT" qu'à vaincre sans péril on triomphe sans gloire . Cette partie de territoire reviendra à la FRANCE en 1947, mais cela est encore une fois une autre histoire. En juin 1860 donc , la SAVOIE et NICE redeviendront françaises. Aujourd'hui il a une association d'indépendantistes pour le Comté de NICE qui conteste ce traité, la SAVOIE pour sa part ne réclame rien.

                                                     NAPOLEON III n'a pas toujours rallié les suffrages des historiens, mais en ce qui concerne ce TRAITE il a ouvert la porte à l'industrie du tourisme, industrie qui fait vivre aujourd'hui ces régions.N'oublions pas que NICE 44éme ville de FRANCE en cette partie du 19éme siècle est devenue aujourd'hui la 4éme.  Peu à peu nos villages profiteront de tous ces aménagements du territoire, certes lentement mais sûrement, et c' est pourquoi je m'attache toujours à mon sacro-saint contexte.. Une autre innovation cette année là: un décret donnera au Corps législatif et au Sénat le droit d'adresse: Réponse des Chambres au discours annuel du trône. Le régime s'assouplissait.

                                                      ETAT CIVIL - Naissances 5 - Mariages 2 - Décès 8.

                                                      1861 - Une note dans le registre détaillant les chevaux présents sur le territoire de la commune, le nom, l'âge, couleur de la robe, taille:

                                           BIJOU: hongre, 12 ans, noir, 1m70 - PAPILLON: hongre, 8 ans, noir, 1m72 - CHARLOT: cheval entier, 6 ans, blond, 1m65 - MOUTON: hongre, 15 ans, bai, 1m50.

                                            Un rappel des membres du Conseil Municipal: DESPORTE - LESAGE - CHEDEVILLE - VIGREUX - BULTEL - VAVASSEUR - JUGENOT dit CHEVALIER Maire. En 1861 pas de glanage. Dans le registre le nom de DE NOUE apparaît;

                                            Toujours en 1861 Mr ROUGET était instituteur, son salaire total se montait à 600 Frs (avec les rétributions des parents pour les enfants, 1 fr et 1fr50) - Le salaire du garde champêtre évoluait peu 375frs comme en 1848, pour le régler toujours imposition extraordinaire sur le compte de 1862. Souvent sur les délibérations en plus des signatures du Maire et du conseil, figuraient celles des  plus imposés de la commune , ex: CAMPIGNY Rosaire - GRIEU Isidore- CHEDEVILLE Dieudonné - HEBERT Alexandre.Egalement on note  une étude pour la réfection du sol de l'église. Il y aura aussi un hiver très dur, moins 17° à  CALAIS, avec les conséquences que l'on suppose, une chose intéressante pour la démocratie: première publication des débats de l'ASSEMBLEE dans le bulletin des lois,(je journal officiel viendra un peu plus tard). A noter quelque chose qui nous intéresse nous les femmes :  première femme bachelière : Julie, Victoire DAUBIE, 37 ans, dans ce domaine là aussi les choses évoluent, et j'ose dire favorablement........ 

                                              En 1857 je vous ai parlé des ennuis de BEAUDELAIRE avec son livre les Fleurs du mal, et bien en 1861 il sera de nouveau autorisé, mais amputé de 6 poèmes jugés tendancieux... cela peut paraître anecdotique, mais à mon sens le ton de l'époque est donné par des détails de ce genre.

                                               ETAT CIVIL: Naissances 6 - Mariages 5 - Décès 7.

                                               1862 - En février une délibération réglementant la présence des pigeons domestiques sur le territoire de la commune. Un résumé de cette délibération: Le 9 février le Conseil Municipal s'est réuni pour communiquer les dates durant lesquelles les pigeons seront autorisés à sortir ou non du colombier, après délibération il a été décidé que tous les propriétaires de pigeons devront les enfermer chaque année du 1er avril au 20 juillet, et du 1er octobre au 15 novembre. Les contrevenants au présent arrêté seront poursuivis conformément à la loi.( cette demande était déjà inscrite dans le cahier de doléances d'HEUQUEVILLE) Dans notre commune nous avons la chance de posséder un beau spécimen de ces colombiers, colombier entretenu avec soin par leurs actuels propriétaires, c'est certainement le plus beau témoignage du 17éme siécle d'architecture civile que nous possédons sur notre commune, merci à eux de l'entretenir.        

                                                Maintenant un document qui cette fois est un original, pas un scan, pas une copie, mais le véritable faire part de décés de Blanche de RONCHEROLLES, document trouvé dans la région où elle a un temps vécu, lorsqu'elle était Comtesse de FERRAGUT. Ce document n'est pas trés lisible je l'avoue, mais c'est dû probablement à son grand âge, plus de 150 ans, l'encre a pâli, j'ai scanné ce document pour obtenir un texte plus lisible:

          013   

  

  Maintenant voici le texte du faire part:

        Mort                                                                                 

  

       Image un peu grande certes, sinon elle est trop floue, et ainsi vous pouvez constater que Blanche de RONCHEROLLES était apparentée à des grandes familles de l'époque.Une piqûre de rappel concernant Blanche de RONCHEROLLES, elle était la fille d'Anne Charles de RONCHEROLLES , seigneur de la paroisse d'HEUQUEVILLE  et de Marguerite de COCHEREL, sa naissance eût lieu sous l'ancien régime en 1791, elle fût baptisée à HEUQUEVILLE le 14 avril par le curé de l'époque, Monsieur JAILLARD.

                                              La délibération n° 15 nous informe qu'il a été décidé de construire une citerne communale dans la cour de l'école pour une dépense de 550 Frs; projet accepté,  commission de surveillance des travaux: MM VAVASSEUR Adjoint, CHESNEL et QUENET. La réception définitive des travaux a été faite le treize novembre 1862 par Monsieur le Maire en présence du constructeur Mr SAMSON. Il y aura une suite à cette réception qui ne sera pas si définitive que cela.... 

                                               La rénovation du sol de l'église dont il a été question l'année précédente est chiffrée par délibération le 8 juillet, le total sera de 1100 frs somme produite par: Un leg de Mme DUVAL, 640 frs, un secours de la fabrique de 300 Frs, dépenses prévues pour entretien église 122 Frs, plus un excédent de recette au budget primitif 12 Frs, soit 1074 la différence de 26 Frs: budget additionnel... Le sol sera donc recouvert de pavés d'AUNEUIL. 

                                               ETAT CIVIL:  Naissances 7 - Mariages 5 - Décès 4.

                                               1863 - Peu de délibérations à HEUQUEVILLE, mais réveil de la vie politique en FRANCE, et d'importance: des députés de l'opposition prennent place dans l'hémicycle, le changement s'annonce.

                                                A HEUQUEVILLE une décision intéressante concernant une BIBLIOTHEQUE SCOLAIRE:  Cotisations volontaires des familles pour la constitution de la bibliothéque.

                                                 Monsieur le Maire informe son Conseil qu'à la suite d'une circulaire de Mr le Prefet en date du 7 de ce mois (décembre) annonçant qu'un crédit de 4.000 Frs  est mis à la disposition de Mr le Ministre de l'Intérieur pour venir en aide aux communes qui créeront du travail pendant l'hiver aux classes ouvriéres indigentes. La commune voulant s'associer autant que possible à la pensée bienveillante du gouvernement décide que  - considérant que des travaux peuvent être exécutés sur le chemin n°-- d'intérêt commun d'ECOUIS à LOUVIERS, et aprés avoir examiné le budget vote 3 centimes additionnels des 4 contributions pour l'entretien du dit chemin; entre autre une somme sera votée pour l'entretien des aqueducs, ponts, fontaines, puits, et mare... également une somme pour réparation du mur du cimetiére, et réparation à l'église.   On ne peut que se féliciter de ce genre de décision.

                                                  Comme dit plus haut le procès verbal de réception des travaux concernant la citerne communale  a été fait en présence de Monsieur le Maire, et de l' entrepreneur, apparemment rien à signaler... C'était sans compter sur les membres de la commission de surveillance désignés par le Conseil Municipal qui n'ayant pas été convoqués ont vivement réagi face à cette négligence. Une contre expertise aura lieu, il en résultera un rapport à Monsieur le Sous Préfet dont voici un extrait:     

                                                  

Lire la suite

Le Consulat -suite du billet changement de régime-

      ,      

            Suite du Billet changement de régime.

           Ce nouveau régime avait pour but d'apporter une stabilisation, un nouvel ordre, et surtout la sécurité dans  le pays menacé sur ses frontières; en 1800 la FRANCE est mal en point, il fallait réorganiser l'administration, la justice, rétablir la paix dans les campagnes  confrontées au brigandage, se déplacer comportait des risques!! une réorganisation d'importance: les déclarations des naissances, mariages, décès; les registres paroissiaux tenus par les curés ont disparu au profit de nouveaux registres, CIVIL, cette fois, et rédigés par les membres du conseil municipal.Tout y est codifié, pré établi, de simples lignes à remplir selon l'objet de l'acte, naissance, mariage, décès des personnes concernées, suivent le nom des témoins et bien sur les signatures des membres du conseil, toujours les mêmes, ce qui nous permet de suivre l'évolution, si on peut dire, de notre village HEUQUEVILLE. Nous n'y retrouvons plus les anecdotes des curés fins observateurs de la vie de nos campagnes, mais il faut l'avouer plus facile à consulter, le sens de l'organisation de BONAPARTE se faisait déjà sentir;  Voici une  des premiéres pages:    

 

         An 9 de la ep

 

            A propos d'état civil, un nouveau petit clin d'oeil à la famille MONTIER, une des premieres naissances de 1800/:Scolastique MONTIER, fille de Nicolas MONTIER Maréchal,  cette famille fait  vraiment partie de notre village, aujourd'hui encore.

          Le consulat conserve les municipalités, une aubaine car cela nous permet de consulter les archives de notre commune; j'y trouverai peut être des choses intéressantes, ou pas, mais en tout état de cause les consulter contribuera à une meilleure compréhension de la maniére de vivre des habitants, et aussi mieux comprendre certaines décisions du conseil municipal.

          BONAPARTE se montrera à la hauteur de sa fonction de Premier Consul, entre autre en 1802 il mettra en place une fonction très importante: Les Préfets. Dans les délibérations  concernant notre commune on verra très souvent la formule: Monsieur le Préfet arrête..., et plus encore les Préfets nommeront les Maires,( pour les communes de moins de 5000h) le maire est chargé de l'administration de sa  commune ,les conseillers ne sont consultés que si le maire le décide, de plus le maire doit prêter serment à la Constitution, et c'est par lui que Les citoyens seront informés des changements de régime,des élections, des nouvelles lois.  

            La création de cette fonction renforcera le pouvoir et l'ambition du Premier Consul BONAPARTE. Une preuve s'il en était besoin, deux jours après l'acte  officiel authentifiant cette nouvelle fonction BONAPARTE emménagera dans l'ancien palais des Rois:  les Tuileries, son goût pour le pouvoir absolu se faisait jour doucement mais surement. 

           Mais revenons à notre commune, j'ai posé un cadre, je vais maintenant m'efforcer de le remplir ..Dans un premier temps je vais être dans l'obligation, à mon grand regret,  de passer sous silence une partie de la période de 1799 à 1810, pour une simple raison : j'ai vainement essayé de trouver les documents se rapportant à cette époque, peut être les trouverai-je un jour dans ce cas je compléterai le présent billet. Toutefois j'avais relevé, il y a bien longtemps lors de premières recherches quelques renseignements sur cette époque, entre autre une délibération concernant directement la nomination d'un instituteur à HEUQUEVILLE, c'était en février 1804. Ci dessous un résumé:    

             Le 15 pluviose an XII le maire Monsieur LEGENDRE fait part à son conseil que le citoyen CAMUS, instituteur à MORGNY, désirait se fixer à HEUQUEVILLE en qualité d'instituteur. Le conseil ,considérant la nécessité dans laquelle se trouve la commune depuis si longtemps privée de moyens pour l'éducation de sa jeunesse,  arrête ce qui suit:

            - le maire est autorisé à recevoir dans cette commune le citoyen CAMUS en qualité d'instituteur, et vu son certificat de bonnes moeurs et capacité il sera autorisé à exercer à HEUQUEVILLE pour un salaire de 30 livres , lequel sera prélevé chaque année sur les centimes additionnels. De plus il lui faudra:  "Entretenir l'horloge de l'église - battre le tambour pour les réquisitions du maire - faire les sépultures pour l'enterrement des morts"  un mois plus tard Monsieur CAMUS était en fonction.

             Ce Monsieur CAMUS ne restera pas longtemps en fonction, deux années tout au plus. En février 1804 nous étions encore sous le régime du Consulat. Dans un document relatant la nomination de Monsieur CAMUS il est dit que c'était probablement le premier instituteur d'HEUQUEVILLE, un petit rappel toutefois,  dans un de mes billets   -Maintenant le 18éme Siécle-   j'avais relevé que dans les registres PAROISSIAUX de 1776 l' acte de décès de DAVID Pierre Louis, maître d'école de cette paroisse, 52 ANS, inhumé dans le cimetière, nom de l'épouse TRINCELLE. Monsieur CAMUS n'était donc pas le premier instituteur civil d'HEUQUEVILLE. 

            Je pense qu'il est bon de faire remarquer que le nouveau régime, ni le suivant, ne seront favorables à l'ouverture d'une école dans un village, une des raisons:  un enfant à l'école, deux bras en moins au champ... Pourtant MIRABEAU disait durant la révolution:

              - Ceux qui veulent que le paysan ne sache ni lire ni écrire se sont fait sans doute un revenu de son ignorance... Bien vu.

             Je rappelle ici qu'en 1793 un décret avait rendu l'instrution obligatoire, gratuite et laïque dans chaque commune, mais le plus souvent, faute d'argent,  l'instituteur était obligé de faire la classe dans son habitation.

 

             En 1803, outre les passeports intérieurs, le Consulat introduira les LIVRETS OUVRIERS, le 9 frimaire. Ce document servira surtout à "domestiquer" les ouvriers; en fait il restreignait la liberté de circulation et les hommes ne pouvaient aller travailler là où il le désiraient sans autorisation. Je pense que c'est la raison de la formulation dans la délibération ci dessus: Le maire est autorisé à recevoir, etc, etc.

             1804 - Le consulat, sans pratiquement d'archives à HEUQUEVILLE sera renversé. BONAPARTE avait d'autres ambitions, sous le manteau du Premier Consul pointaient les ailes de son emblème, l'Aigle, elles ne tardèrent pas à se déployer ce sera chose faite le 28 floréal An XII. A cette date c'en est fini de la première République NAPOLEON est en place.

             Napoleon 2              

                         

               Peu à peu durant le Consulat il oublia une partie des valeurs pour lesquelles il avait combattu durant la Révolution; Il se fera proclamer Empereur en décembre 1804, et bien sur lui aussi voulût marquer son passage par un Hymne, ce sera Le chant du départ, appelé aussi par les révolutionnaires le" Frére de la Marseillaise" , preuve que malgré tout il était resté un enfant de la révolution... Un extrait:

              Ce chant a traversé les époques,   Monsieur GISCARD D ESTAING en avait fait son chant de campagne durant les élections présidentielles.

             Je n'ai pas abandonné les registres d'Etat Civil, mais rien de marquant en ce début de l'Empire, sauf peut être une preuve  que le moulin à vent , aujourd'hui moulin dit de la Vierge, (moulin saisi et restauré à la révolution) était encore en activité. Il s'agit d'un acte de naissance -acte de nouveau entièrement manuscrit, de proportions plus modestes que ceux sous le régime de la révolution, sans lignes pré imprimées. Le voici :     

              -   Acte de naissance le 21 prairial, an 13, ( 1805) 7h du matin, est comparu devant le Maire et Officiers municipaux, Jean Jacques De ROUEN, meunier en cette commune, 41 ans, lequel nous a présenté un enfant de sexe masculin, né le jour d'hier, à 8h du soir, Mére Marguerite PREVOST, sa femme; prénom de l'enfant: Jacques Raphaël;    

                suivent les annotations habituelles. Sur l'acte l'Officier municipal a écrit le nom de famille en deux mots De ROUEN, l'intéressé a été plus modeste, signature: Derouen.. 

                 En 1806, bien que ce soit toujours l'Empire, les mois sont encore nommés sous leurs noms révolutionnaires, mais peu à peu les appellations grégoriennes réapparaissent. En 1807 , dans nos archives on trouve un arrêté du Préfet donnant son accord pour l'emploi d'une somme de 140 francs pour une réparation concernant la fabrique, l'église en l'occurrence,  il semble que l'église se détériorait..Cela ira de mal en pis!

              En ce qui concerne le registre des délibérations je n'ai plus rien jusqu'en 1810, année où un nouveau registre a été ouvert,on y trouve les noms des Officiers Municipaux en  activité: Nicolas DENESLE, Mattieu ACCARD, Jacques GRIEU, LEFEBVRE, JUGENOT, LESAGE, Nicolas MONTIER, le Maire M. LEGENDRE.

              Dans ce registre commencé en 1810 donc,  une grande partie des décisions prises au Conseil concernait la création et l'entretien  des chemins vicinaux, longtemps laissés en déshérence. Ces voies de communication qui reliaient les hameaux aux villages, et les villages entre eux étaient bien souvent dans un état pitoyable; peu praticables l'hiver, souvent une simple  voie étroite boueuse à souhait lors des intempéries.  Se rendre d'un hameau à l'autre s'avérait long et compliqué. En présence de ces délibérations je me suis demandée pourquoi cette subite frénésie de rendre les chemins plus aisés pour les habitants,, j'ai cherché et j'ai relevé que les chemins étant à la charge des communes ces dernières se devaient de les entretenir; ce n'était pas toujours le cas, et c'est pourquoi  le 21 plûviose   an XII une loi fût promulguée. Cette loi faisait obligation aux habitants des communes , HEUQUEVILLE  était dans ce cas, de donner 2 journées de travail pour l'entretien , la mise en place,et le transport des cailloux, les uns avec leurs chevaux s'ils en possédaient, les autres avec leurs brouettes...

              Même si cela peu sembler contraignant à nos yeux aujourd'hui, cette mesure évitait la création d'un nouvel impôt.  Pour réparer et rendre plus carrossables les chemins on eut besoin d'une grande quantité de cailloux. Cette matière première fût extraite des ravines avoisinantes et également dans la carrière  du Perrey .Il fallu dans un premier temps répertorier les chemins, et là on se rendit compte que des propriétaires peu scrupuleux avait englobé une partie de certains chemins dans leurs biens, une délibération du 21 juillet le souligne, voyez plutôt: 

               Une délibération de 1811 obligea un certain Monsieur BOURDON à rendre un terrain dont il s'était emparé lors des troubles de la Révolution  au détriment des habitants du LONDE. Après de longues discussions il s'est vu dans l'obligation de le rendre à la commune. 

                Un acte dans les registres paroissiaux de 1811 nous informe sur la dureté de  la vie à cette époque, voyez plutôt :  

                -  Ce jour, 29 janvier 1811 à 10h du matin l' adjoint et les Officiers municipaux ont déclaré qu'une fille mendiante âgée d'environ 16 à 17 ans, ayant les cheveux noirs, la figure ronde, le  teint coloré, ayant dit se nommer ROSE est décédée à 2 h du matin de ce jour dans l'étable à vaches du dit Sieur LEGENDRE, signé ....

                 Considérant qu'il s'agissait de la ferme d'HEUQUEVILLE de  Monsieur LEGENDRE, je regarderai maintenant différemment les bâtiments qui sont en face de chez moi, et j'aurai une pensée pour cette pauvre jeune fille si misérable et qui probablement a du mourir seule dans cette nuit froide de janvier..

                Registre Etat Civil pour 1811: 6 Naissances,  1 mariage,  13 décès.

                En 1812 le Conseil municipal autorise par délibération Mr Charles HAYET de remonter et soigner l'horloge de l'église tous les jours, il lui sera alloué pour cela la somme de 20 francs qui sera portée au budget de la commune.

                 Le 12 juillet le Conseil se plie à un arrêté du Préfet concernant la récolte de "Saigle"; cette dernière ne pourra avoir lieu dans la commune d'HEUQUEVILLE avant le 13 de ce mois. Le présent arrêté sera publié par les soins de Monsieur le Maire. Cette publication sera affiché forcément un dimanche, jour de conseil. Signé: GRIEU, LEFEBVRE, LESAGE, CHEDEVILLE, LEGENDRE Maire.

                  En 1812 c'est toujours par le Maire que les citoyens sont informés des changements de régime, des nouvelles lois, des informations concernant la vie de la commune (Ex la récolte de Saigle). Il peut le faire soit en chaire dans l'église, soit devant l'église; Les conseils se tenant toujours le dimanche (souvent à 7h du matin!!) c'était logique de procéder ainsi. --Une exception toutefois le 14 juillet 1790, jour où le conseil s'est réuni pour prêter le serment civique avec les habitants du village, comme précédemment dit, logique là aussi le 14 juillet tombait un mercredi...--( c'est un mardi 14 juillet 1789 que la révolution française fût effective)

                  En ce début du 19 éme siècle l'église semble bien mal en point, elle nécessitera par la suite d'importants et coûteux travaux pour lui donner le visage que nous lui connaissons aujourd'hui. (Une pièce maîtresse de cet édifice disparaîtra plusieurs décennies après) 

                  Monsieur LEGENDRE est nommé maire d'HEUQUEVILLE par le Préfet, il devra prêter serment de nouveau devant le Conseil Municipal, à haute voix, serment prescrit à l'article 56 durant la tenue de l'Empire.

                   SERMENT: Je jure obeissance à la constitution de l'Empire et fidélité à l'Empereur.

                  Vous pouvez constater que de civique à la Révolution,  le serment devient "Impérial", l'Empire était encore en place...

                   En 1812 il est fait état d'un bail concernant le presbytère pour loger le desservant se montant à 100 fr par an.

                   En 1812  les mois retrouvent peu à peu les noms grégoriens, les appellations révolutionnaires n'étaient plus de mise.

                   Je reviens maintenant sur un point qui m'avait intriguée. Dans le billet les enfants trouvés d'HEUQUEVILLE, il y a quelques temps maintenant j'avais évoqué la possibilité d'une Confrérie de Charité dans notre village, -- inhumation de Thomas CHAMPLAIN en 1708, en présence des frères de la confrérie du Rosaire--  confrérie de dévotion ou de Charité, mystère? sans preuves tangibles pas d'affirmation. Les AD sont pauvres sur le sujet, pourtant quelques documents permettent  aujourd'hui  d'assurer qu'elle existait bel et bien.  Les registres  pour la période du 19éme donnent Monsieur JUGENOT Echevin de cette confrérie en 1803, Philippe LE HEC prévôt en 1804 ainsi que Mattieu ACCARD, Echevin, LESAGE en qualité de Frère le 5 janvier 1806. Je pense trouver autre chose en poursuivant les recherches.Bien sur j'en ferai état.

                    Registre état civil/  Naissances 6,  pas de mariage,  10 décès.

                    1813/ Rien d'important, toujours les mêmes sujet de délibérations.

                     Registre d'état civil: Naissances 8,  mariages 14, décès 7.

                        

                   1814, nouveau changement de régime, en avril l'Empire avait rendu les armes; (je crois que l'emblème de la France aurait pu être à cette époque une girouette au gré du vent...) NAPOLEON malgré de grandes réussites militaires et civiles, Banque de France, Code civil, création de la Légion d'Honneur, etc..  - (Cette distinction remise très légèrement"il y a peu à un  certain "dignitaire" a du faire frémir le tombeau de Napoléon -) s'est vu contraint de laisser la place; de nouveau la FRANCE avait un Roi LOUIS XVIII.

                   Dans nos registres  d'état civil peu d'événement, toujours la présence d'un tailleur d'habits la commune était elle coquette???? A  cette date il est précisé que les registres étaient déposés au greffe du tribunal d'Andely.

                    Registre d'état civil:  Naissances 11,  mariages 3,  décès 11.

                    1815, toujours peu de chose, toutefois une naissance de jumeaux,  assez rare pour être relevée, dans la famille DENESLE. Toujours un tailleur d'habits.... Egalement le décès de Monsieur Louis JUGENOT le 12 avril 1815, acte de décès signé par l'officier EC son fils. Durant cette première restauration LOUIS XVIII ne modifiera pas les règles municipales instituées par NAPOLEON, les registres continueront à fonctionner comme durant l'Empire. Par contre les préfets, institution créée par l'Empereur , ne désigneront que des maires royalistes, plus d'écharpes tricolores, à la place ceintures et franges blanches, également cocarde blanche de la couleur de la Royauté. La nomination au lieu de l'élection fera que pour un temps encore le peuple des campagnes n'aura pas droit au chapitre..

                    Nous reverrons pour un temps NAPOLEON revenu de l'ile d'Elbe un soir de mars. Après une route triomphante à travers la France (Le vol de l'Aigle)  il reprendra le pouvoir pour "Les 100 jours" .  Une première mesure pour nos maires de  petites communes,( moins de 5000h) : le rétablissement des élections au suffrage censitaire des maires et des conseillers (décret du 20/04/1815) . Waterloo viendra balayer tous les espoirs et lors de la 2éme Restauration les maires royalistes relégués en mars seront rétablis.

                    Deuxiéme Restauration, LOUIS XVIII est de retour. Sitôt l'éxil de l'Empereur Monsieur le Comte de RONCHEROLLES rentre en FRANCE. Parti "émigré" il revient pour notre commune en mécène, nous le verrons plus loin; les mesures prises alors en faveur du retour des émigrés lui permettront de retrouver en partie son bien. Il sera par la suite élu député du 22/08/1815 au 5/09/1816, puis 2éme législature du 13/11/1820 au 24/12/1823  -  3éme législature  du 6/03/24 au 5/11/1827  et 4éme législature du 24//11/1827 au 16/mai/1830;

                    Durant le retour de la monarchie la Marseillaise fût, parait il, interdite en FRANCE..

                    1815 Registre état civil: Naissances 11, mariages 4,  décès 10. 

                    Durant l année  1816 rien de spécial dans notre commune, toujours les mêmes préoccupations que ci dessus.

                    Registre état civil: Naissances 16, mariages 2,  décès 11.

                    1817,   Les chemins toujours les chemins à mettre en place, à restaurer... Nicolas Montier était toujours au conseil municipal. En 1817 une délibération qui aura son importance concernait l'achat d'une maison appartenant à Monsieur LEGENDRE pour en faire un presbytère. Une question se pose : où était le précédent dont il est question en 1812, pour le moment pas de réponse. Cet achat sera le début d'une longue saga;  ci dessous un résumé de la délibération se rapportant à la promesse de vente en date du 23 mars 1817;

                    -  Le conseil présidé par Monsieur ACCARD, en l 'absence du maire, convoqué par lettre du Sous préfet le 30/09 s'est réuni. L'objet en était de nommer un expert; Le Conseil après délibération nomme Mr le Comte de RONCHEROLLES,lequel conjointement avec Monsieur DELAPLACE arpenteur expert nommé par  Mr LEGENDRE estimeront la valeur, en principe, de l'objet offert en vente .

                     Le Conseil charge Jean François LAFAUSSE maçon, muni de patente, demeurant à ANDELY, de lui présenter un devis estimatif des travaux à faire à l'objet dont il s'agit. 1° pour les réparations à faire aux bâtiments , 2° Pour l'estimation de la construction d'un four, 3° Enfin pour le mur de clôture et porte d'entrée dont les piliers seront en briques.  

                    Voici la copie de la délibération:Promesse de vente presbytere grande

     A ce niveau de mes recherches je n'ai aucune certitude quant à l'emplacement de ce presbytére , les descriptions peuvent faire penser qu'il pourrait s'agir de la trés jolie maison près de la salle des fêtes, mais c est trés incertain, qui vivra verra...En 1817 nouvelle délibération, on y trouve les devis à savoir: peix de la maison 2400 frs, travaux, 400 frs, frais 158 frs. Dans cette délibération il est dit :attendu que la commune n'a pas de revenus suffisants, elle supplie le Gouvernement de l'autoriser à imposer extraordinairement sur toutes les propriétés foncières la somme de 2958 frs.  Une autre délibération sur le même sujet, le 16/12/1817, résumé: VU l'ordonnance du ROY du 20/10/10817 , VU le contrat de vente fait par le Sieur LEGENDRE au profit de cette commune, passé devant Maître HALLOT Notaire aux ANDELYS sous la date de ce jour, autorise la commune à imposer sur les contribuables que la somme de 2900 frs, payable en trois années, mais il suit que la commune se serait trouvée dans l'impossibilité de faire cette acquisition et d'en payer le prix, --SI MONSIEUR DE RONCHEROLLES DANS LE DESIR DE PROCURER CET AVANTAGE A LA COMMUNE NE SE FUT OBLIGE DE PAYER POUR ELLE DANS L ANNEE A Mr LEGENDRE LES DEUX TIERS DU PRINCIPAL DE L'ACQUISITION DONT IL S'AGIT , et cela au moyen qu'il lui fût tenu compte pendant les deux années suivantes des intérêts de la somme par lui payée...... Les majuscules ne sont là que pour souligner la bonne volonté du Comte, chassé peu d' années auparavant d'HEUQUEVILLE. Mais je reviens à la délibération où il est dit que vu l'absolu nécessité des travaux se faisant sentir, et l'urgence de loger le desservant, une somme de 500frs sera imposée aux contribuables dans l'année.  -Il y a des modes qui ne changent pas, les impôts, semble t'il , sont de celles là-  Monsieur le Sous Préfet est  donc supplié d'ordonner que la somme de 500 frs soit supportée par les contribuables.... Cette délibération continue bien sur, et d'autres suivront sur le même sujet.

                     Etat civil: Naissances 10, mariages 3,décès 15.

                     

1818, l'achat de la maison destinée à loger le desservant occupe beaucoup le Conseil, à cela s'ajoute toujours des frais pour l'entretien de l'église;

Registre EC: Naissances 13, mariages 4, décès 5. Au sujet des mariages un sera noté sur les registres le 14 juillet, preuve qu'en 1818 on ne fêtait pas la prise de la Bastille, royauté oblige;

Je ne peux m'empêcher de remarquer que dans des temps certainement très difficiles pour la population, l'argent disponible, ou pas, était en priorité destiné aux édifices religieux, les écoles passaient bien après; dans notre commune il y aura un autre exemple de cela durant la seconde moitié du 19éme siécle où l'on préférera construire un nouveau presbytére, aujourd'hui siège de la mairie, au lieu de participer à la construction d'un pont sur la Seine ( Voir Billet HEUQUEVILLE fâché avec le progrès ) .

Plus haut j'ai évoqué 1815 en disant " peu de chose."... c'était une erreur, en effet à la toute fin de la première Restauration un fléau que nous connaissons toujours auourd'hui vint toucher notre commune, une EPIZOOTIE, d'après les détails donnés peut être la maladie de la vache folle, en tout cas une maladie contagieuse qui nécessita des mesures douloureuses pour les paysans qui n'avaient que quelques vaches qui paissaient ici où là.Devant la gravité de la situation le Conseil se réunira pour délibérer. Voici un extrait de cette délibération très difficile à lire.

--Le gouvernement de notre bon ROY indique que, celui que le mal pourrait affliger ne sera indemnisé de la perte qu'il pourra éprouver que dans la valeur de la vache, car jamais il ne pourra être indemnisé de la valeur des bénéfices, ni des engrais qu'il aurait pu en retirer, ce qui est impossible d'apprécier en la circonstance...Le Conseil Municipal décidera que le seul moyen d'enrayer ce fléau est de suspendre dans cet 

Lire la suite

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site