Accident et disparition du 1er pont de Saint Pierre du Vauvray en février 1913

 

Suite  et fin de l'histoire des ponts inaugurés en 1861 ( Andé et Saint Pierre du Vauvray sur la Seine )

Accident du 7 Février 1913 - SAINT  pierre DU vauvray)

Je reprends la chronologie de l' histoire assez tourmentée  des ponts inaugurés en 1861, Andé avait retrouvé son pont, Saint Pierre du Vauvray avait le sien, on pouvait donc traverser de nouveau les deux bras de la SEINE, soulagement de chacun!

La seine coulait paisiblement au fil des jours, certaines fois plus pressée que d'autres, bref la vie d'un long fleuve que l'on eût espéré tranquille.

1913 était là, nous étions en février, l'hiver nourrissait un peu plus le fleuve qui gonflait de jour en jour, ce qui rendait dangereuse la navigation, surtout pour passer sous l'arche centrale,la hauteur diminuait lorsque l'eau montait, logique.

En tout état de cause, ce pont (97 mètres) construit en 1860, épargné par la guerre de 1870, ne répondait plus aux normes de la navigation, tirant d'air trop faible dans les hautes eaux . En fait il était condamné à plus ou moins bréve échéance par la modernité, des questions se posaient sur sa perennité par les Ingénieurs de la navigation fluviale.

En effet cet ouvrage avait, assez vite après son inauguration, subi une grave avarie: probablement à la suite d'un choc, un mouvement d'oscillation avait provoqué la rupture des arcs en fonte de la première travée, rive droite, et de ce fait un abaissement important de la clef. Une réparation avait  bien été faite avec des plaques boulonnées, mais la blessure était là, et se réveillerait bientôt.

A la suite des fortes pluies de l'hiver 1913 la crue avait atteint à Saint Pierre du Vauvray la cote de 3m32., 

Normalement la hauteur était suffisante pour passer sous l'arche, mais la nuit tombait, il était 6h15, il était donc très imprudent d'engager le train de péniches sous le pont dans cette obscurité, mais  du fait que les mariniers pour la plupart habitaient à POSES, ils souhaitaient y passer la nuit, le  remorqueur s'engagea  donc, bien mal lui en pris.

 Le remorqueur Sambre, commandé par le capitaine Ozanne Gabriel, de Poses,  cheminée rabattue, passa sans encombre sous l'arche, (la cheminée effleura peut être le cintre) , mais  le Chaland Hector  dont le patron était Julien Morel, 33 ans, et les matelots Coignard et Barret,  chargé de 142 tonnes de sucre, ne se trouvait plus dans l'exact prolongement du remorqueur et de ce fait   heurta de la barre de gouvernail l'un  des arcs du pont,  ceux qui soutiennent la troisième arche  les hommes roulèrent violemment sur le pont de la péniche, la deuxième péniche, le Porteur 29 , patron Monsieur Bécam Hervé,  déviée elle  aussi, subit le même sort, la dernière péniche, le Chamois,   catapulta ce bateau, broya le gouvernail,  les deux péniches formèrent une catapulte que rien ne pouvait arrêter,etc, etc...

L'arrière du bateau Porteur 29 et l'avant du Chamois, patron Pierre Craon,  reçoivent plusieurs milliers de kilos de piéces de fonte, le macadam de la chaussée, la bordure des trottoirs  en granit, heureusement les bateaux continuèrent d'avancer, et à peine l'arrière du Chamois fût il passé sous le pont que les travées tombèrent dans la Seine, ce fût un vrai miracle qu'aucun matelot ne périt, seule la femme du matelot Ropert, présente à bord, eut le bras gravement brisé.

Les effondrements durèrent plus de 2 minutes, ensuite EXIT le pont inauguré en grande pompe, et je vous le rappelle béni......comme quoi......

Le propriétaire d'un café tout proche, (une centaine de mètres en aval du pont)  Monsieur DUVAL, s'étant précipité en entendant le bruit, les appels des mariniers, raconta combien la chute des arches  l'avaient impressionné car accompagnée  d'éclairs verdâtres causés par les câbles de 5000 volts qui se touchaient, conséquences  des oscillations du pont.

Par miracle personne sur le pont de Saint Pierre à ce moment, le dernier à passer, à peine une minute avant l'effondrement fût Monsieur Decaux, 23 ans, commis épicier chez Monsieur  Gens  à Saint Pierre. 

Imaginez l'émotion causée par ce drame: un pont en place depuis 1861, long de 97 mètres qui disparaît par plusieurs mètres de fond en quelques minutes....

Cette catastrophe causa un intense mouvement de curiosité, le dimanche qui suivit l'effondrement on vit arriver à Saint Pierre du Vauvray  venant de partout des curieux, en train, en voiture à vélos, jugez en:

             3500 voyageurs, dont 1300 venus de Louviers arrivérent à la gare de Saint Pierre du Vauvray, le train de 16h42 se composait de 22 wagons!

entre 14 et 16h défilèrent 300 à 400 voitures (nous étions en 1913) et des milliers de cyclistes. Pourtant il y avait peu à voir, les débris du pont avaient disparu dans la Seine, juste au milieu du fleuve quelques débris de fonte, mais qu'importe il fallait voir....

Les péniches qui avaient heurté le pont restèrent amarrées durant la durée de l'enquête soit à l'île du bac, soit à la rive droite de Saint Pierre du Vauvray Le cinéma Pathé, ainsi que le Petit Journal filmèrent l'emplacement de ce qui restait du pont, puis il fallu laisser la place à l'enquête et surtout penser au rétablissement de la circulation à la fois sur la Seine et entre les deux rives, mais cela c'est pour la prochaine fois..

Je reprends donc,

ENQUETE

Dés le 8 février l'enquête commença, sous la direction de Messieurs BEAUGUITE, Sous Préfet de Louviers, LORTON, ingénieur de la navigation de Seine, LORETTE , commandant la gendarmerie de l'arrondissement.   Des photos des péniches et des débris  furent prises par Monsieur MAURER photographe bien connu de LOUVIERS.

En fait il n'y eût pas de procés intenté aux mariniers , ni à la Cie de navigation des Porteurs réunis, de Lyon, Il fût admis néanmoins une faute, car le remorqueur s'était engagé à une vitesse bien supérieure à celle autorisée, de sorte qu'ajouté à la crue, l'accident était inévitable.

MESURES PRISES POUR LA TRAVERSEE DE LA SEINE

 

Les mesures prises par l'Administration permirent à la navigation de reprendre très rapidement, et en même temps elle rétablissait la communication entre les rives d'abord à l'aide d'une vedette "Caïman" qui pouvait transporter 30 personnes.

Elle fut trés vite abandonnée au profit du bac de Poses amené provisoirement; pour cela il fallût aménager un chemin sur l'ile du bac; trés vite également ce bac retourna à Poses, car un bac spécial permit de traverser la Seine 300 métres en amont . Ce bac à "traille" glissait le long d'un cable tendu, hâlé à bras par deux ou trois hommes, puis en mai 1914 le Conseil Général remplaçant la traction humaine par un bac à pétrole glissant le long de la traille.

Ce bac était mal commode, et souleva trés vite des protestations, les riverains habitués depuis 52 ans à la commodité d'un pont  exigérent une passerelle en bois, comme ce fût le cas à Andé, exigences manifestées d'autant plus vivement qu'en avril 1913 un train de péniches (encore!!) passant trop prés de l'ile du bac arracha la traille et le bac!.

La passerelle dont le projet était soutenu par Raoul Thorel, Conseiller Général de LOUVIERS, ne vit pas le jour, pourtant un habitant de Saint Pierre mena une bataille pour sa réalisation, nous étions en 1913, comme je le disais dans un autre billet Mars était en embuscade, 1914 et la grande guerre  se profilaient à l'horizon, le projet de passerelle tomba lui aussi à l'eau....

La coupure entre les deux rives dura 10 ans, pourtant une adjudication en 1914 pour la construction d'un pont en acier avait été faite, les Ets LE CREUSOT devait construire ce pont, hélas l'acier était nécessaire ailleurs..

L'accident de ce pont n'avait en fait que hâté sa mort,  et comme toujours le malheur des uns fait le bonheur des autres, le bac que l'on croyait complètement dépassé reprenait  le service qu'on lui avait retiré en 1861.

La paix revenue on fit de nouveaux projets pour le franchissement de la Seine, et cette fois plus d'acier, plus de fonte, plus d'arches entravant la navigation sur le bras de la Seine , mais un ouvrage ambitieux dont j'espère vous parler bientôt.

 

A bientôt................

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×