suite des enfants trouvés d'Heuqueville --et bandits de grands chemins

 

 

       Pour faire suite aux dangers à  se déplacer sur les chemins dans le passé, dans ce récit  à la fin du 19éme siècle, voici un bien triste fait divers, qui concerne une personne native d'Heuqueville, c'est pourquoi il trouve place dans l'histoi sur cette commune; bien sur toujours pas de chronologie,c'est le thème qui a été retenu cette fois , les risques pris à se déplacer , seul et la nuit de surcroît.

      Un certain jour de janvier 1889 donc, Monsieur Jugenot, grainetier de son état, habitant Aumare pris la route, plutôt les chemins pour se rendre à Louviers et Rouen, pour "affaires". La journée semble 'il avait été fructueuse, on verra pourquoi après. Il rentrait chez lui à Aumare ce vendredi soir entre 21 et 22h, en janvier il fait nuit à ces heures là, une nuit bien noire , si propice aux mauvais coups, , car nos si pratiques et rassurants lampadaires étaient rares, voire inexistants. Monsieur Jugenot était pratiquement arrivé chez lui, en vue de sa jolie maison , probablement satisfait de ses tractations et heureux à l'idée de la chaleur du foyer où l'attendait sa femme.

      Malheureusement sur ces chemins où au tout début de 18éme siècle on rencontrait certes les loups, mais cette fois également une créature bien plus redoutable, l'homme. Les motivations du loup étaient naturelles, innées, la faim ,la peur qui le faisaient attaquer avant de l'être, mais celles de l'homme bien plus discutables, le vol, l'appât du gain facilement gagné .

      Le traquenard habilement préparé porta ses fruits. les assassins probablement deux, étaient cachés le long du chemin vicinal, aujourd'hui rue d'Aumare,  et attendaient armés d'un fusil volé; sans hésitation semble t'il ils abattirent le malheureux cheval, tué sur le coup par des cartouches chargées de chevrotines, cette munition des lâches qui ne laisse aucune chance aux victimes choisies. Le même sort fût réservé à Mr Jugenot sans défense et probablement terrorisé.Craignant que le bruit du fusil n'attire des voisins ils détroussèrent très  vite le malheureux Monsieur Jugenot, et s'enfuirent.

       Mais dans tout cela il y a un semblant de justice, dans leur précipitation et bien qu'ayant fouillé carriole et victime ils "oublièrent" le pourquoi de la longue course de Mr Jugenot puisque l'on retrouva sur lui son argent et des titres au porteur d'une valeur de 9800frs, Seuls sa montre, son porte monnaie, un agenda ont été dérobés; médiocres rapines dignes de leurs auteurs qui n'ont jamais été retrouvés. On a soupçonné un habitant de Daubeuf, et son domestique vite relâchés faute de preuve; Des témoignages plus ou moins fantaisistes s'accumulérent, sans résultat. (Un suspect  portant un sac contenant des vêtements pour se travestir avait été arrêté, etc etc...)

       Pourquoi je raconte l'histoire de Monsieur Jugenot?  c'est que vous le connaissez mieux sous le nom de Jugenot DIT Chevalier, qu'il était natif d'Heuqueville, que le nom de sa famille figure au bas de nombreux documents sur Heuqueville; En effet un maire d'Heuqueville portait ce nom,(en 1872) un conseiller également , les prénoms Chrystosome-Louis pour les deux, le Jugenot Dit Chevalier de cette pénible histoire se prénommait Henri, était fils de Jean Pierre Jugenot. Il repose à Daubeuf.      

       L'affaire fût classée, Madame Jugenot, née Ferrand, en mémoire de son mari et du drame qu'il avait vécu fera érigée dans le bois des Hazis, au croisement des chemins de Fretteville, Roncherolles, Heuqueville etAumare une croix, on l'appelle toujours Croix Chevalier. Elle a été plusieurs fois vandalisée, mais existe toujours aujourd'hui.

       Monsieur Jugenot dit Chevalier était âgé de 49 ans. Aujourd'hui une rue d'Aumare porte son nom.

        Aujourd'hui il semblerait que les bandits de grands chemins font de nouveau parler d'eux, de nouveau on hésite à sortir seul et tard ,  le soir, on se claquemure, on se méfie d'une voiture qui roule lentement dans le village, on ne pense pas que le visiteur admire la jolie petite église d'origine Romane, non on pense "Ils repèrent"..... ; où est l'heureux  temps  à Heuqueville où l' on partait acheter son pain à Pont Sait Pierre sans fermer son portail, j'ai, comme beaucoup d'habitants de ce village, connu cette période qui semble bien révolue..........

 

                                                 croix chevalier

 

       Sources:Bulletin de Daubeuf et un tout jeune journal  ""L'Impartial"" âgé de 20 ans.....

 

                Je délaisse pour un temps les registres paroissiaux pour reprendre la "petite", histoire d'Heuqueville, petite n'a aucun sens péjoratif bien sur. L'anecdote trouvera sa place tout naturellement à la suite du billet "Un soldat sorti de l'oubli" sous le titre Soldat 2.

 

 

     

 

 

       

      

 

 

 

 

 

 
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×